• Passion de Michel le sabaïte

    La "Passion de Michel, moine de St Sabas", texte ayant un original arabe perdu n'est connu qu'en transmission géorgienne. Ce récit, relativement tardif, vaut plus pour le regard porté sur l'événement que pour les détails qui abondent. Le nom même de Théodore Abu Qurrah semble s'y être introduit par confusion avec un autre Théodore, Théodore d'Edesse (Voir Lamoreaux "The Biography of Theodore Abu Qurrah Revisited"). Une traduction latine de cette "Passion"en a été donnée par Paul Peteers dans les "Analecta Bollandiana" (tome 48, 1930) et plus récemment Monica Blanchard en a fourni une traduction anglaise (ARAM periodical n° 6, 1994), et cela semble bien être tout.

    C'est dire que cette traduction française comble une lacune. Elle a été réalisée sur la base de la traduction latine de Peteers par un moine certainement catholique, probablement breton, qui a tenu à garder le plus strict anonymat de sorte que je n'en sais pas plus. Qu'il soit remercié. Nous donnons ci-après sa traduction avec les notes qu'il y a jointes.

    Al-Bossikad

     

     

    Le 20 mars

    Passion de saint Michel
    qui fut à la grande Laure de notre père Saint Sabas.

     

    1. Le père Basile, prêtre du monastère1 Saint Sabas, homme admirable et de qui nous avons été les témoins visuels de prodiges, nous narra ce qui suit : au jour de l'Annonciation, nous sortîmes pour la procession des litanies à moins de deux stades2 dans les environs de la laure, vers le lieu qui a été institué pour les supplications envers la mère de Dieu. Il est dit qu'en ce lieu, Notre-Dame se montra à notre père Sabas en vision avec une troupe d'anges et une foule de saints. Au même endroit, on fit vœu de dédier la laure à la Sainte Mère de Dieu et d'édifier l'église majeure. Nous vînmes donc en procession à ce lieu d'une façon habituelle (comme de coutume) avec des croix, des images, parmi les cantiques et les louanges envers la sainte Mère de Dieu ; nous accomplîmes toutes les cérémonies ainsi que la récitation des psaumes ; nous proclamâmes l’Évangile ; nous retournâmes à la laure. Et comme nous passions près de la cellule du père Théodore Abu Qurrah3, homme très digne de louanges, nous fîmes digression pour saluer ce saint homme et recevoir sa bénédiction. En effet sa cellule était flanquée à la laure, au lieu de la Roche Fendue sur le chemin du Jourdain et de la Mer Morte. Lorsqu'il nous vit arriver, il nous reçut promptement, nous salua avec bienveillance et dit en nous embrassant avec joie : " Dieu vous a conduit jusqu'ici et ceci fait mon bonheur ". Il nous ordonna d'entrer, il nous introduisit dans sa cellule, et la prière étant achevée, nous nous assîmes. Étant assis depuis assez longtemps, et ayant devisé de choses et d'autres, ce qui nous fût des plus utiles, nous nous levâmes pour prendre congé ; Abu Qurrah dit alors : " Ce n'est pas encore le moment, saints pères, mes seigneurs et serviteurs du Très-Haut. Ce jour est en effet un jour de louange et de liesse ; voici qu'est arrivée l'heure du dîner et de l'amitié. L'aliment qu'est le pain nous est nécessaire pour refaire nos forces, ainsi que la tendre hostie et la suave boisson4". C'est ainsi qu'il nous proposa de célébrer le saint sacrifice ; ce que nous fîmes ; nous reçûmes le corps et le sang du Seigneur. Ensuite, il se dépêcha de mettre la table. Nous lui dîmes : " Père, donne-nous d'abord une nourriture spirituelle, un discours utile à l'âme ; alors seulement, tu nous donneras une nourriture corporelle ". Il répondit, et comme s'il se jouait de nous, il dit : " Taisez-vous, les pères, ceci n'est pas en mon pouvoir. Donnez-moi la nourriture corporelle, et ensuite vous sera donnée la nourriture spirituelle ". Il nous dit aussi : " Appelez mon disciple ; il ne faut en effet qu'il ne goûte d'aucune viande. Et nous, nous nous plaignons de l'austérité du jeûne !" Alors, nous invitâmes aussi le disciple, nous nous assîmes tous en même temps, nous prîmes plaisir à nous livrer à la liesse et à la joie spirituelles.

    2. C'est alors qu'Abu Qurrah nous narra ce qui suit. Au temps d'Abd al Melik, fils de Maruani, commandeur des croyants, la paix était parfaite, et grande la tranquillité5 ; il n'y avait ni hostilité, ni guerre ; mais à tout le genre humain, au fidèle, à l'infidèle, à tous les païens, aux Juifs et aux Saracènes6, s'imposait l'envie de voir Jérusalem. C'est alors que le commandeur des croyants, Abd al Melik, monta de Babylone à Jérusalem avec son épouse et ses enfants, une armée imposante qui l'accompagnait, des litières à chevaux, des chars ornés, des chevaux, des poulains, des éléphants et des chameaux, dans un appareil varié avec un désir d'ostentation aussi vain que futile. Abd al Melik, le commandeur, ne porta cependant de condamnation à personne et ne molesta personne, mais recherchait depuis longtemps un chrétien expert en lois7.

    3. Quand il vint donc à Jérusalem, la ville sainte, il y avait à Saint Sabas un moine originaire de Tibériade, qui avait un disciple obéissant et droit, bon, parfait et ayant une belle âme. Celui-ci avait l'habitude de confectionner des petits coffrets, des paniers, des corbeilles et différents articles élaborés avec art : il vendait ces ustensiles et en rapportait le prix à son maître. Il dit : " Père, je désire aller en ville pour vendre et acheter divers objets, en donner et en recevoir d'autres. Mais l'Ancien, averti en esprit par une connaissance prophétique, n'eût pas le courage de lui dire de ne pas y aller ; il le bénit avec ferveur et le laissa partir en disant : "Va en paix, mon fils ". Une fois entré en ville, il gagna l'Anastasis et demeura longtemps en prière. Il revint alors à l'Hospice pour récupérer ses articles ; il descendit au marché et commença son commerce. Un eunuque, serviteur de Seida, l'épouse du commandeur, l'aborda avec bienveillance et lui dit : " Passe de notre côté8, jeune : j'achèterai tout ce que tu désires vendre, j'acquerrai de toi autant que tu voudras ". Et aussitôt, il le suivit ne sachant pas où il le conduisait. L'eunuque le conduisit alors jusqu'à la porte de l'épouse du Commandeur et étant entré, il dit à Seida : " Il y a ici un jeune moine ; il est réputé muni d'un grand talent et il vend des ouvrages artistement faits à la main (manufacturés avec art). Je l'ai amené à ta porte ". Elle dit : " Fait-le entrer ".

     4. Lorsque cet agneau eût franchi la porte de l'édifice, le serpent (le diable) qui ne cesse pas de combattre les moines, entra aussi dans l'âme de la femme. Il (le diable) suscita une forte émotion chez l'épouse du commandeur des croyants et la séduisit par un amour déraisonné pour ce moine : il était en effet de grande taille, était dans la force de l'âge (d'un âge florissant) et avait un bel aspect ; son visage par contre était marqué par le jeûne, le travail et les veilles. Seida dit en s'adressant au moine : "Jeune infortuné ! si tu étais captif, je te rachèterais ; si tu étais malade, je te soignerais ; si tu étais pauvre, je te donnerais la richesse ". Le moine répondit : " J'étais captif du monde, maintenant je suis libéré par le Seigneur ; j'étais esclave du péché, maintenant je suis le serviteur du Très-Haut. Je ne suis pas malade de corps, et ne suis pauvre d'aucune richesse ; mais c'est mon être spirituel qui est malade, je languis après les œuvres de pénitence et je suis blessé par la charité du Christ ". Seida répondit : " O Jeune, comme tu es à plaindre ; si tu étais un ami pour moi, je serais bienfaisante pour toi et je serais pour toi le salut ; toi, en effet, tu serais préféré à beaucoup d'autres ". Le moine répondit : " Femme, dans quel but désires-tu perdre ma vie, me séparer de mes compagnons et faire périr mon âme ? " Seida répondit : " Si tu ne te montrais pas prudent envers moi, je mettrais ton corps en pièces par les fouets, la dureté des tourments et des supplices les plus recherchés ". Le moine répondit : " T'obéir est pour mon Dieu une rébellion, et suivre ta volonté est pour moi-même un détriment. Le supplice que pourrait subir mon corps, serait pour moi un repos, et les tourments, le plaisir de mon âme ". Seida répondit : " Ne suis-je pas digne de louange, belle et désirable ". Le moine répondit : " Non digne de louanges, mais blâmable ; non belle, mais nocive ; non désirable, mais adultère et cynique9.

    5. Alors, cet aspic, troublé dans son esprit, s’échauffa dans une grande fureur avec des larmes. Elle ordonna de le ligoter avec des cordes d'arc et de le blesser par des verges. Elle demanda ensuite une tablette en ébène et écrivit le motif de l'accusation contre ce saint. En voici l'énoncé : " sans que je l'ai mérité, ce moine vint chez moi pour m'agresser et me couvrir d'injures ; je te demande de me livrer sa tête en mon pouvoir afin que j'accomplisse la sentence contre lui à discrétion10". Il fut remis alors entre les mains de l'eunuque qui le conduisit jusqu'au palais du Commandeur des croyants en lui remettant la lettre de son épouse. Lui, de son côté, comprit qu'il s'agissait d'une fausse accusation, mensongère et vaine, mais en raison des liens dont le moine était chargé en présence du Commandeur des croyants, personne ne le sût sinon le Commandeur et le moine.

    6. Alors le Commandeur, d'un visage irrité, avec des paroles de menaces et au comble de l'indignation, proféra ces paroles : " O moine, qu'avais-tu en tête ? N'as-tu rien à répondre ? Ou par quelle parole oseras-tu nous répliquer ? Narre-nous ce que tu as dans le cœur. Le moine répondit : " Les rois et les gouverneurs se doivent d'observer trois choses ". Le Commandeur répondit : " Expose la première, la deuxième et la troisième ".

    Le moine11 : " La première est la crainte de Dieu, la deuxième est la miséricorde, la troisième la longanimité ". Cette réponse plût au Commandeur, et ayant pitié de son jeune âge, il ordonna qu'on le délivrât de ses liens. Et il s'adressa au moine : " Cette chose convient parfaitement à l'homme, qu'il soit roi ou empereur, aussi bien qu'au voleur et à l'adultère, qui par conséquent a mérité une peine, du moment qu'il pratique la justice. Et bien, pose une énigme ".

    Le moine : " Que doit faire l'homme qui se trouve à proximité d'un dragon dont le seul aspect fait mourir ; et lorsqu'il s'en éloigne, il tombe sur une terrible bête sauvage, un lion rugissant et effrayant. Qu'est-il alors préférable : de vivre près d'un lion ou d'un dragon venimeux, funeste et plein de malignité ? "

    Le Commandeur : " Ton énigme est pleine de perspicacité. Ne crains pas ce lion effrayant car il est repu, il ne peut pas être trouvé injuste12, il révère le Dieu Très-Haut, si du moins tu te confies en lui ".

    Le moine : " J'espère en Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit ".

    Le Commandeur : " D'où es-tu ? narre-moi ceci en premier, puis plus tard, tu m'instruiras ".

    Le moine : " Je fus d'abord un Galiléen, de la ville de Tibériade ; pour l'heure, je suis Palestinien, de la ville de Jérusalem et de la laure de Saint Sabas ".

    Le Commandeur : " Si mon opinion ne me trompe pas (si je ne m'abuse), tu es un puits de science, d'une parfaite sagesse et prolixe en paroles ".

    Le moine : " Il faut proclamer la vérité devant les rois et non pas la falsifier ".

    7. Cependant le Commandeur des croyants connaissait bien le monde et faisait preuve de prudence devant Dieu ; il avait lu les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament : la Genèse, l'Exode, les Rois ; par contre, de la Loi Nouvelle, il lut les lettres de saint Paul et des Apôtres. C'est alors que le Commandeur fit venir un Juif expert de la Loi dans le but de vaincre (de confondre) le moine et de l'infléchir vers sa Loi. Le Commandeur dit alors au moine : " Où donc est-il écrit dans la Genèse ou dans l’Évangile qu'il vous est permis de manger de la viande et de vous marier ? "

    Le moine : " Il est écrit : les enfants de ce monde se marient ".

    Le Commandeur : " N'es-tu pas, toi aussi, un enfant de ce monde ? Répons à cette objection ou sinon tu seras soumis à mon jugement (ma condamnation) ". Le Juif regarda alors le Commandeur, estimant que le moine était vaincu. Le moine répondit : " Ni le livre de la Genèse, ni ceux des Apôtres, n'interdisent aux hommes qui suivent la voie de ce monde d'user de la viande et du mariage ; par contre, pour les moines qui ont choisi se suivre la voie de l'éternité, il ne leur est pas permis de s'engager dans le mariage ni de jouir des délices de ce monde. Le Règne de Dieu, en effet, n'est pas affaire de nourriture et de boisson, mais il est au-delà de tout ce que l'on peut penser (incogitabile : on ne peut s'en faire une représentation intellectuelle)".

    Le Commandeur : " Oh, comme tu es à plaindre, toi qui es orphelin et exclu de l'une et l'autre vie, où as-tu placé ton espérance".

    Le moine : " Les dons du Christ, les yeux ne les ont jamais vus, ni les oreilles entendus, inaccessibles à l'esprit, il ne peut en venir à bout ".

    Le Commandeur : " L'Apôtre Paul vous a trompé ".

    Le moine : " Paul ré-établit les Nations dans la vraie vie ; mais Mohammed, le Saracène (Sarrasin) les trompa ".

    Le Juif : " Paul ne fut-il pas d'abord Juif ? "

    Le moine : " Assurément, il était Juif ".

    Le Juif : " Laisse-moi t'enseigner comme tu as été enseigné par lui ".

    Le moine : " Si tu étais semblable à lui, bienheureux serais-tu, et je serais ton disciple ".

    Le Commandeur : " Nous sommes deux et à nous deux nous te vaincrons, toi qui es seul ".

    Le moine : " Vous êtes trois, et tous les trois pareillement, vous serez vaincus par la force du Christ ".

    Le Commandeur : " Quel est ce troisième ? Dis-le moi donc ".

    Le moine : " Mon ennemi est votre ami ; et vous m'interrogez pour savoir qui il est ! "

    8. Le Commandeur : " Jeune, obéis-moi ; ressaisis-toi et tu seras comme un fils pour moi. De même je serai un père pour toi, et je te ferai le chef de toute l'armée. Confesse donc que Mohammed est l'envoyé ".

    Le saint (le moine) : " Allons donc, Commandeur des croyants, ne témoignes-tu pas avec moi que le Christ est le Verbe de Dieu ? "

    Le Commandeur : " Oh là ! je témoigne de ceci avec toi ? "

    Le moine dit au Juif : " Toi, le Juif, ne témoigneras-tu pas avec moi de l'avènement du Christ et que c'est par le Verbe de Dieu que les cieux ont été affermis ".

    Le Juif : " Eh bien, je témoigne ".

    Alors le saint (moine), rempli de l'Esprit Saint, dit : " Vous trois, vous avez témoigné devant moi de la vérité ; par suite, je ne témoignerai pas de ce qui n'est pas vrai. Oh Juif, le Christ est né et ne naîtra pas de nouveau. Oh Commandeur des croyants, Mohammed n'est ni Apôtre, ni prophète, mais un falsificateur ".

    Alors les Saracènes furent remplis de pudeur, de colère et d'indignation ; les scribes et les médecins chrétiens par contre furent envahis de joie du fait que le moine, par la force du Christ eût vaincu le Commandeur des croyants et le Juif. Le Commandeur dit donc au Juif : " J'espérais que tu me serais utile et cela est allé a mon détriment ". A la suite de cela, il ordonna de souffleter violemment le Juif et de le jeter dehors. Et il dit au moine : " Seul, je te vaincrai, et de tes idées, je te ferai revenir ".

    Le saint : " Un seul a été mis en fuite, vous l'emportez comme deux (sens douteux) ".

    Le Commandeur : " Mohammed n'a-t-il pas converti les Perses et les Arabes et réduit à rien leurs idoles ? "

    Le Saint : " A quelle fin les a-t-il convertis ? Avec quel acharnement agit-il et comment a-t-il rémunéré (récompensé) ceux qui lui obéissaient ? "

    Le Commandeur : " Il comble de biens ceux qui lui obéissent ; mais ceux qui sont opiniâtres, il les fait périr par le glaive ".

    Le Saint : " Qu'est-ce qui était promis dans ce monde périssable et dans l'éternité ?"

    Le Commandeur : " Ici-bas, des mets succulents, des vêtements splendides, des convives et des chambres nuptiales ; là au paradis, de la nourriture et des noces ".

    Le moine : " Paul n'avait ni glaives, ni trésors, il travaillait de ses mains d'où il tirait sa subsistance et renonçait à tout, il enseignait le jeûne et la sainteté et ne sombrait pas dans la fornication. En ce qui concerne la Vie éternelle, il ne promettait ni nourritures, ni noces, mais le règne de Dieu. Considère que les disciples de l'un et l'autre, de Paul et de Mohammed, sont nombreux ".

    9. Le Commandeur : " Paul est-il réellement Apôtre ? Les Apôtres ne furent-ils pas douze ? "

    Le Saint : " Tu fais preuve d'une grande sagesse, toi qui connais les douze Apôtres ; et en même temps d'un aveuglement extraordinaire, toi qui ne crois pas en leurs œuvres ! En effet, ils furent douze à gagner et à se partager les douze extrémités de la terre, eux qui convertirent les nations, les confirmèrent et les baptisèrent en vue de la Vie éternelle ".

    Le Commandeur : " Comment dois-je comprendre les douze extrémités de la terre ?"

    Le moine : " Les quatre coins de la terre correspondent aux quatre Évangiles, et les douze parties de la terre correspondent aux douze provinces que les Apôtres ont évangélisé, à savoir l'Indus et l'Inde, la Nubie et l'Afrique, le pays des Goths (veut-il désigner la Germanie) et la Grèce, la Bulgarie et la Thrace, la Colchide et la Chazarie, l'Arabie et la Farghanie13 : voici les confins maritimes. Vous par contre, les Sarrasins, n'avez obtenu qu'une seule île (il veut parler de la péninsule arabique) et de vos terres, plusieurs nations croient en mon Dieu. Et de tes serviteurs eux-mêmes, les plus éminents, les uns scribes, les autres médecins, ils trouvent leur espérance en mon Libérateur ". Jusqu'à présent pensif, le Commandeur fut embarrassé et ne put rien répondre au moine.

    10. Alors le Commandeur répondit au moine : " Je te donne de choisir entre deux choses ".

    Le moine : " Il t'est donné d'accomplir l'une d'elle ".

    Le Commandeur : " Soit je te convertis, soit je te fais mourir ".

    Le moine : " Soit tu me renvoies à mon maître, soit tu m'envoies au (mon) Christ, soit tu te fais chrétien toi-même avec moi ".

    Alors le Commandeur des croyants ordonna d'apporter une marmite brûlante et de l'y plonger après lui avoir enlevé ses sandales. Étant debout, il pria pour supporter le tourment jusqu'au bout en disant : "Mon corps s'offre à la brûlure du moment que mon âme ne périsse pas ". Le feu ayant épuisé son effet ne nuisit pas au saint. Ensuite le Commandeur des croyants ordonna que soit apporté une petite boite en fer, bien fermée et gardée, qu'il ordonna d'ouvrir et d'où il sortit une petite ampoule avec l'étiquette sur laquelle était écrit -boisson empoisonnée14 causant la mort immédiatement, et appelé samsala-. Le Commandeur des croyants dit alors : " Ou bien tu m'obéis et tu recevras le bienfait, ou bien tu bois ce poison et tu vas à la mort".

    Le saint : " Il est préférable de boire ce venin mortifère et de goûter la mort que de se soumettre à ta loi et de perdre mon âme ". Le Commandeur des croyants ordonna donc d'apporter un vase, d'y verser l'hydromel, d'y mélanger le poison et de le présenter au moine pour qu'il le boive. Et il dit : " A cause de ton obstination, bois cette boisson amèrement douce et mortellement mielleuse (bois ce qui est amère avec ce qui est doux, et ce qui est mortel avec ce qui est mielleux). Le Martyr du Christ le reçut de sa main, récita le symbole de la foi et fondit en larmes. Pleuraient aussi les scribes, les médecins et les chrétiens de la noblesse sauf ceux qui se continrent par crainte. Apercevant ses ministres en train de pleurer, le Commandeur des croyants, pris lui-même de commisération, commença à pleurer. Mais quoiqu'il voulût le relâcher, il était plein de vénération et ne put le châtier parce que le peuple lui imposait de la crainte. Alors le moine, élevant la voix, dit : " Je crois au Père, au Fils et au Saint Esprit ". Il se signa de la croix du Seigneur ; et nullement terrifié, il but jusqu'au bout le poison. Mais par la puissante protection de Jésus-Christ notre Dieu, il ne subit aucun dommage. C'est alors que les scribes se précipitèrent au devant du Commandeur des croyants et dirent : " Ordonne qu'un glaive soit apporté et nous tue pareillement avec cet homme innocent ". Alors le Commandeur des croyants ordonna d'amener un homme captif, un homicide, passible de mort ; et voulant expérimenter le poison, il ordonna à l'accusé de la boire. Lorsque celui-ci l'eût bu, il s'effondra, son âme sortit de lui, son corps se décomposa, ses cheveux et sa barbe tombèrent. Le moine par contre, restait debout, priait, louait le Seigneur et se Réjouissait en esprit. Alors tous les Sarrasins se mirent à crier : " Tu avantages et honores les Chrétiens ; tu perds les Sarrasins. Soit tu supprimes ce moine, soit nous Sarrasins, nous périssons ".

    11. Il ordonna donc de le mettre à mort, de le faire sortir de la ville et de le transpercer d'un glaive. Alors le saint martyr du Christ dit au Commandeur des croyants : " J'exige de toi une seule chose : que je sois traduit au tribunal devant l'assemblée du peuple et des moines. Par la suite, je t'adjure de par le Seigneur de ne pas renverser la justice ". Alors ils le conduisirent à la porte de la ville, vers la colline de Saint Grégoire. Ce qu'ayant entendu, sortirent la multitude des habitants de la ville, les pèlerins, les moines, les vieilles personnes ainsi que les jeunes, les enfants, les femmes et tous les fidèles. Alors saint Michel, l'athlète et le martyr du Christ, étendit son pallium, adora le Seigneur par trois fois, pria en faveur de la paix pour le peuple et demanda à tous : " Habillez-moi de ma bure ; enveloppez-moi de mon pallium et remettez-moi entre les mains de mon maître pour qu'il me confie à la terre ". Puis il se signa d'un signe de croix et inclina la tête sous le glaive pour livrer sa vie. Le Bourreau trancha alors sa tête sacrée, la prit de sa main et la baisa ; lui-même pleura ainsi que tout le peuple. A la suite de ceci, une grande controverse s'éleva parmi les habitants de la ville et les moines. Les habitants de la ville disaient : " Ne nous enlevez pas de notre ville ce martyr exceptionnel ". Les moines répondaient : " Vous ne pouvez pas nous arracher celui qui est pour nous un fils et le compagnon de notre solitude ". Ceci tourna en dispute et tumulte jusqu'à ce qu'arrivât le Commandeur des croyants qui ordonna de le livrer aux moins. Et posé sur un animal de trait, ils le transportèrent jusqu'à l'hôpital (Xenodochium).

    12. Immédiatement, vers l'heure des Vêpres15, des anciens firent connaître tout ce qui était arrivé : l'Esprit Saint en effet était avec eux. La cellule de l'un d'eux était placée à proximité de la tour Saint Sabas. L'ancien se dirigea promptement vers l'église et ordonna de faire sonner le signal de la prière ; ce qu'entendant, les pères se rassemblèrent à l'église. L'ancien narra l'événement tout en pleurant et les exhorta tous par ces mots : " Ainsi est décédé votre frère et mon fils : je vous prie donc instamment que vous meniez à bonne fin cette affaire promptement et avec courage, et que vous enleviez le corps ". C'est ainsi que les plus jeunes moines, ses confrères, se précipitèrent en ville et enlevèrent le corps. Au tomber du soleil, ils descendirent à la faveur du crépuscule dans la vallée de Siloé. C'est alors qu'on a pu remarquer une chose admirable : une nuée de feu comme une colonne de lumière ou comme la lune resplendissant dans tout son éclat dans les ténèbres et l'obscurité, accompagna le saint martyr. Tous les habitants de la ville observaient stupéfaits. Les Sarrasins aussi furent terrifiés : ils fixaient du regard cette grande lumière descendant le long de la vallée de Siloé jusqu'à atteindre la laure de Saint Sabas. Le convoi étant arrivé à la laure, les pères sortirent à sa rencontre avec des cierges et des encensoirs et l'introduisirent dans l'église au milieu des cantiques avec une grande vénération.

    13. Il y avait alors à la laure, un frère infirme du nom de Théodore qui gisait sur son lit depuis trois ans. Lorsqu'il entendit que le disciple du père Moïse natif de Tibériade et maintenant martyr, avait été enlevé de la ville, il supplia qu'on le transportât à l'église pour voir le saint : il était en effet son amis. Mais personne n'exauça sa demande. Élevant alors une voix sanglotante, il dit : " O Michel, mon frère, n'oublie pas ton ami. Si tu as grâce auprès du Christ, rends-moi digne de me mettre en ta présence ". Et aussitôt, il se dressa et devint ferme. Il descendit à l'église, se prosterna à ses pieds (du saint) et dit en pleurant : " Vraiment, ta puissance éclate par la manifestation de ta grâce irrésistible, et tu m'as superbement conservé ton amitié. De plus, tu as usé de miséricorde envers moi et tu as voulu me guérir ". Une fois la psalmodie et tous les rites funèbres complètement achevés, ils le conduisirent à la sépulture des martyrs, des pères et des confesseurs (qui se sont consumés ??)16. Son maître, la larme à l’œil, le cœur souffrant et l'esprit en joie, adressait ainsi ce discours à son disciple, martyr du Christ : " Si cette permission t'est accordée auprès du Christ, fais que je migre vers toi au septième jour ". Sept jours après, nous déposâmes le corps du maître à côté de son disciple ; et tous, d'une seule voix, rendîmes gloire à Dieu, auteur de ces prodiges, et à notre Seigneur Jésus Christ, à qui soit la gloire pour les siècles sans fin. Amen.

    14. Et moi, Basile, très modestement, j'ai demandé ces récits pour l'utilité de ceux qui écrivent, qui lisent et qui écoutent, pour garder la mémoire, la louange et la gloire de Saint Sabas, notre père, qui d'une étendue aride fit une célèbre cité, très forte contre l'attaque des ennemis visibles ou invisibles qui lui font la guerre, mais gardée par Dieu par son aide céleste, non redevable d'aucune faveur, ni d'aucun patronage humain, mais administrée et ordonnée (agencée) par Dieu, entièrement adonnée au combat ascétique, elle est éreintée par un travail sans trêve, mais elle prend part à al miséricorde éternelle ; et dans cette laure, il fonda une église divinement édifiée, fondée sur la vraie foi et confirmée pour l'éternité. Et de même que le Seigneur chérit les maisons de Jérusalem et que tous les fidèles qui y habitent sont déclarés bienheureux, de même bienheureuse est la laure de Saint Sabas ; elle est une vallée de larmes, et pourtant bienheureux quiconque y habite et est illuminé par cet homme célèbre (Sabas). Comme Jérusalem est la reine de toutes les villes, ainsi la laure de Saint Sabas est le principe et modèle de tous les lieux de solitude ; autrement dit, si Jérusalem constitue la norme des autres villes, la laure de Saint Sabas vis à vis des autres monastères, en est l'exemplaire.

    15. Ce Sabas (dont nous parlons), illustre et extrêmement célèbre, un étranger venant des confins de la terre, fut choisi et appelé par le Père, aimé par le Fils et conduit par le Saint Esprit. Ce serviteur de la Sainte Trinité fut en outre disciple du grand Euthyme, ami de Saint Théodose et père de très nombreux martyrs. Comme guide spirituel, le bienheureux Sabas a acquis maints disciples parmi lesquels il faut compter Étienne (Étienne le Sabaïte, neveu de saint Jean Damascène), Jean, Thomas et Théodore Abu Qurrah. Le père Étienne marcha sur la Mer Morte et opéra de nombreux miracles : c'est lui qui vainquit le diable dans le désert. Jean, l'évêque et l'hésychaste, prit soin d'un arbre et en recueillit des fruits savoureux. De même, il irrigua la laure de la sève de son enseignement (son institution) et prit soin de l'âme des moines, dont un disciple de Jéricho. Abu Qurrah, un néophyte de Saint Sabas, pasteur et hiérarque d'Assyrie et thaumaturge de Babylonie, et bien d'autres athlètes, disciples de la laure de Saint Sabas, martyr du Christ, saints pères, jeunes et anciens qui, brûlés par l'incendie ou mis à mort par le glaive, ont rejoints les martyrs au martyrium de la laure. Notre saint père, vénérable ancien, prêtre et fruit (rejeton) du paradis, Sabas fit pousser de tels rameaux, orna de fleurs variées, abonda de fruits spirituels et apporta à notre Seigneur Jésus Christ, à qui sont dus la gloire, l'honneur, l'adoration, avec le Père et l'Esprit Saint, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

     

    Notes

    1 Les mots en italique ne sont pas dans le texte latin mais ont été rajoutés pour les besoins de la traduction.

    2 Environ 400 m.

    3 Abu Qurrah, d'abord moine au monastère Saint Sabas, devint évêque de Haran en Syrie. L'Abu Qurrah dont il est question ici, n'est qu'un prête-nom.

    4 Il s'agit certainement du Corps et du Sang du Christ pour refaire les forces de l'âme.

    5 En fait, Abd el Melik a mené la vie difficile aux chrétiens.

    6 Peuple de l'Arabie Heureuse : la dénomination « heureuse » vient d'une erreur de vocalisation sur le mot Saoud qui désigne aussi la famille du même nom.

    7 À savoir, des théologiens chrétiens qui puissent l'enseigner. Autrement dit, il ne condamnait personne en raison de sa foi puisqu'il recherchait un savant chrétien. Ceci explique certaines réparties par la suite.

    8 Ou « vient avec nous ».

    9 Cynique traduit caninus, qualificatif de canis le chien ; en grec kuwn, kunoV d'où cynique.

    10 c'est-à-dire selon mon jugement.

    11 À partir de maintenant, au lieu de répéter : le moine répondit ou le Commandeur des croyants répondit, je mets seulement le moine ou le Commandeur.

    12 Sens douteux : un lion repu ne va pas aller chercher une proie. Le Commandeur a compris que le lion, c'est lui. C'est pourquoi il se montre conciliant.

    13 Je n'arrive à identifier la Chazarie et la Farghanie.

    14 venin buvable en latin.

    15 vers le soir.

    16Sens douteux !

     


  • Commentaires

    1
    Elisabeth
    Jeudi 31 Août à 12:31

    Par les prières de saint Michel le Sabbaïte, qu'Agapia guérisse promptement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :