• Brutalités, vision, conversion et martyre

    du prince Al-Hashimi de Bagdad

    Récit tiré de

    l'Histoire des patriarches de l'Eglise copte d'Alexandrie[1]

    où il est attribuée à Al-Wadih ibn Raja, un musulman converti au Christ et devenu moine sous le nom de Bulus ibn Raja[2] qui affirme la tenir de son ami, l'évêque Severos ibn al-Mukaffa[3].

     Le fait que la famille royale se trouve à Bagdad fait placer cet épisode durant le Califat abbasside d'Irak (750 - 1258). Sévère d'Achmounein, mort après 987, en parle comme d'un événement ancien (puisque, selon ce récit, les chrétiens de Bagdad ont eu le temps de construire une église sur la tombe du martyr), l'histoire à la base du récit a pu doit donc être située au plus tard vers 950, ce qui donne une période de deux siècles : 750-950.

     La liturgie, telle qu'elle est décrite dans ce récit est celle de l'Eglise d'Alexandrie.

     *

    *  *

     "Il y avait à Bagdad un prince de famille royale nommé Al-Hashimi, qui ne songeait en aucune manière aux affaires de l'État, ni aux beaux habits, ni aux chameaux ; mais tout son plaisir était de monter tous les jours à cheval, et de s'en aller, accompagné des soldats de sa suite, dans les églises des chrétiens au moment précis de la liturgie. Il y entrait à cheval, et commandait qu'on prenne l'hostie dans la place même du sanctuaire. Il la faisait rompre et fouler au pieds, et répandre le calice. Quand il avait fait cela dans une église, il allait ensuite dans une autre, où il en faisait autant, à tel point que les églises de Bagdad étaient sur le point de ne plus avoir de Liturgie et que la plupart des prêtres s'abstenaient de célébrer, dans la crainte où ils étaient que cela ne leur arrive.

    Mais le secours de Dieu l'attirait, quoi qu'il ne sût pas.

    Un jour que cet homme était entré, selon sa coutume, dans une église, Dieu lui ouvrit les yeux, et il aperçut sur la patène le korban[4] comme un enfant beau et très-bien fait. Et, au moment de la Fraction, il vit que le prêtre l'immolait, et versait son sang dans le calice, et divisait sa chair par morceaux sur la patène. Al-Hashimi en était stupéfait, incapable de bouger. Après cela, le prêtre sortit pour la communion, et donna au peuple de la chair, et le diacre, du sang dans le calice[5], alors qu'il les regardait faire.

    Tout à son étonnement, et il dit à ses soldats : "Ne voyez-vous pas ce type, ce prêtre, manigance ?" Ils lui dirent : "Oui, nous le voyons". Il leur dit : "Le laisserons-nous faire qu'il prenne un enfant, l'immole et partage sa chair à cette assemblée, et qu'il les fasse boire de son sang ?" Ils lui dirent : "Dieu te maintienne, Seigneur, mais nous ne voyons que du pain et du vin" ; ce qui augmenta sa crainte et sa stupéfaction. Le peuple, de son côté, n'était pas moins surpris de le voir ainsi immobile, ne faisant pas au korban ce qu'il avait coutume de faire.

    Le prêtre ayant achevé l'office, et le peuple étant sorti, il appela ce prêtre, et lui dit ce qu'il avait vu. Le prêtre répondit "Seigneurie, je t'assure devant Dieu que ce n'était que du pain et du vin." Ayant donc ainsi reconnu que ce mystère n'avait paru qu'à lui seul, il dit au prêtre : "Je veux que tu me fasses connaître le mystère de cette Eucharistie et son institution". Le prêtre lui apprit comment Jésus-Christ prit du pain et du vin, le partagea entre ses disciples, et leur dit : Prenez, mangez; ceci est mon corps, et ensuite : Buvez; ceci est mon sang, buvez-en tous pour la rémission de vos péchés. "Et ses disciples, dit-il, nous ont appris une prière que nous disons sur le pain et sur le vin, quand nous les mettons sur l'autel, et le pain est changé et est fait chair, et le vin est fait sang d'une manière secrète, comme Dieu te l'a fait voir aujourd'hui. Cependant en apparence c'est du pain et du vin, parce qu'il n'y a personne au monde qui puisse prendre un morceau de viande crue, ni boire du sang qui vient d'être répandu. C'est Dieu lui-même qui a manifesté pour toi ce mystère saint, véridique et caché pour le salut de ton âme."

    Puis le prêtre lui lut les livres de l'Eglise et lui expliqua les Mystères de la foi chrétienne, de sorte que son coeur fut rassuré pour entrer [en christianisme][6], reconnaissant sa grandeur et sa vérité, ayant vérifié  ses enseignements et sa solidité.

     Alors, il ordonna à ceux qui l'accompagnaient de partir, et il resta avec le prêtre pour la nuit, et celui-ci le baptisa de nuit, de sorte qu'il devint chrétien. Au matin, ses compagnons lui ramenèrent son cheval, mais il les renvoya sans leur adresser la parole. Lorsque ceux-ci surent ce qui s'était passé, ils s'en allèrent voir son père pour l'en informer. Ce dernier, cruellement blessé, ordonna qu'on lui amène son fils de force. Il lui parla avec tendresse et sévérité, s'épuisant à tenter de le convaincre de toutes les manières possibles, alternant humiliations et menaces, mais fut incapable d'en obtenir quoi que ce soit : Al-Hashimi ne renonça pas à son opinion. Alors, il le fit livrer à la torture, et il fut torturé outre-mesure mais ne renonça pas à sa croyance.

    Aussi il fut décapité au sabre, pour le nom du Seigneur Christ, accomplissant son martyre – que sa bénédiction descende sur nous et son intercession soit avec nous.

    Quant à son saint corps, les chrétiens de Bagdad l'honorèrent et le vénérèrent, et ils bâtirent au dessus un église qui est connue sous le nom d'Eglise d'Al-Hashimi.   

    Notes : 


    [1] ATYIA et alii : "History of the Patriarchs of the Egyptian Church, known as the "History of the Holy Church" by, Sawirus Ibn Al-Mukaffa, bishop of Al-Asmunin", Vol II, part 2, 1948. P 165-167". Cet ouvrage copte a longtemps été attribué à Sévère évêque d'Achmounein.

    [2] Paul, fils de Raja. Voir "Christian-Muslim Relations, A Bibliographical History", Volume 2, 2010 p 541.

    [3] Sévère évêque d'Achmounein. Une traduction française de la plus grande partie de ce récit avait été réalisée à partir "d'un manuscrit arabe de la Bibliothèque du Roi" et publiée par Antoine ARNAULD : dans "La perpétuité de la foi de l'église catholique touchant l'eucharistie", Volume 3, 1674, p 797.

    [4] Le "korban" est, dans l'église copte, le pain spécifique préparé pour être consacré, un peu comme la "prosphore"  de la liturgie byzantine. On en prépare plusieurs, mais un seul servira à l'eucharistie, les autres étant distribués comme "pain béni" à la fin de la liturgie.

    [5] Dans l’Eglise copte, on communie au Saint Corps, puis après avoir fait le tour de l’autel, on communie au Précieux Sang, à l’aide d’une cuillère. Quand il y a deux prêtres qui concélèbrent, le principal (l’Officiant) distribue le Saint Corps et l’autre (le concélébrant) le Précieux Sang. Mais quand il n’y a qu’un seul prêtre, il distribue lui- même les deux Espèces, et cela prend le double du temps. Si un  diacre est présent, il peut distribuer le Précieux Sang.

    [6] c'est à dire : "pour entrer dans la foi", "pour devenir chrétien"


    votre commentaire
  • L'Histoire des Patriarches d'Alexandrie, attribuée à Sévère d'Achmounein,  a été traduite en anglais.

    On trouvera ci-après des liens vers cette traduction.

    On notera que j'ai volontairement placé la partie 10 après les 11 et 12 : la Chronologie l'impose...

     

    History of the Patriarchs of the Egyptian Church

    known as the "History of the Holy Church"

    by

    Sawirus Ibn Al-Mukaffa

    bishop of Al-Asmunin

    Preface to the online edition

    Translator's Introduction

    +

    +   +

    Part 1 : St. Mark to Theonas (300 AD)

    Vol. 1, Part 1 : text edited, translated and annotated by B. Evetts, (reprint de PO 1, 1904)

     

    Part 2 : Peter I to Benjamin I (661 AD)

    Vol. 1, Part 2 : text edited, translated and annotated by B. Evetts, (reprint de PO 1, 1904)

     

    Part 3 : Agathon to Michael I (766 AD)

    Vol. 1, Part 3 : text edited, translated and annotated by B. Evetts, (reprint de PO 5, 1910)

     

    Vol. 1, Part 4 : Mennas I to Joseph (849 AD)

    Vol. 1, Part 4 : text edited, translated and annotated by B. Evetts, (reprint de PO 10, 1915)

     

    Part 5 : Khaël II to Shenouti I (A. D. 849-880)

    Vol. 2 pt. 1: tr. & annotated by Yassa 'Abd al-Masih & O.H.E. Burmester, 1943

     

    Part 6 : Khaël III to Senouti II (A.D. 880-1066)

    Vol. 2 pt. 2: tr. & annotated by Aziz Suryal Atiya, Yassa 'Abd al-Masih & O.H.E. Burmester, 1948

     

    Part 7 : Christodoulus to Michael (A.D. 1046-1102)

    1959: Vol. 2 pt. 3: tr. & annotated by Aziz Suryal Atiya, Yassa 'Abd al-Masih & O.H.E. Burmester, 1959

     

    Part 8 : Macarius II to John V (A.D. 1102-1167)

    Vol. 3 pt. 1: tr. & annotated by Antoine Khater & O.H.E. Khs-Burmester, 1968

     

    Part 9 : Mark III to John VI (A.D. 1167-1216)

    Vol. 3 pt. 2: tr. & annotated by Antoine Khater & O.H.E. Khs-Burmester, 1970

     

    Part 11 : Cyril III to  Ibn Laklak (1216-1243 A.D.)

    Vol. 4 pt. 1: tr. & annotated by Antoine Khater & O.H.E. Khs-Burmester, 1974

     

    Part 12 : Cyril III to  Ibn Laklak (1216-1243 A.D.)

    Vol. 4 pt. 2: tr. & annotated by Antoine Khater & O.H.E. Khs-Burmester, 1974

     

    Part 10 : Cyril II to Cyril V (A.D. 1235-1894 A.D.)

    Vol. 3 pt. 3: tr. & annotated by Antoine Khater & O.H.E. Khs-Burmester, 1970


    votre commentaire
  • DJ 7

    De la monogamie

     Le sarrasin : D'où vient-il, évêque, que chez vous, la monogamie est mieux considérée que la polygamie ? En effet, puisque vous dédaignez la polygamie, vous devriez refuser la monogamie, car ce qui est mal en soi l'est dans chacune de ses expressions, et ce qui est bien en soi de même. Et cela s'exprime selon les nécessités de chacun.

     Théodore : Ce cas particulier ne se distingue pas de la généralité de la même manière que telle personne particulière se distingue de l'humanité en général. En effet, ce cas particulier est contraire à la généralité, comme la mesure s'oppose à l'excès, ou la bonne gestion à l'avarice.

     Le sarrasin : Convaincs moi, non pas sur la base des écrits d'Isaïe ou de Matthieu, que je ne comprends pas bien, mais sur la base de concepts indispensables et généralement admis [1].

     Théodore : C'est comme tu veux, j'ai une grande réserve d'arguments pour te satisfaire. Pourquoi la femme se marie-t-elle ?

    Le sarrasin : Je ne sais pas.

     Théodore : Pour deux raisons : le plaisir et la procréation. [2]

     Le sarrasin : C'est évident.

     Théodore : Depuis Adam, le premier homme, jusqu'à nos jours, saurais-tu me dire s'il y a un homme à qui Dieu ait accordé de plaisirs plus variés qu'à lui, Adam ?

     Le sarrasin : A aucun.

     Théodore : A-t-il été privé en quoi que soit d'une forme de plaisir ?

    Le sarrasin : Certes non.

    Théodore : Et combien lui a-t-il été donné de femmes ?

    Le sarrasin : Une seule

    Théodore : Il est par conséquent clair que le plaisir obtenu d'une femme est plus parfait qu'avec plusieurs.

    Le sarrasin : Je dois être d'accord. Néanmoins, il semble qu'avec plusieurs femmes on a plus d'enfants.

    Théodore : A ton avis, y a-t-il eu une époque qui ait eu plus besoin de fécondité que l'époque d'Adam ?

    Le sarrasin : Aucune

    Théodore : Il s'avère donc que d'avoir une seule femme a plus de sens en matière de fécondité que d'en avoir plusieurs. Et n'est-ce  pas une pensée opposée à Dieu et favorable à la chair qui caractérise ceux qui ont institué la polygamie à une époque où l'humanité était déjà nombreuse, alors que le Créateur du monde avait instauré la monogamie tandis que le monde n'était que très peu peuplé ?

    Le sarrasin, craignant de s'avouer vaincu, et tentant de camoufler la honte de sa doctrine dit : Propose-moi un autre exemple.

    Théodore : Un maître avait deux esclaves, envoyés en voyage. L'un avait la permission de s'habiller avec la quantité de vêtements qu'il souhaitait tandis que l'autre, par contre, reçut l'ordre de ne mettre qu'une seule tunique [3]. Et si l'un d'entre eux venait à avoir froid, qu'on lui donnât quatre-vingt coups de fouet. Le maître qui a donné de tels ordres est-il a ton avis juste, ou injuste, en particulier si celui à qui il a été ordonné de ne mettre qu'une chemise est le plus faible des deux ?

     Le sarrasin : Injuste

     Théodore : Par conséquent vous accusez Dieu d'injustice, puisque vous dites qu'il n'a accordé à la femme, qui est plus faible pour résister au désir, de n'avoir que le quart d'un mari, et à l'homme qui, par contre est plus patient, d'avoir quatre femmes, quel que soit le nombre de concubines [4]. C'est lui aussi qui dit que la peine pour l'adultère, ce sont quatre-vingt coups de fouet. Que peut il y avoir de plus injuste que de telles règles ?

     Le sarrasin : Donne-moi un autre exemple.

     Théodore : Qu'est ce qui réjouit le plus Dieu dans les relations humaines : la paix ou le conflit ?

     Le sarrasin : La paix

     Théodore : Si un homme a plusieurs femmes, penses-tu qu'il aura plus de paix que s'il n'en avait qu'une ?

    Le sarrasin : Cela dépend : des fois c'est vrai, des fois il en est autrement.

     Théodore : Se peut-il qu'elles s'aiment entre elles ?

     Le sarrasin : Non

     Théodore : N'empoisonnent-elles pas la vie de leur mari en même temps qu'elles s'empoisonnent entre elles ? Les disputes qui s'élèvent dans leurs familles ne créent elles pas des désordres permanents ? La monogamie par contre rapproche les familles des deux époux, auparavant éloignées, et si elles étaient séparées, les rassemble.

     Le sarrasin : En effet.

     Théodore : Par conséquent, pour nous, la monogamie est plus honorable, plus sainte, et plus agréable à Dieu. Mais si tu le souhaites, je peux te donner un autre exemple.

     Le sarrasin : A peine ai-je ouvert pour toi mes oreilles que tu m'as presque fait chrétien. Pour moi j'en ai assez.

     

    Notes :

     Texte grec : traité 24, PG 97, col 1556 ; traduction anglaise : Lamoreaux, "Theodore Abu Qurrah translated" p 220 ; traduction russe : Sablukov in "миссіонеръ" n° 23, p 184 (11° traité) ; traduction française partielle : Khoury, "Apologies byzantines" p.

     1. "Par des principes généralement admis" Cf. TAQ 3, note 2

     2. Notons, au passage, la "modernité" de la question de Théodore Abu Qurrah : il ne demande pas pourquoi l'homme se marie, mais la femme. Et il place le plaisir avant la procréation dans les raisons pour lesquelles elle se marie.

     3. Cette comparaison entre le mariage et le vêtement doit être mise en relation avec ce passage du coran : "vos femmes sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles" (Coran II, 187)

     4.  La polygamie est en effet autorisée dans le coran (4.3) "Il est permis d'épouser deux, trois ou quatre parmi les femmes qui vous plaisent, mais si vous craignez de n'être pas justes envers celles-ci, alors une seule. " En revanche, la polyandrie est rigoureusement proscrite, encore qu'il faille noter que cette interdiction est adressée à l'homme : il n'a pas le droit d'épouser une femme qui a déjà un mari, l'opinion ou le désir de la femme n'entrant pas en ligne de compte. (coran 4.22-24)

     Outre ces épouses légitimes, qu'il peut d'ailleurs répudier (coran 4.20), l'homme peut aussi prendre pour concubines les femmes esclaves qu'il possède (coran 70.29-30).

    En cas d'adultère ou de débauche, le coran prévoit un même châtiment de 100 coups de fouet pour l'homme et la femme (coran 24.2). Cependant cette apparente égalité de traitement est fortement contrebalancée par le fait qu'un homme déjà marié peut sans difficulté prendre une épouse ou une concubine supplémentaire, quitte à la répudier par la suite, possibilité dont ne disposent absolument pas les femmes.

    Dans notre texte, il est question de 80 coups de fouet, ce qui correspond en fait au châtiment appliqué à celui qui accuserait faussement d'adultère une épouse légitime (coran 24.4)

     


    votre commentaire
  • Les quatre premiers siècles de l'Eglise sont jonchés du cadavre des martyrs massacrés par l'Autorité politique païenne, qu'elle soit romaine ou perse. Puis, avec la conversion de Constantin et "l'édit de Milan", avec surtout le règne de Théodose, le Temps des martyrs sembla toucher à sa fin : on pouvait vivre chrétien et en sureté. Le terme "martyr" servit cependant encore, jusqu'à la fin de la période iconoclaste.
    Puis, vint l'islam. Et de nouveau, par périodes, les chrétiens furent sommés de choisir. Et de nouveau, il y eut des martyrs : des "nouveaux martyrs", ou "néo-martyrs".
    Le communisme, lui aussi, (pour ne prendre qu'un exemple) a persécuté les chrétiens, et innombrables sont ses victimes, eux aussi "néo-martyrs".
    Ici, eu égard au thème du blog, nous n'aborderons que les martyrs chrétiens liés à l'islam, et ce schématiquement en trois périodes : des débuts de l'islam jusqu'à la chute de l'Empire byzantin (1453), de la chute de l'Empire byzantin à la chute de l'Empire ottoman (1923) et enfin jusqu'à nos jours.



    Jusqu'à la prise de Constantinople

    Conversion et martyre du prince Al-Hashimi de Bagdad : traduction française par Al-Bossikad

    Martyre de Michel le Sabaïte : traduction française de son martyre par le frère Théognoste 

    Le cousin du Calife : Traduction française d'Albocicade ; Texte grec et traduction latine du texte de Grégoire le Décapolite in PG 100. 1201-1212.

    Ahmet, Témoin Du Christ : Les martyrs Ahmet le calligraphe et Ahmet le moine, témoins du Christ

    Ruwah-Antoine (Rawh al-Qurashi) : Traduction française par I. Dick.


    Elias : a Christian craftsman, born in Baalbek but making his home in Damascus, he was (wrongly) suspected of having renounced his faith at a party at which he had undone his (distinclively Christian) bell. Prudently retiring to Baalbek, after eight years he returned to Damascus where he was denounced as an apostate from Islam and dragged before the local governor. Having refused every opportunity to embrace Islam and regain his freedom, he was eventually executed by order of Muhammad, the nephew of the caliph al-Mahdi, on 14 February 162/779. Texte grec et latin de Combefis.

    Romanos : a Byzantine monk native to Galatia, he was taken prisoner by muslim raiders in 154/771. After years in captivity (mostly in Baghdad), he was executed for reconvening Byzantine prisoners to Christianity after they had apostatized through fear, by order of the caliph al-Mahdi at al-Raqqa on 1 May 163/780. Traduction anglaise dans : "Three Christian Martyrdoms from Early Islamic Palestine: Passion of Peter of Capitolias, Passion of the Twenty Martyrs of Mar Saba, Passion of Romanos the Neo-Martyr" par S. J. Shoemaker

    Dahhak (Bacchus) : a convert to Christianity (his father had converted to Islam while his mother remained secretly attached to the Christian faith), he became a monk of Mar Sabas. After convening five of his brothers to Christianity he was executed in Jerusalem under the governor Harthama (170/786-7). Texte grec et latin de Combefis.

    Peter of Capitolias  (traduction anglaise partielle) : A priest of Capitolias, a city of the Decapolis in the Transjordan. He was cruelly executed there for his stubborn refusal to refrain from violent invective against Islam, by order of the caliph al-Wahid on 13 January 96/715. Traduction anglaise dans : "Three Christian Martyrdoms from Early Islamic Palestine: Passion of Peter of Capitolias, Passion of the Twenty Martyrs of Mar Saba, Passion of Romanos the Neo-Martyr" par S. J. Shoemaker

    George of Bethlehem : a monk of Mar Sabas, he entered Western ecclesiastical history as one of the martyrs of Cordoba. He was executed for his violent invective against Islam (along with Aurelius and Sabigotho, Felix and Liliosa, executed for apostasy) under the emir 'Abd al-Rahman II on 27 July 852 (238). Texte latin d'Euloge de Tolède in PL 115.777-792

    Qays al-Ghassani ('Abd al-Masih), who was executed in al-Ramla for apostasy on the orders of the local governor, perhaps just after 245/860. English translation in : S. H. Griffith, "The Arabic Account of 'Abd al-Masih an-Nagmni al-Ghassani", Le Museon 98, 1985, pp, 331-74

    Voir : Syrian Christians Under Islam : The First Thousand Years, p 116-118


    Les vingt moines de St Sabas, martyrs en 796

    De la prise de Constantinople à la chute de l'empire ottoman

    Néo-martyres orthodoxes :
    I. Argyré de Brousse
    II. Kyranna d'Abyssoka
    III. Aquiline de Zaklivéri
    IV. Slato de Slatena
    V. Marcelle de Chio
    VI. Ketevania, reine de Cachétie
    par R. Bousquet, Échos d'Orient Année 1907 Volume 10 Numéro 64 pp. 151-154

    Philothée Bénizélou d'Athènes par R. Bousquet, Échos d'Orient Année 1906 Volume 9 Numéro 60 pp. 288-292 


    Les quatre néo- martyrs d'Agrinion :
    Louis Arnaud, Échos d'Orient Année 1911 Volume 14 Numéro 90 pp. 288-292

    Néo-martyrs orthodoxes : Michel d'Athènes et Angelis d'Argos
    Louis Arnaud, Échos d'Orient Année 1913 Volume 16 Numéro 102 pp. 396-408
     

    Un prétendu néomartyr grec par R. Bousquet, Échos d'Orient Année 1905 Volume 8 Numéro 55 pp. 350-353
     

    Le néomartyr Nicolas Casetti par R. Bousquet Échos d'Orient Année 1906 Volume 9 Numéro 61 pp. 363-366
    le néomartyr Michel Mauroeides par V. Laurent, Échos d'Orient Année 1939 Volume 38 Numéro 195 pp. 371-379

    Les néo-martyrs de Jannina : Georges le foustanellas, Jean le tailleur et Anastase le hiéromoine, d'après Echos d'Orient, vol 16, 1913 p 517-525 (article original)

    La page "Néo-martyrs" de Wikipedia

    L'extermination des Arméniens

    De la chute de l'empire ottoman à nos jours

    "Les attentats contre les églises ont cela de positif d’être déplorés – au moins officiellement – par les musulmans (même par le grand imam d’Al Azhar). Même s’il est permis de douter parfois de la sincérité de ces déclarations, c’est autant d’acquis. L’islam ne sera ébranlé que, comme le paganisme, par la reconnaissance de sa propre injustice devant le sang des martyrs, leur pardon et leur longanimité."  (5 janvier 2018, par un moine copte)

    Les Martyrs coptes de Libye (15 février 2015)

    Jacques Hamel, prêtre catholique français (26 juillet 2016)

    Les martyrs coptes de Tanta et d'Alexandrie (9 Avril 2017)

    Les Martyrs coptes de Minya (26 mai 2017)

    Et d'autres... d'autres encore...


    votre commentaire
  • La "Passion de Michel, moine de St Sabas", texte ayant un original arabe perdu n'est connu qu'en transmission géorgienne. Ce récit, relativement tardif, vaut plus pour le regard porté sur l'événement que pour les détails qui abondent. Le nom même de Théodore Abu Qurrah semble s'y être introduit par confusion avec un autre Théodore, Théodore d'Edesse (Voir Lamoreaux "The Biography of Theodore Abu Qurrah Revisited"). Une traduction latine de cette "Passion"en a été donnée par Paul Peteers dans les "Analecta Bollandiana" (tome 48, 1930) et plus récemment Monica Blanchard en a fourni une traduction anglaise (ARAM periodical n° 6, 1994), et cela semble bien être tout.

    C'est dire que cette traduction française comble une lacune. Elle a été réalisée sur la base de la traduction latine de Peteers par un moine certainement catholique, probablement breton, qui a tenu à garder le plus strict anonymat de sorte que je n'en sais pas plus. Qu'il soit remercié. Nous donnons ci-après sa traduction avec les notes qu'il y a jointes.

    Al-Bossikad

     

     

    Le 20 mars

    Passion de saint Michel
    qui fut à la grande Laure de notre père Saint Sabas.

     

    1. Le père Basile, prêtre du monastère1 Saint Sabas, homme admirable et de qui nous avons été les témoins visuels de prodiges, nous narra ce qui suit : au jour de l'Annonciation, nous sortîmes pour la procession des litanies à moins de deux stades2 dans les environs de la laure, vers le lieu qui a été institué pour les supplications envers la mère de Dieu. Il est dit qu'en ce lieu, Notre-Dame se montra à notre père Sabas en vision avec une troupe d'anges et une foule de saints. Au même endroit, on fit vœu de dédier la laure à la Sainte Mère de Dieu et d'édifier l'église majeure. Nous vînmes donc en procession à ce lieu d'une façon habituelle (comme de coutume) avec des croix, des images, parmi les cantiques et les louanges envers la sainte Mère de Dieu ; nous accomplîmes toutes les cérémonies ainsi que la récitation des psaumes ; nous proclamâmes l’Évangile ; nous retournâmes à la laure. Et comme nous passions près de la cellule du père Théodore Abu Qurrah3, homme très digne de louanges, nous fîmes digression pour saluer ce saint homme et recevoir sa bénédiction. En effet sa cellule était flanquée à la laure, au lieu de la Roche Fendue sur le chemin du Jourdain et de la Mer Morte. Lorsqu'il nous vit arriver, il nous reçut promptement, nous salua avec bienveillance et dit en nous embrassant avec joie : " Dieu vous a conduit jusqu'ici et ceci fait mon bonheur ". Il nous ordonna d'entrer, il nous introduisit dans sa cellule, et la prière étant achevée, nous nous assîmes. Étant assis depuis assez longtemps, et ayant devisé de choses et d'autres, ce qui nous fût des plus utiles, nous nous levâmes pour prendre congé ; Abu Qurrah dit alors : " Ce n'est pas encore le moment, saints pères, mes seigneurs et serviteurs du Très-Haut. Ce jour est en effet un jour de louange et de liesse ; voici qu'est arrivée l'heure du dîner et de l'amitié. L'aliment qu'est le pain nous est nécessaire pour refaire nos forces, ainsi que la tendre hostie et la suave boisson4". C'est ainsi qu'il nous proposa de célébrer le saint sacrifice ; ce que nous fîmes ; nous reçûmes le corps et le sang du Seigneur. Ensuite, il se dépêcha de mettre la table. Nous lui dîmes : " Père, donne-nous d'abord une nourriture spirituelle, un discours utile à l'âme ; alors seulement, tu nous donneras une nourriture corporelle ". Il répondit, et comme s'il se jouait de nous, il dit : " Taisez-vous, les pères, ceci n'est pas en mon pouvoir. Donnez-moi la nourriture corporelle, et ensuite vous sera donnée la nourriture spirituelle ". Il nous dit aussi : " Appelez mon disciple ; il ne faut en effet qu'il ne goûte d'aucune viande. Et nous, nous nous plaignons de l'austérité du jeûne !" Alors, nous invitâmes aussi le disciple, nous nous assîmes tous en même temps, nous prîmes plaisir à nous livrer à la liesse et à la joie spirituelles.

    2. C'est alors qu'Abu Qurrah nous narra ce qui suit. Au temps d'Abd al Melik, fils de Maruani, commandeur des croyants, la paix était parfaite, et grande la tranquillité5 ; il n'y avait ni hostilité, ni guerre ; mais à tout le genre humain, au fidèle, à l'infidèle, à tous les païens, aux Juifs et aux Saracènes6, s'imposait l'envie de voir Jérusalem. C'est alors que le commandeur des croyants, Abd al Melik, monta de Babylone à Jérusalem avec son épouse et ses enfants, une armée imposante qui l'accompagnait, des litières à chevaux, des chars ornés, des chevaux, des poulains, des éléphants et des chameaux, dans un appareil varié avec un désir d'ostentation aussi vain que futile. Abd al Melik, le commandeur, ne porta cependant de condamnation à personne et ne molesta personne, mais recherchait depuis longtemps un chrétien expert en lois7.

    3. Quand il vint donc à Jérusalem, la ville sainte, il y avait à Saint Sabas un moine originaire de Tibériade, qui avait un disciple obéissant et droit, bon, parfait et ayant une belle âme. Celui-ci avait l'habitude de confectionner des petits coffrets, des paniers, des corbeilles et différents articles élaborés avec art : il vendait ces ustensiles et en rapportait le prix à son maître. Il dit : " Père, je désire aller en ville pour vendre et acheter divers objets, en donner et en recevoir d'autres. Mais l'Ancien, averti en esprit par une connaissance prophétique, n'eût pas le courage de lui dire de ne pas y aller ; il le bénit avec ferveur et le laissa partir en disant : "Va en paix, mon fils ". Une fois entré en ville, il gagna l'Anastasis et demeura longtemps en prière. Il revint alors à l'Hospice pour récupérer ses articles ; il descendit au marché et commença son commerce. Un eunuque, serviteur de Seida, l'épouse du commandeur, l'aborda avec bienveillance et lui dit : " Passe de notre côté8, jeune : j'achèterai tout ce que tu désires vendre, j'acquerrai de toi autant que tu voudras ". Et aussitôt, il le suivit ne sachant pas où il le conduisait. L'eunuque le conduisit alors jusqu'à la porte de l'épouse du Commandeur et étant entré, il dit à Seida : " Il y a ici un jeune moine ; il est réputé muni d'un grand talent et il vend des ouvrages artistement faits à la main (manufacturés avec art). Je l'ai amené à ta porte ". Elle dit : " Fait-le entrer ".

     4. Lorsque cet agneau eût franchi la porte de l'édifice, le serpent (le diable) qui ne cesse pas de combattre les moines, entra aussi dans l'âme de la femme. Il (le diable) suscita une forte émotion chez l'épouse du commandeur des croyants et la séduisit par un amour déraisonné pour ce moine : il était en effet de grande taille, était dans la force de l'âge (d'un âge florissant) et avait un bel aspect ; son visage par contre était marqué par le jeûne, le travail et les veilles. Seida dit en s'adressant au moine : "Jeune infortuné ! si tu étais captif, je te rachèterais ; si tu étais malade, je te soignerais ; si tu étais pauvre, je te donnerais la richesse ". Le moine répondit : " J'étais captif du monde, maintenant je suis libéré par le Seigneur ; j'étais esclave du péché, maintenant je suis le serviteur du Très-Haut. Je ne suis pas malade de corps, et ne suis pauvre d'aucune richesse ; mais c'est mon être spirituel qui est malade, je languis après les œuvres de pénitence et je suis blessé par la charité du Christ ". Seida répondit : " O Jeune, comme tu es à plaindre ; si tu étais un ami pour moi, je serais bienfaisante pour toi et je serais pour toi le salut ; toi, en effet, tu serais préféré à beaucoup d'autres ". Le moine répondit : " Femme, dans quel but désires-tu perdre ma vie, me séparer de mes compagnons et faire périr mon âme ? " Seida répondit : " Si tu ne te montrais pas prudent envers moi, je mettrais ton corps en pièces par les fouets, la dureté des tourments et des supplices les plus recherchés ". Le moine répondit : " T'obéir est pour mon Dieu une rébellion, et suivre ta volonté est pour moi-même un détriment. Le supplice que pourrait subir mon corps, serait pour moi un repos, et les tourments, le plaisir de mon âme ". Seida répondit : " Ne suis-je pas digne de louange, belle et désirable ". Le moine répondit : " Non digne de louanges, mais blâmable ; non belle, mais nocive ; non désirable, mais adultère et cynique9.

    5. Alors, cet aspic, troublé dans son esprit, s’échauffa dans une grande fureur avec des larmes. Elle ordonna de le ligoter avec des cordes d'arc et de le blesser par des verges. Elle demanda ensuite une tablette en ébène et écrivit le motif de l'accusation contre ce saint. En voici l'énoncé : " sans que je l'ai mérité, ce moine vint chez moi pour m'agresser et me couvrir d'injures ; je te demande de me livrer sa tête en mon pouvoir afin que j'accomplisse la sentence contre lui à discrétion10". Il fut remis alors entre les mains de l'eunuque qui le conduisit jusqu'au palais du Commandeur des croyants en lui remettant la lettre de son épouse. Lui, de son côté, comprit qu'il s'agissait d'une fausse accusation, mensongère et vaine, mais en raison des liens dont le moine était chargé en présence du Commandeur des croyants, personne ne le sût sinon le Commandeur et le moine.

    6. Alors le Commandeur, d'un visage irrité, avec des paroles de menaces et au comble de l'indignation, proféra ces paroles : " O moine, qu'avais-tu en tête ? N'as-tu rien à répondre ? Ou par quelle parole oseras-tu nous répliquer ? Narre-nous ce que tu as dans le cœur. Le moine répondit : " Les rois et les gouverneurs se doivent d'observer trois choses ". Le Commandeur répondit : " Expose la première, la deuxième et la troisième ".

    Le moine11 : " La première est la crainte de Dieu, la deuxième est la miséricorde, la troisième la longanimité ". Cette réponse plût au Commandeur, et ayant pitié de son jeune âge, il ordonna qu'on le délivrât de ses liens. Et il s'adressa au moine : " Cette chose convient parfaitement à l'homme, qu'il soit roi ou empereur, aussi bien qu'au voleur et à l'adultère, qui par conséquent a mérité une peine, du moment qu'il pratique la justice. Et bien, pose une énigme ".

    Le moine : " Que doit faire l'homme qui se trouve à proximité d'un dragon dont le seul aspect fait mourir ; et lorsqu'il s'en éloigne, il tombe sur une terrible bête sauvage, un lion rugissant et effrayant. Qu'est-il alors préférable : de vivre près d'un lion ou d'un dragon venimeux, funeste et plein de malignité ? "

    Le Commandeur : " Ton énigme est pleine de perspicacité. Ne crains pas ce lion effrayant car il est repu, il ne peut pas être trouvé injuste12, il révère le Dieu Très-Haut, si du moins tu te confies en lui ".

    Le moine : " J'espère en Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit ".

    Le Commandeur : " D'où es-tu ? narre-moi ceci en premier, puis plus tard, tu m'instruiras ".

    Le moine : " Je fus d'abord un Galiléen, de la ville de Tibériade ; pour l'heure, je suis Palestinien, de la ville de Jérusalem et de la laure de Saint Sabas ".

    Le Commandeur : " Si mon opinion ne me trompe pas (si je ne m'abuse), tu es un puits de science, d'une parfaite sagesse et prolixe en paroles ".

    Le moine : " Il faut proclamer la vérité devant les rois et non pas la falsifier ".

    7. Cependant le Commandeur des croyants connaissait bien le monde et faisait preuve de prudence devant Dieu ; il avait lu les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament : la Genèse, l'Exode, les Rois ; par contre, de la Loi Nouvelle, il lut les lettres de saint Paul et des Apôtres. C'est alors que le Commandeur fit venir un Juif expert de la Loi dans le but de vaincre (de confondre) le moine et de l'infléchir vers sa Loi. Le Commandeur dit alors au moine : " Où donc est-il écrit dans la Genèse ou dans l’Évangile qu'il vous est permis de manger de la viande et de vous marier ? "

    Le moine : " Il est écrit : les enfants de ce monde se marient ".

    Le Commandeur : " N'es-tu pas, toi aussi, un enfant de ce monde ? Répons à cette objection ou sinon tu seras soumis à mon jugement (ma condamnation) ". Le Juif regarda alors le Commandeur, estimant que le moine était vaincu. Le moine répondit : " Ni le livre de la Genèse, ni ceux des Apôtres, n'interdisent aux hommes qui suivent la voie de ce monde d'user de la viande et du mariage ; par contre, pour les moines qui ont choisi se suivre la voie de l'éternité, il ne leur est pas permis de s'engager dans le mariage ni de jouir des délices de ce monde. Le Règne de Dieu, en effet, n'est pas affaire de nourriture et de boisson, mais il est au-delà de tout ce que l'on peut penser (incogitabile : on ne peut s'en faire une représentation intellectuelle)".

    Le Commandeur : " Oh, comme tu es à plaindre, toi qui es orphelin et exclu de l'une et l'autre vie, où as-tu placé ton espérance".

    Le moine : " Les dons du Christ, les yeux ne les ont jamais vus, ni les oreilles entendus, inaccessibles à l'esprit, il ne peut en venir à bout ".

    Le Commandeur : " L'Apôtre Paul vous a trompé ".

    Le moine : " Paul ré-établit les Nations dans la vraie vie ; mais Mohammed, le Saracène (Sarrasin) les trompa ".

    Le Juif : " Paul ne fut-il pas d'abord Juif ? "

    Le moine : " Assurément, il était Juif ".

    Le Juif : " Laisse-moi t'enseigner comme tu as été enseigné par lui ".

    Le moine : " Si tu étais semblable à lui, bienheureux serais-tu, et je serais ton disciple ".

    Le Commandeur : " Nous sommes deux et à nous deux nous te vaincrons, toi qui es seul ".

    Le moine : " Vous êtes trois, et tous les trois pareillement, vous serez vaincus par la force du Christ ".

    Le Commandeur : " Quel est ce troisième ? Dis-le moi donc ".

    Le moine : " Mon ennemi est votre ami ; et vous m'interrogez pour savoir qui il est ! "

    8. Le Commandeur : " Jeune, obéis-moi ; ressaisis-toi et tu seras comme un fils pour moi. De même je serai un père pour toi, et je te ferai le chef de toute l'armée. Confesse donc que Mohammed est l'envoyé ".

    Le saint (le moine) : " Allons donc, Commandeur des croyants, ne témoignes-tu pas avec moi que le Christ est le Verbe de Dieu ? "

    Le Commandeur : " Oh là ! je témoigne de ceci avec toi ? "

    Le moine dit au Juif : " Toi, le Juif, ne témoigneras-tu pas avec moi de l'avènement du Christ et que c'est par le Verbe de Dieu que les cieux ont été affermis ".

    Le Juif : " Eh bien, je témoigne ".

    Alors le saint (moine), rempli de l'Esprit Saint, dit : " Vous trois, vous avez témoigné devant moi de la vérité ; par suite, je ne témoignerai pas de ce qui n'est pas vrai. Oh Juif, le Christ est né et ne naîtra pas de nouveau. Oh Commandeur des croyants, Mohammed n'est ni Apôtre, ni prophète, mais un falsificateur ".

    Alors les Saracènes furent remplis de pudeur, de colère et d'indignation ; les scribes et les médecins chrétiens par contre furent envahis de joie du fait que le moine, par la force du Christ eût vaincu le Commandeur des croyants et le Juif. Le Commandeur dit donc au Juif : " J'espérais que tu me serais utile et cela est allé a mon détriment ". A la suite de cela, il ordonna de souffleter violemment le Juif et de le jeter dehors. Et il dit au moine : " Seul, je te vaincrai, et de tes idées, je te ferai revenir ".

    Le saint : " Un seul a été mis en fuite, vous l'emportez comme deux (sens douteux) ".

    Le Commandeur : " Mohammed n'a-t-il pas converti les Perses et les Arabes et réduit à rien leurs idoles ? "

    Le Saint : " A quelle fin les a-t-il convertis ? Avec quel acharnement agit-il et comment a-t-il rémunéré (récompensé) ceux qui lui obéissaient ? "

    Le Commandeur : " Il comble de biens ceux qui lui obéissent ; mais ceux qui sont opiniâtres, il les fait périr par le glaive ".

    Le Saint : " Qu'est-ce qui était promis dans ce monde périssable et dans l'éternité ?"

    Le Commandeur : " Ici-bas, des mets succulents, des vêtements splendides, des convives et des chambres nuptiales ; là au paradis, de la nourriture et des noces ".

    Le moine : " Paul n'avait ni glaives, ni trésors, il travaillait de ses mains d'où il tirait sa subsistance et renonçait à tout, il enseignait le jeûne et la sainteté et ne sombrait pas dans la fornication. En ce qui concerne la Vie éternelle, il ne promettait ni nourritures, ni noces, mais le règne de Dieu. Considère que les disciples de l'un et l'autre, de Paul et de Mohammed, sont nombreux ".

    9. Le Commandeur : " Paul est-il réellement Apôtre ? Les Apôtres ne furent-ils pas douze ? "

    Le Saint : " Tu fais preuve d'une grande sagesse, toi qui connais les douze Apôtres ; et en même temps d'un aveuglement extraordinaire, toi qui ne crois pas en leurs œuvres ! En effet, ils furent douze à gagner et à se partager les douze extrémités de la terre, eux qui convertirent les nations, les confirmèrent et les baptisèrent en vue de la Vie éternelle ".

    Le Commandeur : " Comment dois-je comprendre les douze extrémités de la terre ?"

    Le moine : " Les quatre coins de la terre correspondent aux quatre Évangiles, et les douze parties de la terre correspondent aux douze provinces que les Apôtres ont évangélisé, à savoir l'Indus et l'Inde, la Nubie et l'Afrique, le pays des Goths (veut-il désigner la Germanie) et la Grèce, la Bulgarie et la Thrace, la Colchide et la Chazarie, l'Arabie et la Farghanie13 : voici les confins maritimes. Vous par contre, les Sarrasins, n'avez obtenu qu'une seule île (il veut parler de la péninsule arabique) et de vos terres, plusieurs nations croient en mon Dieu. Et de tes serviteurs eux-mêmes, les plus éminents, les uns scribes, les autres médecins, ils trouvent leur espérance en mon Libérateur ". Jusqu'à présent pensif, le Commandeur fut embarrassé et ne put rien répondre au moine.

    10. Alors le Commandeur répondit au moine : " Je te donne de choisir entre deux choses ".

    Le moine : " Il t'est donné d'accomplir l'une d'elle ".

    Le Commandeur : " Soit je te convertis, soit je te fais mourir ".

    Le moine : " Soit tu me renvoies à mon maître, soit tu m'envoies au (mon) Christ, soit tu te fais chrétien toi-même avec moi ".

    Alors le Commandeur des croyants ordonna d'apporter une marmite brûlante et de l'y plonger après lui avoir enlevé ses sandales. Étant debout, il pria pour supporter le tourment jusqu'au bout en disant : "Mon corps s'offre à la brûlure du moment que mon âme ne périsse pas ". Le feu ayant épuisé son effet ne nuisit pas au saint. Ensuite le Commandeur des croyants ordonna que soit apporté une petite boite en fer, bien fermée et gardée, qu'il ordonna d'ouvrir et d'où il sortit une petite ampoule avec l'étiquette sur laquelle était écrit -boisson empoisonnée14 causant la mort immédiatement, et appelé samsala-. Le Commandeur des croyants dit alors : " Ou bien tu m'obéis et tu recevras le bienfait, ou bien tu bois ce poison et tu vas à la mort".

    Le saint : " Il est préférable de boire ce venin mortifère et de goûter la mort que de se soumettre à ta loi et de perdre mon âme ". Le Commandeur des croyants ordonna donc d'apporter un vase, d'y verser l'hydromel, d'y mélanger le poison et de le présenter au moine pour qu'il le boive. Et il dit : " A cause de ton obstination, bois cette boisson amèrement douce et mortellement mielleuse (bois ce qui est amère avec ce qui est doux, et ce qui est mortel avec ce qui est mielleux). Le Martyr du Christ le reçut de sa main, récita le symbole de la foi et fondit en larmes. Pleuraient aussi les scribes, les médecins et les chrétiens de la noblesse sauf ceux qui se continrent par crainte. Apercevant ses ministres en train de pleurer, le Commandeur des croyants, pris lui-même de commisération, commença à pleurer. Mais quoiqu'il voulût le relâcher, il était plein de vénération et ne put le châtier parce que le peuple lui imposait de la crainte. Alors le moine, élevant la voix, dit : " Je crois au Père, au Fils et au Saint Esprit ". Il se signa de la croix du Seigneur ; et nullement terrifié, il but jusqu'au bout le poison. Mais par la puissante protection de Jésus-Christ notre Dieu, il ne subit aucun dommage. C'est alors que les scribes se précipitèrent au devant du Commandeur des croyants et dirent : " Ordonne qu'un glaive soit apporté et nous tue pareillement avec cet homme innocent ". Alors le Commandeur des croyants ordonna d'amener un homme captif, un homicide, passible de mort ; et voulant expérimenter le poison, il ordonna à l'accusé de la boire. Lorsque celui-ci l'eût bu, il s'effondra, son âme sortit de lui, son corps se décomposa, ses cheveux et sa barbe tombèrent. Le moine par contre, restait debout, priait, louait le Seigneur et se Réjouissait en esprit. Alors tous les Sarrasins se mirent à crier : " Tu avantages et honores les Chrétiens ; tu perds les Sarrasins. Soit tu supprimes ce moine, soit nous Sarrasins, nous périssons ".

    11. Il ordonna donc de le mettre à mort, de le faire sortir de la ville et de le transpercer d'un glaive. Alors le saint martyr du Christ dit au Commandeur des croyants : " J'exige de toi une seule chose : que je sois traduit au tribunal devant l'assemblée du peuple et des moines. Par la suite, je t'adjure de par le Seigneur de ne pas renverser la justice ". Alors ils le conduisirent à la porte de la ville, vers la colline de Saint Grégoire. Ce qu'ayant entendu, sortirent la multitude des habitants de la ville, les pèlerins, les moines, les vieilles personnes ainsi que les jeunes, les enfants, les femmes et tous les fidèles. Alors saint Michel, l'athlète et le martyr du Christ, étendit son pallium, adora le Seigneur par trois fois, pria en faveur de la paix pour le peuple et demanda à tous : " Habillez-moi de ma bure ; enveloppez-moi de mon pallium et remettez-moi entre les mains de mon maître pour qu'il me confie à la terre ". Puis il se signa d'un signe de croix et inclina la tête sous le glaive pour livrer sa vie. Le Bourreau trancha alors sa tête sacrée, la prit de sa main et la baisa ; lui-même pleura ainsi que tout le peuple. A la suite de ceci, une grande controverse s'éleva parmi les habitants de la ville et les moines. Les habitants de la ville disaient : " Ne nous enlevez pas de notre ville ce martyr exceptionnel ". Les moines répondaient : " Vous ne pouvez pas nous arracher celui qui est pour nous un fils et le compagnon de notre solitude ". Ceci tourna en dispute et tumulte jusqu'à ce qu'arrivât le Commandeur des croyants qui ordonna de le livrer aux moins. Et posé sur un animal de trait, ils le transportèrent jusqu'à l'hôpital (Xenodochium).

    12. Immédiatement, vers l'heure des Vêpres15, des anciens firent connaître tout ce qui était arrivé : l'Esprit Saint en effet était avec eux. La cellule de l'un d'eux était placée à proximité de la tour Saint Sabas. L'ancien se dirigea promptement vers l'église et ordonna de faire sonner le signal de la prière ; ce qu'entendant, les pères se rassemblèrent à l'église. L'ancien narra l'événement tout en pleurant et les exhorta tous par ces mots : " Ainsi est décédé votre frère et mon fils : je vous prie donc instamment que vous meniez à bonne fin cette affaire promptement et avec courage, et que vous enleviez le corps ". C'est ainsi que les plus jeunes moines, ses confrères, se précipitèrent en ville et enlevèrent le corps. Au tomber du soleil, ils descendirent à la faveur du crépuscule dans la vallée de Siloé. C'est alors qu'on a pu remarquer une chose admirable : une nuée de feu comme une colonne de lumière ou comme la lune resplendissant dans tout son éclat dans les ténèbres et l'obscurité, accompagna le saint martyr. Tous les habitants de la ville observaient stupéfaits. Les Sarrasins aussi furent terrifiés : ils fixaient du regard cette grande lumière descendant le long de la vallée de Siloé jusqu'à atteindre la laure de Saint Sabas. Le convoi étant arrivé à la laure, les pères sortirent à sa rencontre avec des cierges et des encensoirs et l'introduisirent dans l'église au milieu des cantiques avec une grande vénération.

    13. Il y avait alors à la laure, un frère infirme du nom de Théodore qui gisait sur son lit depuis trois ans. Lorsqu'il entendit que le disciple du père Moïse natif de Tibériade et maintenant martyr, avait été enlevé de la ville, il supplia qu'on le transportât à l'église pour voir le saint : il était en effet son amis. Mais personne n'exauça sa demande. Élevant alors une voix sanglotante, il dit : " O Michel, mon frère, n'oublie pas ton ami. Si tu as grâce auprès du Christ, rends-moi digne de me mettre en ta présence ". Et aussitôt, il se dressa et devint ferme. Il descendit à l'église, se prosterna à ses pieds (du saint) et dit en pleurant : " Vraiment, ta puissance éclate par la manifestation de ta grâce irrésistible, et tu m'as superbement conservé ton amitié. De plus, tu as usé de miséricorde envers moi et tu as voulu me guérir ". Une fois la psalmodie et tous les rites funèbres complètement achevés, ils le conduisirent à la sépulture des martyrs, des pères et des confesseurs (qui se sont consumés ??)16. Son maître, la larme à l’œil, le cœur souffrant et l'esprit en joie, adressait ainsi ce discours à son disciple, martyr du Christ : " Si cette permission t'est accordée auprès du Christ, fais que je migre vers toi au septième jour ". Sept jours après, nous déposâmes le corps du maître à côté de son disciple ; et tous, d'une seule voix, rendîmes gloire à Dieu, auteur de ces prodiges, et à notre Seigneur Jésus Christ, à qui soit la gloire pour les siècles sans fin. Amen.

    14. Et moi, Basile, très modestement, j'ai demandé ces récits pour l'utilité de ceux qui écrivent, qui lisent et qui écoutent, pour garder la mémoire, la louange et la gloire de Saint Sabas, notre père, qui d'une étendue aride fit une célèbre cité, très forte contre l'attaque des ennemis visibles ou invisibles qui lui font la guerre, mais gardée par Dieu par son aide céleste, non redevable d'aucune faveur, ni d'aucun patronage humain, mais administrée et ordonnée (agencée) par Dieu, entièrement adonnée au combat ascétique, elle est éreintée par un travail sans trêve, mais elle prend part à al miséricorde éternelle ; et dans cette laure, il fonda une église divinement édifiée, fondée sur la vraie foi et confirmée pour l'éternité. Et de même que le Seigneur chérit les maisons de Jérusalem et que tous les fidèles qui y habitent sont déclarés bienheureux, de même bienheureuse est la laure de Saint Sabas ; elle est une vallée de larmes, et pourtant bienheureux quiconque y habite et est illuminé par cet homme célèbre (Sabas). Comme Jérusalem est la reine de toutes les villes, ainsi la laure de Saint Sabas est le principe et modèle de tous les lieux de solitude ; autrement dit, si Jérusalem constitue la norme des autres villes, la laure de Saint Sabas vis à vis des autres monastères, en est l'exemplaire.

    15. Ce Sabas (dont nous parlons), illustre et extrêmement célèbre, un étranger venant des confins de la terre, fut choisi et appelé par le Père, aimé par le Fils et conduit par le Saint Esprit. Ce serviteur de la Sainte Trinité fut en outre disciple du grand Euthyme, ami de Saint Théodose et père de très nombreux martyrs. Comme guide spirituel, le bienheureux Sabas a acquis maints disciples parmi lesquels il faut compter Étienne (Étienne le Sabaïte, neveu de saint Jean Damascène), Jean, Thomas et Théodore Abu Qurrah. Le père Étienne marcha sur la Mer Morte et opéra de nombreux miracles : c'est lui qui vainquit le diable dans le désert. Jean, l'évêque et l'hésychaste, prit soin d'un arbre et en recueillit des fruits savoureux. De même, il irrigua la laure de la sève de son enseignement (son institution) et prit soin de l'âme des moines, dont un disciple de Jéricho. Abu Qurrah, un néophyte de Saint Sabas, pasteur et hiérarque d'Assyrie et thaumaturge de Babylonie, et bien d'autres athlètes, disciples de la laure de Saint Sabas, martyr du Christ, saints pères, jeunes et anciens qui, brûlés par l'incendie ou mis à mort par le glaive, ont rejoints les martyrs au martyrium de la laure. Notre saint père, vénérable ancien, prêtre et fruit (rejeton) du paradis, Sabas fit pousser de tels rameaux, orna de fleurs variées, abonda de fruits spirituels et apporta à notre Seigneur Jésus Christ, à qui sont dus la gloire, l'honneur, l'adoration, avec le Père et l'Esprit Saint, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

     

    Notes

    1 Les mots en italique ne sont pas dans le texte latin mais ont été rajoutés pour les besoins de la traduction.

    2 Environ 400 m.

    3 Abu Qurrah, d'abord moine au monastère Saint Sabas, devint évêque de Haran en Syrie. L'Abu Qurrah dont il est question ici, n'est qu'un prête-nom.

    4 Il s'agit certainement du Corps et du Sang du Christ pour refaire les forces de l'âme.

    5 En fait, Abd el Melik a mené la vie difficile aux chrétiens.

    6 Peuple de l'Arabie Heureuse : la dénomination « heureuse » vient d'une erreur de vocalisation sur le mot Saoud qui désigne aussi la famille du même nom.

    7 À savoir, des théologiens chrétiens qui puissent l'enseigner. Autrement dit, il ne condamnait personne en raison de sa foi puisqu'il recherchait un savant chrétien. Ceci explique certaines réparties par la suite.

    8 Ou « vient avec nous ».

    9 Cynique traduit caninus, qualificatif de canis le chien ; en grec kuwn, kunoV d'où cynique.

    10 c'est-à-dire selon mon jugement.

    11 À partir de maintenant, au lieu de répéter : le moine répondit ou le Commandeur des croyants répondit, je mets seulement le moine ou le Commandeur.

    12 Sens douteux : un lion repu ne va pas aller chercher une proie. Le Commandeur a compris que le lion, c'est lui. C'est pourquoi il se montre conciliant.

    13 Je n'arrive à identifier la Chazarie et la Farghanie.

    14 venin buvable en latin.

    15 vers le soir.

    16Sens douteux !

     


    1 commentaire
  • On ne connaît que fort mal l'Histoire de l'Orient chrétien lorsqu'on le voit à travers les ouvrages généralistes sur l'Histoire de l'Eglise rédigés en Occident. Pourtant des historiens et des chroniqueurs, qu'ils soient "melkites", "jacobites" ou "nestoriens" ont écrit en syriaque ou en arabe soit sur "l'Histoire Universelle", soit sur les événements récents.

     Leurs appartenances ecclésiastiques diverses influent sur les choix des régions décrites, mais aussi sur l'opinion émises sur les personnages : tel sera qualifié de saint par l'un qui ne sera vu que comme un hérétique par tel autre. C'est la règle du genre, il n'y a pas lieu de s'en émouvoir.

    On rappellera opportunément que les débuts de l'islam sont à situer au VII° siècle, entre 610 et 632. L'ouvrage du P. Nau "Les arabes chrétiens de Mésopotamie et de Syrie du VIIe au VIIIe siècle" constituera une bonne introduction à la période qui entoure les débuts de l'islam.

     Il va de soi que toute suggestion (via "contact", colonne de droite) pour améliorer cette page (ou les autres) sera reçue avec gratitude.

    Al-Bossikad

    Bar Hadbesabba 'Arbaïa

    VI° siècle

    Prêtre nestorien de Nisibe

    Langue : Syriaque

    "Histoire des saints pères qui ont été persécutés pour la vérité" éditée et traduite par F. Nau (P.O. 1932 et 1913)

    Traduction française : Première partie et Deuxième partie.

    (L'introduction se trouve au début de la "Deuxième partie", qui a été éditée et traduite en premier)

     

    Chronique d'Édesse

    VI° siècle (?)

    Langue : Syriaque

    Chronique des événements de 132 av. JC à 540 apr. JC

    Traduction anglaise dans The Journal of Sacred Literature (1864) numérisée par Roger Pearse

     

    Jean d'Asie / Jean d'Ephèse / Jean d'Amida

    VI° siècle (507-585)

    Evêque monophysite d'Ephèse

    Langue : syriaque

    De son "Histoire de l'Eglise" en trois parties, couvrant de 40 av JC à 585 ap JC, la première partie est perdue, la seconde partie (491-571) est insérée (comme troisième partie) dans la Chronique de Denys de Tell-Mahré, la troisième partie (571-585) est conservée indépendamment.

    Traduction anglaise de la Troisième partie de l'Histoire de l'Eglise par Jean d'Ephèse par R. Payne Smith, 1860.

     

    Josué le stylite

    VI° siècle

    Prêtre au monastère de Zuqnin, chalcédonien.

    Langue : syriaque

    Chronique intégrée par la suite dans la "Chronique de Denys de Tell-Mahré"

    La chronique court de 298 à 507

    Traduction française de la Chronique de Josué Le Stylite (avec le texte syriaque), par l'abbé Martin, 1876

    Traduction anglaise de W. Wright  (1882) sur le site de Roger Pearse

     

    Pseudo Denys de Tell-Mahré

    VIII° siècle

    Moine jacobite au monastère de Zuknîn

    Langue : syriaque

    La "Chronique de Zurkîn" (L'attribution erronée par Assemani de la "Chronique" à Denys de Tell-Mahré,  patriarche jacobite d'Antioche de 817 à 845, reste encore souvent collée à son titre) se compose de  4 parties.

    La première partie, qui va de la Création du monde au règne de l'empereur Constantin, est essentiellement un résumé de la "Chronique" d'Eusèbe de Césarée, complétée par la "Caverne des trésors", la "Chronique d'Édesse", ou le récit des "Sept Dormants d'Éphèse".
    La seconde, qui va jusqu'au règne de Zénon, résume d'abord l'Histoire ecclésiastique de Socrate, et recourt ensuite aux Plérophories de l'évêque monophysite Jean Rufus.
    La troisième partie (488-571), n'est autre, apparemment, que la seconde d'une autre Histoire ecclésiastique, celle de Jean d'Éphèse, peut-être un peu résumée et avec des lacunes, et avec au début la Chronique de Josué le Stylite.
    La quatrième partie - qui va de 586 à 775 - est propre à notre moine anonyme.

    Traduction française de la  quatrième partie de la Chronique de Denys de Tell-Mahré par Chabot, 1895.

     

    Chronique de Séert

    IX° siècle

    Auteur incertain, nestorien

    Langue originale : syriaque

    Chronique couvrant (avec des lacunes) la période 253-660

    Traduction française en un seul volume indexé, avec le texte arabe (publications 1908-1919).

     

    Saïd ibn-Bitriq / Eutychius d'Alexandrie

    X° siècle (877-940)

    Patriarche melkite d'Alexandrie (933-940), médecin.

    Langue : arabe

    "Chronique universelle" ou "Annales" (De la Création du monde à 937)

    (en arabe : Rangée de pierres précieuses (Naẓm al-Jawhar)

    Traduction anglaise partielle chez Roger Pearse 

    Contextio Gemmarum (arabe / latin) : Edition de Pococke, 1658

    Traduction latine de Pococke reprise dans Migne PG 111

     

    Agapios de Hiérapolis / Mahbūb ibn Qūṣṭānṭīn

    X° siècle

    Evêque melkite de Manbij (en grec Hiérapolis, en syriaque Mabboug), mort en 942.

    Mahbūb est l'équivalent arabe du grec Άγάπιος.

    Langue : arabe

    Histoire Universelle (De la Création du monde à 777).

    Traduction française de Vasiliev en un seul volume indexé (avec le texte arabe) (publié 1910-1915)

     (Partie 1 a numérisée sur le site de Remacle)

    Traduction anglaise de Roger Pearse, basée sur la traduction de Vasiliev.

    Preface to the online edition  ;  Translator's Introduction  ;  Part 1 ; Translator's Introduction to part 2  :  Part 2

     

    Sévère d'Achmounein / Sawīres ibn al-Muqaffa

    X° siècle (mort après 987)

    Evêque copte (monophysite)

    Langue : arabe

    Traduction française de la Réfutations d'Eutychius (Saïd ibn-Bitriq), avec le texte arabe par Chébli (PO III, 1909)

    Traduction française de L'histoire des conciles (second livre) avec le texte arabe par L. Leroy et S. Grébaut (PO VI, 1911)

    Traduction anglaise intégrale de l'Histoire des patriarches coptes d'Alexandrie A partir de cette page

     

    Yahyah ibn-Saïd al-Antaky / Yahya d'Antioche

    XI° siècle

    Melkite, né Égypte, vers 980, peut-être médecin

    Langue arabe

    "Continuation de la Chronique de Saïd ibn-Bitriq", (De 938 à 1034)

    Traduction française :  Parties 1 et 2 en un seul volume indexé (938-1013) (avec le texte arabe) (1924-1932)

     

    Élie de Nisibe / Elia Bar Šināyā

    XI° siècle (975-1046)

    Evêque nestorien de Nisibe (1008-1046)

    Langue : syriaque et arabe

    Chronographie (Histoire Universelle) de la création du monde à 1018

    Traduction française de la Chronographie d'Élie Bar Šinaya, métropolitain de Nisibe , par Louis Joseph Delaporte, 1910

     

    Matthieu d'Edesse

    XII° siècle (mort en 1144)

    Moine, monophysite

    Langue : arménien

    Chronique couvrant la période 962-1136, poursuivie jusqu'en 1162 par le prêtre Grégoire

    Traduction française de la Chronique de Matthieu d'Édesse, continuée par Grégoire le prêtre  par Edouard Dulaurier, 1858

     

    Michel le syrien

    XII° siècle

    Patriarche de l'Eglise syriaque orthodoxe (Jacobite) de 1166 à 1199

    Langue : syriaque

    Chronique Universelle (De la création à 1193)

    Chronique de Michel le Syrien, par J.-B. Chabot, (publiée en 1899-1901-1905-1910) :

    Traduction française : Tome 1 , Tome 2 , Tome 3 

    Texte syriaque : Tome 4 .

    Traduction française de la version arménienne de la Chronique par V. Langlois, 1868  

    Présentation de la Chronique de Michel de Syrien par J. B. Chabot in Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 43e année, N. 4, 1899. pp. 476–484 sur le site Persée 

    Jean-Baptiste Chabot, Les évêques jacobites du VIIIe au XIIIe siècle d'après la Chronique de Michel le Syrien :

    ROC 1899, p. 444-452 , ROC 1899 p. 495-511 , ROC 1900, p. 605-636  et ROC 1901, p. 189-220 .

     

    Abu’l-Faradj / Bar Hebraeus

    XIII° siècle (1226-1286)

    Evêque de l'Eglise syriaque orthodoxe (Jacobite)

    Langue : syriaque / arabe

    Chronique universelle  (De la création à 1296. Les dernières années, postérieures à sa mort, ne sont pas de sa main !)

    Traduction anglaise de la Chronographie de Bar Hebraeus par Bundge (1932), sur le site de Robert Bedrosian.

     

     

    Ressources bibliographiques syriaques : une mine ! syri.ac : An annotated bibliography of Syriac resources online

     


    5 commentaires
  • Theodore Abu Qurrah

    De l'usage de la raison pour discerner la vraie religion

     Extrait du traité arabe "Sur l'existence du Créateur et de la vraie religion"[1]

     Thème : Un homme "innocent", descendu de sa montagne où il n'avait jamais côtoyé personne dut un jour se rendre dans la vallée. Là, ayant rencontré tour à tour des païens, des mazdéens, des samaritains, des juifs, des chrétiens, des manichéens, des marcionites, Bardesane et finalement des musulmans – qui tous lui dirent qu'eux seuls possédaient la vraie religion. Ainsi perplexe, il se mit en recherche d'une voie de discernement.

    [Recherche d'une voie de discernement]

     Après avoir rencontré tous ces gens et réfléchi sur leurs discours respectifs, je vis que tous s'accordaient sur trois points, où ils étaient pourtant en désaccord;

    Chaque groupe, en effet, sauf un ou deux, affirmait comme les autres reconnaître un dieu, et du licite et de l'interdit, et une récompense et un châtiment. Mais ils divergeaient sur les attributs de leurs dieux, sur ce qui leur était licite ou interdit; sur la récompense et le châtiment à venir.

    Je me remis à méditer, et je me dis : "Il convient que Dieu; dans sa bonté et sa générosité, voyant ses créatures dévier du culte véritable leur envoie uns messager avec un Livre qui le leur fasse connaître, et les détourne de leurs péchés pour les ramener à Lui. Or, en fait, une quantité de messagers et de Livres se sont présentés, en désaccord les uns avec les autres. Leur cas doit être l'un des deux que voici : soit aucun ne vient vraiment de Dieu, soit un seul d'entre eux en vient. A ce qu'on sait de la générosité et de la sollicitude de Dieu pour ses créatures, il semble- qu'il y ait bien un messager véritable. Mais par quel moyen reconnaître ce messager unique ?

    [ Allégorie du messager envoyé par le roi à son fils malade]

    Il me vint alors à l'esprit que cette histoire ressemblait à celle du fils d'un roi, dont le père vivait caché à l'abri des regards : personne ne l'avait jamais vu en dehors de ses amis et de ses dignitaires particuliers. Une affaire se présenta dans un certain pays, et il y envoya son fils, encore tout jeune. Il le fit accompagner, pour le protéger contre ce qui est malsain, par un de ses médecins, qu'il institua aussi conseiller du prince. Or, ni son fils ni le médecin ne l'avaient jamais vu.

    Le jeune homme partit en voyage et finit par atteindre ce pays lointain, mais il perdit son médecin[2]; se négligea et tomba dans les maladies.

    Son père le sut. L'affection qu'il avait pour lui l'empêchait de l'abandonner ou de l'induire en erreur.

    Il envoya à son fils une lettre en trois points.

    Son premier point était de faire sa propre description.,

    Le deuxième décrivait la maladie du jeune homme, exposait quelles pratiques et nourritures malsaines en avaient été la cause, et lui défendait d'en user."

    Le troisième point lui décrivait un remède. Il lui apprenait comment la guérison en viendrait, et comment il devait se comporter pour jouir d'une santé permanente que ne troublerait jamais ni infirmité ni malaise. Il lui ordonnait de boire ce remède pour retrouver la santé.

    Le roi appela un de ses messagers[3], lui confia la lettre et lui ordonna de rejoindre son fils et de la lui remettre. Le messager saisit la lettre et partit pour l'apporter au jeune homme.

    Or, le roi avait de nombreux ennemis ou envieux, qui ne pouvaient lui nuire en rien à cause de sa puissance. Quand ils surent que son fils était tombé malade, que le roi en avait du souci et lui avait envoyé à ce sujet un messager avec une lettre, ils trouvèrent l'occasion de blesser le roi – s'ils le pouvaient – en la personne de son fils. Chacun d'eux se hâta de préparer un messager et d'inventer une lettre fleurie, prétendument du roi. Celui-ci y faisait. mensongèrement sa propre description, défendait au jeune homme ce qui lui aurait fait du bien et lui ordonnait ce qui lui ferait du mal. De plus, chaque ennemi lui envoya un "remède" qui, lorsqu'il le boirait, le tuerait.

    Leurs messagers prirent les lettres, se mirent en route et arrivèrent avant que le véritable messager du roi n'ait remis sa lettre.

    Ils se présentèrent donc tous au complet devant le fils du roi et lui remirent leurs lettres. Il les lut : voici qu'elles étaient toutes en désaccord sur la description du roi, sur ce que sont père lui ordonnait et lui défendait, et aussi sur les remèdes à prendre. Alors, il les convoqua.

    Ils se rassemblèrent devant lui. L'un d'eux s'avança vivement et dit : "J'ai été envoyé par le roi auprès de toi avec la lettre que je t'ai remise." Mais un autre dit au prince : "II ment ! Ce n'est pas le messager du roi, mais c'est moi, son messager, avec la lettre que je t'ai remise !" Un troisième éleva la voix : "Tous les deux sont des menteurs ! C'est moi le messager du roi." Chacun se mit alors ai accuser son voisin, et tous les autres, de mensonge, tout en affirmant sa propre qualité. Le véritable messager était parmi eux, déniant et dénié, tout comme les autres, sans rien qui le distingue. Le fils du roi tomba dans la perplexité, ne sachant qui croire.

    Le médecin[4] lui dit alors : "Renvoie-les pour l'instant, et je vais tirer au clair pour toi cette affaire : car je suis médecin, et c'est mon métier de connaître ces choses.

    Voilà donc que leurs lettres se contredisent : c'est qu'une seule, au mieux, vient du roi. Mais tous s'y accordent sur trois points. Premièrement, le roi t'y fait savoir comment il est. Deuxièmement, il te fait savoir les faiblesses qui t'ont rendu malade, et il te défend d'y céder, et il t'indique la conduite qui te guérira: Troisièmement, il décrit le remède qui te donnera santé et félicité dans une vie éternelle sans infirmité ni maladie.

    Comme je te l'ai dit, je suis médecin, et je connais les faiblesses qui ruinent la santé, et les conduites qui la réparent. Je connais, de plus, les traits de ton père par ta ressemblance à lui, parce que tu es son fils, même si tu ne l'as pas vu[5].

    Au travail ! Commençons par examiner les remèdes proposés par tous ces messagers, les ordres et les défenses que te fait le roi dans ses lettres, et ses propres descriptions de lui- même. Le messager qui apporte le remède bienfaisant pour l'éternité et dont la lettre décrit, d'une part, pour te les défendre, les faiblesses dont je sais qu'elles conduisent à la maladie ainsi que pour te l'ordonner, ce qui donne la santé ; et d'autre part les traits de ton père qui correspondent à la ressemblance que tu en offres à la comparaison, c'est lui le vrai messager de ton père, et nous le recevrons. Tout messager qui contrevient à nos critères, nous le rejetterons."

    Ils rassemblèrent donc les remèdes, et le médecin les examina. Chacun était différent, et toutes les lettres défendaient au prince ce qui lui aurait fait du bien et lui ordonnaient, ce qui devait le rendre malade; sauf au contraire, la lettre qu'accompagnait le remède bienfaisant. De même, quant à l'auto-description du roi que contenaient les lettres.

    Le médecin en compara les traits à ceux du jeune homme. Aucune descriptions ne lui- ressemblait, sauf celle de la lettre qui décrivait justement ses maladies, et s'accompagnait du remède bienfaisant.

    Le fils du roi prit alors cette lettre et ce remède, les mit en œuvre et s'en tint à eux. Il fit appeler celui qui les avait apportés et le reconnut comme le véritable messager du roi.

    Quant aux autres, il les convainquit de mensonge, puis les expulsa brutalement et les bannit de sa présence.

    [Explication. de l'allégorie, et méthode à suivre]

    Le père caché, c'est Dieu (qu'il soi béni et exalté !).

    Son fils, c'est Adam et sa descendance.

    Le médecin; c'est la raison qui lui a été donnée : par elle, il connaît Dieu ; par elle, il connaît le bien et le met en action ; par elle, il connaît le mal et s'en abstient.

    La perte du médecin[6] par le fils et sa chute dans la maladie, c'est la perte de la raison par Adam lui-même et sa chute dans le péché, sa sortie du paradis pour venir sur la terre, sa nouvelle inclination à la vie du bas monde comme les animaux.

    L'envoi par le père d'un messager à son fils, c'est l'envoi par Dieu d'un messager de vérité à ses créatures, avec son Livre où il leur fait connaître les véritables attributs sous lesquels il faut l'adorer, l'interdiction qu'il leur fait de tout mal et de toute faute, avec l'ordre qu'il leur donne de faire le bien en ce monde, et le bonheur des bons dans l'autre vie (son paradis éternel), et avec sa menace pour les méchants, d'un enfer où le feu ne s'éteindra pas. Telle est la seule religion véritable.

    Les ennemis du roi qui voulurent lui porter atteinte en la personne de son fils, qui préparèrent des messagers et des lettres, et les envoyèrent, au prince pour le faire périr, ce sont les démons. Le messager de Dieu est venu en ce monde avec son Livre authentique et tous se sont réunis contre l'homme, chacun démentant ses adversaires et appelant les gens à le suivre. Le messager de la vérité est parmi eux, comme les autres jusqu'à l'Heure[7], inconnu."

    Ceux dont j'ai raconté plus haut qu'ils m'ont abordé un à un quand je descendis de la montagne appellent les hommes à leur suite. Ce sont les païens, les mazdéens, les samaritains, les juifs, les chrétiens, les manichéens, les marcionites, les bardesanites et encore d'autres religions. Il y a beaucoup de désaccords entre les religions, et encore nous sommes-nous borné aux huit ou neuf que nous avons caractérisées.

    Il nous faut maintenant procéder comme le sage médecin, laisser les Livres de côté, et interroger la raison : "Comment, par leur ressemblance à la nature de l'homme, reconnais-tu les attributs de Dieu, attributs qui échappent aux sens comme aux intelligences ? Et comment, de même, reconnais-tu le bien et le mal, et la récompense qui met cette nature dans une éternelle félicité ou sa rétribution pour un malheur sans fin ?"

    Une fois bien informés de ces points, nous comparerons les Livres connus de nous. Le Livre où nous trouverons tout cela, nous saurons qu'il est de Dieu : nous le reconnaîtrons et le recevrons ; et le reste, nous le rejetterons.



    [1] Edition du texte arabe : Louis CHEIKO ; "Traité inédit de Théodore Abou-Qurra (Abucara), évêque melchite de Harran (ca. 740-820), Beyrouth 1912. Ignace DICK ; "Théodore Abuqurra, Traité de l'existence du Créateur et de la vraie religion", patrimoine arabe chrétien n° 3, 1982. Traduction allemande : Georg GRAF ; "Des Theodor Abu Kurra Traktat uber den Schopfer und die wahre Religion", Munster, 1913. Traduction anglaise : John LAMOREAUX ; "Theodore Abu Qurrah translated", 2005 (pages 1-9, pour le présent extrait). Traduction française du passage dans l'article "Abu Qurra et la pluralité des religions" de Guy Monnot, paru dans la Revue de l'histoire des religions, Année 1991, Volume 208, Numéro 1, pp. 49-71

    [2] On verra, plus loin, qu'il a "retrouvé" son médecin.

    [3] Le mot arabe est "rasul", terme que les musulman emploient pour désigner la mission de Muhammad.

    [4] Ce médecin était censé être avoir disparu  précédemment.

    [5] Rappelons que ni le fils, ni le médecin n'ont jamais vu le roi.

    [6] au début de l'allégorie du "Roi caché"

    [7] C-a-d le jour du jugement.

     


    votre commentaire
  • Les fêtes des chrétiens melchites

    présentées par

    Abou Rîḥân AL-BIROUNI

    Texte arabe édité et traduit

    par

    Robert GRIVEAU

     

    dans Patrologia Orientalis Tome X

    1915

     

    INTRODUCTION

     

    C'est un musulman, Abou Rîḥân Mohammad al-Bîrouni, qui va nous fournir le texte du plus ancien calendrier melchite que nous possédions : il date du commencement du xi° siècle. Al-Bîrouni est un savant et un écrivain fameux de la littérature arabe. Il est né à Khouârizm, aujourd'hui Khiva, en 973, et mort en 1048. Astronome et historien, il a laissé plusieurs ouvrages, parmi lesquels le livre des "Monuments des siècles écoulés", dont plusieurs chapitres sont consacrés à l'étude des cultes chrétiens. Nous en extrayons le calendrier melchite. Le chapitre où nous le trouvons est plein de digressions, que nous laisserons de côté. D'ailleurs, l'ouvrage entier est connu et publié. M. E. Sachau[1] en a établi parfaitement le texte, et y a joint une traduction anglaise. Quant au calendrier melchite[2] isolé de la masse de ses digressions, il a été inséré dans le Machriq[3], par le P. Cheikho, avec une annotation judicieuse. Regrettons toutefois que le P. Cheikho n'ait pas fait usage de la traduction anglaise de M. Sachau, qui lui aurait évité plusieurs recherches infructueuses. Notre texte est plus étendu que celui du P. Cheikho, n'ayant voulu supprimer que les hors-d'œuvre qui n'ont aucun rapport avec notre sujet, et qui alourdiraient sans nécessité notre collection d'anciens calendriers. D'ailleurs nous noterons chaque fois nos coupures. Néanmoins, le texte en est plus étendu que nous n'aurions voulu; il manque du caractère synoptique que doit avoir un calendrier: mais rappelons-nous qu'il est une leçon donnée par un musulman à ses coreligionnaires sur un sujet nouveau; comme ils entrent dans un monde qu'ils ignorent, il faut leur expliquer, chemin faisant, bien des choses ; en outre, il leur fait remarquer, au milieu de données qui ne leur parlent pas, beaucoup d'éléments communs et familiers. Nous connaissons d'autres calendriers melchites, beaucoup moins anciens, à Paris, dans plusieurs évangéliaires et aussi dans le ms. arabe 106, f° 106 et ss. Il entre là dans la composition d'un lectionnaire dont on pourrait facilement l'extraire. Abou Rîḥân a dû se servir pour son travail d'un lectionnaire de ce genre. Nous n'avons pas jugé utile de publier ce calendrier, relativement moderne, parce qu'il donne, en somme, les mêmes fêtes que le Synaxaire de Constantinople[4] publié par les Bollandistes.

    Robert Griveau,

    Archiviste paléographe.

     

    Sur la célébration des jours de l'année syrienne chez les chrétiens melchites.

     

    Les chrétiens se divisent en plusieurs sectes. La première est celle des Melchites : ce sont les Grecs, et on les appelle de la sorte pour l'unique raison que l'empereur (malik) des Grecs suit leur culte. Elle s'étend seule sur l'empire. La seconde est celle des Nestoriens, dont le nom se rattache à Nestorius, le fondateur de leur système, en l'année 720 et quelques d'Alexandre. La troisième est celle des Jacobites.

    Voilà leurs sectes les plus importantes. Il y a aussi entre les chrétiens au sujet des principes, c'est-à-dire des hypostases, de la divinité et de l'humanité du Christ, et de l'union en la personne du Christ de ces deux natures, des divergences de vues qui les séparent. Ainsi est née chez eux la secte des Ariens; la notion que les Ariens ont du Christ se rapproche plutôt de celle que se font les musulmans, et s'éloigne de ce que professe la généralité des chrétiens. Il y a beaucoup d'autres sectes, mais ce n'est pas ici le lieu de les mentionner : les livres renfermant les traités dogmatiques, l'exposé des systèmes, des questions religieuses, et la réfutation de ces doctrines hétérodoxes ont épuisé la question, et l'ont visitée dans ses recoins et ses mystères.

    Les Melchites et les Nestoriens sont les plus nombreux : en effet l'empire grec avec les pays qui l'avoisinent est tout entier peuplé de Melchites, et les populations de Syrie, de l'Iraq et du Khorassan sont en majorité nestoriennes ; quant aux Jacobites, leur plus grand nombre est formé par les Coptes et les peuples qui entourent l'Egypte. Les chrétiens célèbrent certains jours des mois syriens; leurs sectes s'accordent sur un certain nombre de ces jours, et divergent sur d'autres. L'accord existe pour les jours consacrés par la notoriété avant que survînt la scission, et la divergence est le produit de l'invention exclusive de chaque secte et de chaque pays. Ils fêtent encore d'autres jours, dépendant soit de leur Grand Jeûne, soit de semaines qui se rattachent à quelques-unes de leurs fêtes solennelles; et dans la célébration de ces jour à il y a aussi accord et divergence, comme pour les premiers. Je vais parler des jours que fêtent les Melchites dans les mois de l'année syrienne, spécialement au pays de Khouârizm, car c'est rarement que les tribus des Chrétiens, des Juifs et des Mages s'entendent d'un pays à l'autre pour la célébration des fêtes et des jours; ce n'est que pour les fêtes très connues que l'accord existe, et, en général, il y a divergence pour les autres.

     

    Tichrîn I (Octobre).

    1. Commémoration d' Ḥanania (Ḥanin), évêque, martyr, disciple de Paul. Voici quelque chose de leur façon d'entendre ces commémorations. Ils rappellent le souvenir de celui dont on fait commémoration, font des vœux pour lui, récitent ses éloges, et implorent Dieu par son nom; et ils appellent de ce nom tout enfant qui naît en ce jour, ou les jours d'après jusqu'à la fête suivante; il arrive ainsi que les chrétiens se partagent entre eux les différentes commémorations, de sorte qu'on appelle quelqu'un : N***, du nom du Saint N***. Et, le jour de la commémoration venu, ils se rassemblent chez lui, et il les reçoit et leur offre un banquet.
    2. Commémoration d'Aréthas (Ḥeirith) de Nejràn, martyr d'entre les martyrs.
    3. Commémoration de Marie, la moniale (Marine), qui revêtit des habits d'homme, et embrassa la vie religieuse. Elle dissimula aux moines son sexe; puis elle fut accusée de fornication avec une femme. Elle subit l'opprobre, sans rien laisser paraître de son secret jusqu'à sa mort. C'est alors que fut reconnue sa condition, et son innocence : en effet, quand on voulut laver son corps, on s'aperçut que c'était une femme.
    4. Fête de Denys, l'évêque astronome[5], disciple de Paul.[6]
    5. Commémoration des Dormants de la Caverne à Éphèse, dont l'histoire est rapportée par le Coran vénéré. Al-Mo'tasim fit partir en même temps que son ambassadeur auprès de l'empereur grec, un envoyé chargé de reconnaître le lieu de leur miracle, et de toucher leurs corps de sa main. Son rapport est connu. Remarquons pourtant que l'envoyé chargé de les toucher, et qui était Mohammad ibn Mousa ibn Châkir, laissait planer le doute sur le fait de savoir si c'était bien eux, ou d'autres corps déposés en cet endroit par supercherie. 'Ali ibn Yahia l'astronome raconte qu'au retour de son expédition, il pénétra dans cet endroit. C'est une petite éminence dont la largeur à la base est inférieure à mille coudées; elle possède un sentier souterrain qui s'enfonce dans l'intérieur de la terre sur une longueur de trois cents pas, qui aboutit à un portique dans la montagne soutenu par des colonnes taillées, et dans lequel se trouvent plusieurs loges. Et il dit qu'il a vu en cet endroit treize hommes et parmi eux un jeune garçon imberbe ; ils portaient des manteaux de laine et des vêtements de laine, des souliers et des chaussures. Et il prit une mèche de cheveux au front de l'un d'eux, et la tira, mais aucun cheveu ne resta dans sa main. Les corps qu'on voit en plus de ceux des sept enfants d'Éphèse, suivant les musulmans, et des huit, d'après les chrétiens, sont peut-être ceux de moines morts en cet endroit. Car les corps des moines se conservent particulièrement longtemps : ils mortifient tellement leur chair que les humeurs de leur corps périssent, et il ne reste entre leurs os et leur peau que très peu de chose, et ils s'éteignent comme une lampe qui vient à manquer d'huile. Et parfois ils restent appuyés sur leur bâton pendant des années et des années, comme on peut en voir dans leurs couvents. Ces jeunes hommes restèrent dans la caverne 372 ans suivant les chrétiens, et comme on le croit chez nous, 300 années solaires. [7]
    6. Commémoration de Sergius et Bacchus, martyrs.
    7. Commémoration de Zacharie le prophète; on célèbre ce jour-là l'annonce que les anges lui firent d'un fils, qui sera Jean; et cela est rapporté dans le Coran vénéré[8], et raconté en détail dans l'Évangile.
    8. Commémoration de Cyprien, évêque et martyr.
    9. Commémoration de Grégoire de Nysse, évêque.
    10. Commémoration de Cosme et Damien, les médecins martyrs.
    11. Commémoration de Luc, auteur du troisième Évangile.
    12. Commémoration d'Anastasia, martyre.
    13. Commémoration de la sépulture du chef de Jean, fils de Zacharie.

     

    Tichrîn II (Novembre).

    1. Commémoration de Cornutus, martyr.
    2. Commémoration de Ménas, martyr.
    3. Commémoration de Samonas, Gourias et Habib, martyrs.
    4. Commencement du jeûne de la Nativité de Jésus fils de Marie, le Christ. C'est un jeûne ininterrompu des 40 jours qui précèdent cette fête.
    5. Commémoration de Grégoire, auteur des miracles étonnants.
    6. Commémoration de Romanus, martyr.
    7. Commémoration d'Isaac, et de son disciple Abraham, martyrs.
    8. Commémoration de Pierre, évêque d'Alexandrie.
    9. Commémoration de Jacques, qui fut coupé par morceaux.
    10. Commémoration d'André, martyr, et d'André, l'apôtre.

     

    Kânoun I (Décembre).

    1. Commémoration de Jacques, premier évêque d'Elia[9].
    2. Commémoration de Jean, le Père (de l'Église), auteur de livres où il réunit les dogmes de la religion chrétienne. Le titre de Père est, chez eux, le plus grand honneur qui puisse être décerné dans l'enseignement; en effet, les principes de leur religion reposent là-dessus, le christianisme n'ayant pas été primitivement codifié; seulement ses docteurs, qu'il glorifie spécialement, ont déduit ses principes des règles données oralement par le Christ et les Apôtres; et c'est ce rôle qu'ils ont rempli que les chrétiens rappellent.
    3. Commémoration de Barbara et Juliana, martyres.
    4. Commémoration de Saba, abbé du monastère de Jérusalem.

    6 . Commémoration de Nicolas, patriarche d'Antioche.

    1. Commémoration des cinq Martyrs.
    2. Commémoration de Modeste, patriarche d'Elia.
    3. Commémoration de Sîsîn, catholicos du Rhorassan.
    4. Commémoration d'Ignatius, troisième patriarche d'Antioche.
    5. Commémoration de Joseph d'Arimathie, membre du Conseil, qui ensevelit le corps du Christ dans un tombeau qu'il avait préparé pour soi-même, comme il est raconté à la fin des quatre Évangiles. Al-Mâmoun ibn Aḥmad as-Salami al-Haraoui prétend qu'il l'a vu dans l'église de la Résurrection à Jérusalem, dans une chapelle à coupole. C'est un tombeau creusé dans une roche, en hauteur, et doré. Il a une histoire merveilleuse que nous raconterons au chapitre du jeûne des chrétiens. On prétend que dans l'Empire grec nul ne peut être investi du pouvoir, qu'il ne l'ait d'abord visité.
    6. Commémoration de Gélasius, martyr.
    7. Dans la nuit que précède le 25 de ce mois (la nuit du 25, comme disent les Grecs)[10], fête de Yalda[11], c'est-à-dire de la Nativité du Christ. Elle arriva dans la nuit d'un jeudi, et la plupart des gens croient que c'était un jeudi 25. Ce n'est pas exact. C'était le 26. Et si vous voulez en faire la preuve, par les méthodes que j'ai données précédemment, pour cette année-là, vous pouvez le faire. En effet, le 1er décembre de cette année était un dimanche.
    8. Commémoration du prophète David, et de Jacques, évêque d'Elia.
    9. Commémoration d'Etienne, chef des diacres.
    10. Massacre par le roi Hérode des enfants et des nouveau-nés du pays d'Hébron, dans l'intention d'atteindre le Christ, et de le tuer dans le nombre, comme il est raconté au commencement de l'Évangile.
    11. Commémoration d'Antoine, martyr. Les Chrétiens prétendent que c'est lui Abou Rouḥ, neveu d'Haroun ar-Rachîd, qui se fit chrétien après l'Islam, et que Haroun fit crucifier. Ils racontent à son sujet une histoire très étendue, et merveilleuse, dont nous autres musulmans n'avons jamais entendu ni lu la relation, ni une relation approchée, dans nos livres d'histoire et nos chroniques : les chrétiens, d'ailleurs, sont gens de tradition orale, qui croient aux histoires dans le genre de celle-là, surtout si elles se rattachent à leur foi, sans chercher des différents côtés à vérifier leurs légendes et à justifier leurs traditions.[12]

    Kânoun II (Janvier).

    1. Commémoration de Basile, et fête des Calendes. Calendes est un mot qui signifie : C'est du bien. Ce jour- là les enfants des chrétiens se réunissent, font le tour des maisons, et sortent d'une maison pour entrer dans une autre, en criant et en chantant : Kalendas, Kalendas! On leur sert à manger dans toutes les maisons, et on leur verse des gobelets de vin. On prétend que la raison de cette coutume est que l'année des Grecs commence ce jour- là, qui est aussi la fin de la semaine de l'enfantement de Marie; d'autres allèguent cette raison : quand parut le système d'Arius, et qu'il se fut acquis des sectateurs, il s'empara d'une des églises des chrétiens. Les fidèles lui déclarèrent la guerre, puis ils vinrent à s'accorder et à faire la paix à la condition qu'on fermât la porte de l'église trois jours de suite, puis qu'ils vinssent ensemble; et qu'ils récitassent leurs prières à tour de rôle devant cette porte : ceux devant qui la porte s'ouvrirait seraient ceux qui auraient droit à l'église. On fit ce qui était convenu; la porte ne s'ouvrit pas devant Arius, elle s'ouvrit pour les chrétiens (ce jour-là). On prétend donc que cette coutume des enfants veut rappeler la bonne nouvelle que les chrétiens firent circuler en ce jour.
    2. Commémoration de Sylvestre, évêque, qui convertit au christianisme le peuple de Constantinople.
    3. Jeûne de la fête de la Denḥ.[13]
    4. Denḥa, c'est-à-dire la fête de la Denḥ elle-même, et jour du Baptême. En ce jour Jean fils de Zacharie baptisa le Christ qui avait atteint sa trentième année, et le plongea dans l'eau baptismale à la rivière du Jourdain; l'Esprit-Saint se réunit à lui sous la figure d'une colombe qui descendit du ciel, comme il est rapporté dans l'Évangile. Les chrétiens font pareille chose pour leurs enfants, quand ils atteignent trois ou quatre ans : leurs évêques et leurs prêtres remplissent un bassin d'eau, et récitent des prières sur cette eau; puis ils y plongent l'enfant; et quand ce rite est accompli ils ont fait de lui un chrétien. Cela explique la parole de notre Prophète : "Tout enfant naît dans l'état d'ingénuité naturelle, jusqu'à ce que ses parents le judaïsent, le christianisent, ou le magicisent[14]." Abou'l-Ḥosein al-Ahouâzi, dans son livre Des connaissances des Grecs, expose les usages admis pour le catéchumène. On récite sur lui des prières pendant sept jours dans l'église, matin et soir. Le septième jour, il est dépouillé de ses vêtements et entièrement oint d'huile; ensuite on verse de l'eau tiédie dans une cuve de marbre dressée au milieu de l'église et le prêtre touche avec l'huile cinq points à la surface de l'eau, en forme de croix, un au milieu de quatre; on soulève alors l'enfant et l'on place ses deux pieds joints au-dessus du point qui est au milieu ; puis on l'introduit, dans l'eau, et le prêtre prend sur l'un des bords de la cuve de l'eau dans le creux de sa main, la verse sur la tête de l'enfant, et répète la chose sur les trois autres points, en forme de croix; il s'éloigne ensuite un peu; alors arrive celui qui est chargé de retirer l'enfant de l'eau, et c'est la même personne que celle qui l'y a introduit ; et pendant que les assistants récitent ensemble des prières, le prêtre lave l'enfant; puis on le retire de l'eau; et on le ceint d'une écharpe en le portant sans que son pied touche la terre, pendant que les assistants s'écrient sept fois : Kyrie eleison, c'est-à-dire : Seigneur, aie pitié de nous. Puis, sans cesser de le porter, on l'habille, on le dépose ensuite à terre, et il demeure à l'église ou bien s'y rend pendant sept jours; le septième jour le prêtre le lave, sans huile cette fois, et dans une autre cuve.
    5. Commémoration de Théodosius, le moine, qui mortifiait sa chair, et se chargeait de chaînes.
    6. Fin de la fête de la Denḥ, et massacre des saints justes au Mont Sinaï.
    7. Commémoration de Pierre, patriarche de Damas.
    8. Commémoration d'Antoine, le premier des moines, et leur chef.
    9. Commémoration d'Euthymius, moine et docteur.
    10. Commémoration de Maxime, l'anachorète.
    11. Commémoration de Cosme, qui recueillit les canons et lois ecclésiastiques.
    12. Commémoration de Polycarpe, évêque et martyr, brûlé vif.
    13. Commémoration de Joannes, surnommé Bouche d'or. Joannes est la forme grecque de Jean.
    14. Commémoration de Jean et Cyrus, martyrs.

     

    Choubât (Février).

    1. Commémoration d'Éphrem, docteur.
    2. Fête de la Chandeleur, jour où Marie porta Jésus au temple de Jérusalem, quarante jours après sa naissance. C'est une fête très solennelle chez les Jacobites. On dit aussi que ce jour-là les Juifs font venir leurs enfants dans les synagogues, et leur font lire des chapitres de la Thora. Si cette assertion est bien juste, cela doit se passer dans le mois de Chafat, et non pas en Choubât, les Juifs ne faisant pas usage des mois syriens. Entre ce jour et le huitième jour écoulé de Adhâr s'étend la période du commencement de leur jeûne, et nous en reparlerons, s'il plaît à Dieu. S'ils jeûnaient, ils ne fêteraient de toutes les commémorations que nous allons citer, que celles qui tombent le samedi : car c'est le seul jour qu ils fêtent.
    3. Commémoration de Belesys[15], martyr, que les Mages firent périr.
    4. Commémoration de Sisoès, le Catholicos, qui introduisit le Christianisme au Khorassan.
    5. Commémoration de l'invention du chef du Baptiste, qui est Jean fils de Zacharie.

     

    Adâhr (Mars).

    1. Commémoration des 40 martyrs, torturés au feu, au froid et à la gelée.
    2. Commémoration de Sophronios, patriarche de Jérusalem.
    3. Fête de Subbar[16], c'est-à-dire l'Annonciation que Gabriel (le salut soit sur lui) fit à Marie, de son fils, le Christ. De ce jour à la Nativité s'écoulent neuf mois (lunaires) cinq jours et une fraction, ce qui est la durée naturelle de la formation de l'enfant au sein de sa mère : Jésus, bien qu'il n'eût pas de paternité humaine, et qu'il fût assisté du Saint-Esprit, ne laissa pas dans sa vie terrestre que de se mouvoir constamment dans les nécessités de la nature et il a voulu, en subissant la première de toutes, qui est de séjourner au sein de sa mère, se conformer à la nature. [17]

     

    Nîsân (Avril).

    1. Commémoration de Marie l'Égyptienne, qui jeûna 40 jours de suite sans interrompre son jeûne. Il est de règle de célébrer ce jour le premier vendredi qui suit la fin du jeûne; et il ne tombe le premier Nîsân que quatre fois par cycle solaire, à cause de la condition obligée de sa coïncidence avec un vendredi : ce sont la 4°, la 10° la 15° et la 21° année si l'on fait partir les cycles du commencement de l'ère d'Alexandre, en comptant l'année entamée.
    2. Commémoration des 150 Martyrs.
    3. Commémoration des six synodes. Un synode est l'assemblée de leurs savants, prêtres et évêques, et d'autres personnages de la hiérarchie que nous avons rappelée, pour maudire une doctrine nouvelle, ou pour prononcer quelque chose comme un anathème, ou pour examiner une question qu'il importe à la religion de résoudre. Et ces réunions n'ont lieu qu'à de rares intervalles; quand il en arrive une on retient sa date, et il peut se faire qu'on la célèbre, par vénération et par un sentiment de dévotion. Le premier des six synodes est une réunion de 318 évêques à Nicée, formée par ordre de l'empereur Constantin, à cause d'Arius, le contradicteur des chrétiens sur la doctrine des hypostases, pour fixer à jamais le dogme des personnes du Père et du Fils à laquelle ils adhéraient unanimement ; et pour s'accorder sur la date de la rupture du jeûne, qui fut fixée au dimanche qui suit la Résurrection, après que l'un d'eux eut dit : "Faisons-la le 14 du mois de la Pâque juive." Le second synode est une réunion de 150 évêques à Constantinople par ordre de l'empereur Théodose l'Ancien, père d'Arcadius, à cause de l'homme surnommé "l'Ennemi de l'Esprit", qui contredisait la catholicité sur la doctrine de l'Esprit-Saint, et pour définir à jamais le dogme de la troisième Personne. Le troisième synode est une réunion de 200 évêques à Ephèse, par ordre de l'empereur Théodose le Jeune, au sujet de Nestorius, patriarche de Constantinople, et fondateur du rite nestorien, qui se séparait des chrétiens sur la doctrine de la personne du Fils. Le quatrième synode est une réunion de 630 personnes à Chalcédoine sur l'ordre de l'empereur Marcien, au sujet d'Eutychius, qui enseignait que le corps du Seigneur Jésus avait deux natures avant l'union, et une seule après l'union. Le cinquième synode est réuni par ordre de Justinien pour jeter l'anathème contre les évêques de Mopsueste et d'Édesse, et d'autres contradicteurs de dogmes fondamentaux. Le sixième synode réunit à Constantinople, par ordre de Constantin le Croyant, 189 évêques, au sujet de Cyrus et de Simon le Magicien.
    4. Commémoration de Mar Georgios, martyr, tué plusieurs fois[18] dans toutes sortes de tortures.
    5. Commémoration de Marc, auteur du second Évangile. 25 . c. d'Élie, catholicos du Khorassan.
    6. Commémoration de Christophoros.
    7. Commémoration de Siméon ben Sabba'i, catholicos, massacré au Khouzistan, avec les chrétiens qui l'accompagnaient.

     

     

    Eyâr (Mai.)

    1. Commémoration du prophète Jérémie.
    2. Commémoration d'Athanase, patriarche.
    3. Date de la fête des Roses, suivant le rite ancien, en vigueur au pays de Khouârizm : les fidèles se rendent aux églises en apportant des roses (blanches) dites roses de Djour. La raison en est que Marie offrit ce jour-là à Élisabeth, la mère de Jean, la primeur des roses.
    4. Commémoration du prophète Job.
    5. Fête de l'apparition de la Croix dans le ciel. Leurs auteurs rapportent qu'au temps de Constantin le Victorieux apparut dans le ciel comme une croix de feu ou de lumière. Et il fut dit à Constantin : "Prends ce signe comme bannière : par lui tu vaincras les rois qui te pourchassent." Il le fit, il vainquit, et se fit chrétien. Il envoya alors sa mère Hélène à Jérusalem à la recherche du bois de la Croix; elle le trouva avec les croix des deux larrons, crucifiés selon les chrétiens avec le Christ. Il y avait donc doute sur la vraie croix; et on n'arriva à la reconnaître que lorsque la reine eut posé chacune des croix sur un mort. Quand la croix du Christ toucha le mort, le mort ressuscita, et elle sut par là que c'était la vraie.[19]
    6. Commémoration de Jean, auteur du quatrième Évangile, et d'Arsenius, moine.
    7. Commémoration du prophète Isaïe. Dadjesu, dans sa traduction de l'Évangile, l'écrit Cha'ia. Dieu en sait plus que nous.
    8. Commémoration de Denys, évêque.
    9. Commémoration d'Epiphane l'archevêque.
    10. Commémoration de Julien, martyr.
    11. Fête des Roses, suivant le rite moderne; il reporte cette fête à cette date, parce que les roses sont encore trop rares le 4; c'est ce jour-là que se célèbre la fête au Khorassan, et non le 4.
    12. Commémoration du prophète Zacharie.
    13. Commémoration de Cyriaque, moine.
    14. Commémoration de Constantin, le Victorieux. Il fut le premier qui résida à Byzance, et fortifia la ville, qui s'appela de son nom Constantinople ; elle fut la résidence de ses successeurs.
    15. Commémoration de Siméon, moine, qui accomplit un miracle étonnant.

     

    Ḥazîran (Juin).

    1. Fête des Épis. Les fidèles apportent à l'église des épis de blé, sur lesquels ils disent des prières, et ils demandent à Dieu de les bénir. Ce jour-là se fête aussi la commémoration de Jean, fils de Zacharie; et les chrétiens se recommandent de son nom à Dieu (qu'il soit exalté) pour qu'il bénisse leur blé. Cette fête répond à la fête juive de 'Aṣereth.
    2. Commémoration des Enfants brûlés par Nabucbodonosor. Ce sont : 'Asaria, Ḥanania et Michel; et aussi, Commémoration de la rénovation du temple.
    3. Commémoration d'Athanase, patriarche.
    4. Commémoration de Cyrille, le patriarche, qui déposa Nestorius, fondateur de la secte des Nestoriens, et l'expulsa de la catholicité.
    5. Commémoration de Matthieu, Marc, Luc et Jean, les quatre Évangélistes.
    6. Commémoration de Léontius, martyr.
    7. Commémoration de Barchabia prêtre, qui introduisit le Christianisme à Merv, environ 200 ans après le Christ.
    8. Commémoration de Gabriel et Michel, archanges. Les fidèles cherchent par le culte qu'ils leur adressent à se rapprocher de Dieu, et demandent à Dieu en leur nom, de préserver les créatures des atteintes de la chaleur.
    9. Commémoration de la Nativité de Jean, fils de Zacharie. De son annonciation à sa naissance s'écoulent 258 jours, ce qui fait huit mois et demi et un dixième de mois.
    10. Commémoration de Febronia, martyre, soumise à la torture.
    11. Commémoration de la mort de Paul, docteur, fondateur de la religion chrétienne.
    12. Commémoration de Pierre, qui est Simon Cephas, prince des Sillîḥ, c'est-à-dire des Apôtres.

     

    Tammouz (Juillet).

    1. Commémoration des douze Apôtres, disciples du Christ.
    2. Commémoration de Thomas, apôtre, qui ne crut pas au Christ quand il revint après sa crucifixion, avant d'avoir touché ses flancs, et d'y avoir découvert la trace du coup de lance des Juifs. C'est lui qui convertit l'Inde au Christianisme.
    3. Commémoration de Domèce, martyr.
    4. Commémoration de Procope, martyr.
    5. Commémoration de Marthe, mère de Siméon le Thaumaturge.
    6. Commémoration des trois Enfants brûlés par Nabuchodonosor. Ils croient que s'ils omettaient de les célébrer, ils auraient à souffrir des chaleurs de Tammouz.
    7. Commémoration des 45 Martyrs.
    8. Commémoration de Phocas, martyr.
    9. Commémoration de Thouthaël, martyr.
    10. Commémoration de Jean de Merv, le Jeune, tué de nos jours.
    11. Commémoration de Cyriaque et de sa mère Julitte. On assure qu'il discuta avec un roi à l'âge de trois ans, et qu'il se servit d'arguments décisifs, en sorte qu'il convertit 14.000 personnes.
    12. Fête des Raisins ; les fidèles apportent les prémices de la vigne et demandent les bénédictions de Dieu, pour que la récolte pousse, s'accroisse, et profite.
    13. Commémoration de Paphnuce, martyr.
    14. Commémoration de Pantéléémon[20], le médecin martyr.
    15. Commémoration de Siméon, le moine stylite.
    16. Commémoration des 72 disciples du Christ.

     

    Ab (Août).

    1. Jeûne de la Maladie de Marie, mère du Christ. C'est un jeûne de quinze jours, qui se termine le jour du trépas de Marie; et commémoration de Chemouni Machabée[21], dont les Mages tuèrent les sept enfants, qu'ils brûlèrent vifs dans des poêles.
    2. Commémoration de Moïse, fils d'Amram, que le salut soit sur lui !
    3. Fête du Mont Thabor. Voici ce que l'Evangile rapporte à ce sujet : les prophètes Moïse, fils d'Amram, et Ilia, qui est Elie, apparurent au Christ sur le Mont Thabor. Et il y avait avec le Christ trois de ses compagnons : Simon, Jacques et Jean, qui dormaient. Quand ils se réveillèrent et qu'ils virent cette apparition, ils furent pris de frayeur, et dirent : "Que notre Maître (ils entendaient le Christ) nous permette d'élever trois tentes, une pour toi, et les deux autres pour Moïse et Elie." Ils n'avaient pas achevé que trois nuages au-dessus d'eux étendirent leur ombre sur eux; Moïse et Elie entrèrent dans la brume, et disparurent. Moïse était mort, à ce moment, depuis des siècles; quant à Elie, il était vivant, et l'est toujours (c'est en effet leur croyance), mais caché et dérobé aux regards des hommes.
    4. Commémoration d'Elie, le vivant, dont nous venons de parler.
    5. Commémoration du prophète Elisée, disciple d'Elie.
    6. Commémoration de Rabboula, évêque.
    7. Commémoration de Marnas, martyr.
    8. Fête du Trépas de Marie. Entre ce mot de commémoration et la fête, il y a une différence : la fête est plus solennelle, la commémoration l'est moins.
    9. Commémoration des prophètes Isaïe, Jérémie, Zacharie et Ezéchiel.
    10. Commémoration de Séleucus et de sa fiancée Stratonice, martyrs.
    11. Commémoration du prophète Samuel.
    12. Commémoration de Lucius, martyr.
    13. Commémoration du vieillard Saba, moine.
    14. Commémoration du meurtre de Jean, qui fut décapité. Al-Ma'moun ibn Ahmad as-Salami al-Haraoui raconte qu'il vit à Jérusalem un tas de pierres à la porte dite Bâb el-'Amoud[22], amoncelées à la hauteur d'un monticule ou d'une colline. On lui expliqua qu'elles avaient été jetées sur le sang de Jean, fils de Zacharie, et que le sang montait toujours plus haut, en bouillonnant. Cela dura jusqu'à ce que Nabuchodonosor fit les massacres que l'on sait, et répandit le sang des victimes sur celui de Jean; et à partir de ce jour son mouvement s'arrêta. Or, il n'y a rien de pareil dans l'Évangile, et je ne sais pas que penser : en effet, Nabuchodonosor envahit Jérusalem quelque chose comme 445 ans avant le meurtre de Jean; et le second pillage de la ville fut accompli par Vespasien et Titus, empereurs des Grecs. Peut-être les habitants de Jérusalem donnaient-ils le nom de Nabuchodonosor à tout destructeur de leur ville; autrement, j'ai entendu dire à un historien que ce roi dont il est question est Joudharz, fils de Sâbour, fils d'Afqourchah, roi d'Achkania.
    15. Commémoration de tous les prophètes, que le salut soit sur eux!

     

    Eiloul (Septembre).

    1. Fête du Couronnement de l'année. En ce jour ils prient et font des vœux pour la bonne conclusion de l'année et l'ouverture de l'année suivante; car c'est ce mois qui clôture l'année.
    2. Commémoration des sept martyrs tués à Nisapour.
    3. Commémoration d'Anne, mère de Marie, et de Joachim, son père.
    4. Fête de la Rénovation du Temple par la prière, et renouvellement de la consécration des églises.
    5. Fête de l'Invention de la Croix par l'empereur Constantin et sa mère Hélène, qui l'arrachèrent d'entre les mains des Juifs. Elle était enfouie à Jérusalem, et il en a été question plus haut.
    6. Commémoration des six synodes.
    7. Commémoration d'Euphemia, martyre.
    8. Commémoration d'Eustathius, de sa femme, et de ses enfants[23], martyrs.
    9. Commémoration de Vitellius, martyr.
    10. Commémoration de Thécla, martyre, brûlée vive; et fête de l'église de la Qomâma à Elia[24].
    11. Commémoration de Sabinien et Paul, martyrs, et de Tatta, martyre.
    12. Commémoration de Chariton, moine.
    13. Commémoration de Grégoire, évêque, qui convertit l'Arménie.

     

    Voilà ce que nous avons pu savoir des commémorations et des fêtes des Melchites.

     

    [1] Leipzig, 1878.

    [2] Sachau, p. 288-301.

    [3] Année 1902, n° 1 et 2.

    [4] H. Delehaye, Synaxarium ecclesiae constantinopolitanae, dans Acta Sanctorum, Propylaeum ad AA. SS. Novembris, Bruxelles, 1902.

    [5] Les légendes nous le montrent notamment observant le ciel le jour du crucifiement. Cf. ms. arabe Paris 4879, f° 122; cf. aussi Paris ar. 4795, f° 190.

    [6] A la suite de cette notice, Al-Birouni expose ici les hiérarchies religieuse et civile. Nous y notons que le catholicos des melchites pour les pays musulmans est à Bagdad, dépendant lui-même du patriarche d'Antioche.

    [7] A la suite de cette notice, Al-Birouni expose ici un passage d'exégèse coranique- Al-Bîrouni explique que les 9 ans en plus dont parle le Coran (xviii, 24) proviennent de la réduction de cette période de 300 ans en années lunaires.

    [8] Coran, iii, 33

    [9] Autre nom de Jérusalem.

    [10] En effet, chez les Arabes, le jour de 24 heures commence la veille au soir du jour chrétien affecté du même quantième

    [11] Mot syriaque, et non arabe.

    [12] An. Boll., t. XXXI, p. 410

    [13] Mot syriaque, et non arabe.

    [14] Sur cette tradition v. Lisan el-'Arab, VI. p.368, et les Commentateurs du Coran. II, 122.

    [15] Cf Βλασιος, Syn. de Const.

    [16] Mot syriaque, et non arabe.

    [17] A la suite de cette notice, Al-Birouni expose ici une réfutation de l'astrologie à propos de la venue du Christ.

    [18] D'après la légende, ce saint ressuscitait chaque fois (Cheikho).

    [19] A la suite de cette notice, Al-Birouni expose ici une exposé des légendes et symboles nés de la forme de la Croix.

    [20] ou Pantaléon

    [21] II Machab., vii.

    [22] Appellation arabe de l'ancienne "Porte de Damas".

    [23] Le texte porte : "et de sa mère".

    [24] C'est-à-dire : l'église de la Résurrection à Jérusalem. V. Prol. d'ibn Khaldoun, dans Not. et Extr. t. XX,

    1. 267.

    votre commentaire
  • Est-il légitime de qualifier Abu Qurrah d'orthodoxe ?

    Un de mes correspondants, usuellement fort avisé (mais probablement alourdi par de récents excès de table), m'a dernièrement fait une remarque étrange concernant le titre de mon blog sur Abu Qurrah : "Pourquoi, puisque Théodore Abu Qurrah est melkite – donc catholique – est-ce que je le désigne comme orthodoxe ?"

    Je lui répondis dans la foulée, et le taquinant un peu, lui reprochais de confondre "melkite" et "melkite". De fait, il existe bien une "église melkite", et les parisiens peuvent se rendre à St Julien le Pauvre, en plein quartier latin, ils pourront prier dans une église catholique de rite oriental (c'est là que j'ai vu ma première icône écrite en arabe) et, en sortant, voir le plus vieil arbre de la capitale. Pour autant, l'Eglise grecque catholique melkite est une structure récente, le rattachement à Rome datant du XVIII° siècle.A cette date, Abu Qurrah avait fini son pèlerinage terrestre depuis presque mille ans. 

    Pourtant, est-ce que je ne l'ai pas – et à plusieurs reprises – qualifié de "melkite" ? Si fait ! Qu'étaient donc ces "melkites" là ? D'abord, disons-le tout net, le terme "melkite" est originalement un sobriquet pour le moins dépréciatif donné aux chrétiens (syriaques, puis arabes) qui acceptaient le concile de Chalcédoine par ceux qui le rejetaient (tant nestoriens que jacobites). En clair, il leur était reproché de se laisser dicter leur théologie par l'Empereur de Byzance. De fait, le terme "melkite" vient du syriaque "malkoyo" (ܡܠܟܝܐ‎) [son équivalent arabe étant "malakī" (ملكي)] signifiant "royal", et par extension, "impérial". Donc, pour leurs adversaire théologiques, les "chalcédoniens" étaient les caniches de Constantinople.

    Abu Qurrah était donc chalcédonien. Mais Rome aussi, aussi, pourquoi le désignais-je comme orthodoxe et non pas comme catholique, d'autant que dans son traité sur les conciles, Abu Qurrah reconnaît (comme la plupart des auteurs chalcédoniens de l'époque) le rôle de l'évêque de Rome. En fait, à l'époque, on peut dire d'Abu Qurrah qu'il est catholique, ou qu'il est orthodoxe, indifféremment. Mais cela n'aura pas exactement la signification qu'aujourd'hui. En effet, depuis la "séparation de 1054", "catholique" signifie non seulement "en communion avec Rome" mais aussi, et précisément "dans la juridiction de l'Evêque de Rome". Or Abu Qurrah n'était absolument pas dans la juridiction de Rome, mais d'Antioche. En ce sens là, on ne peut le qualifier de "catholique" au sens moderne du mot. Et orthodoxe ? De fait, son attachement aux conciles oecuméniques atteste qu'il n'était ni jacobite, ni nestorien, ni – parmi ceux qui reçurent le concile de Chalcédoine – monothélites. Bref, il était doctrinalement orthodoxe.

    Mais en outre il était dans la juridiction d'un patriarcat orthodoxe en communions avec les autres, même si l'un des patriarches (en l'occurrence celui de Rome) jouissait d'une "primauté d'honneur", il était (pour employer une formule moderne) "le premier parmi ses égaux" (Primus inter pares). Or ce fonctionnement, qui a disparu dans l'Eglise catholique au profit d'un système "pyramidal", avec juridiction du Pape sur tous ceux qui sont en communion avec lui, subsiste avec plus ou moins de bonheur au sein des Eglises orthodoxe (et c'est le patriarche de Constantinople qui a hérité du titre de "primus inter pares", sans la moindre autorité juridictionnelle sur les autres patriarches). Bref, son ecclésiologie est celle de l'Eglise orthodoxe.

    Et au fond, il me semble que – si je veux éviter des termes trop abscons ou techniques – le terme "orthodoxe" est sans doute celui qui convient le moins mal. 

    Mais si par contre on s'amuse à définir "orthodoxe" comme "en rupture et en opposition contre Rome", alors non, cette définition de "orthodoxe" ne convient pas à Théodore le très sage et très béni évêque de Harran : à son époque, les patriarcats de Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem (ainsi que quelques Eglises autonomes) étaient en communion réciproque (pas toujours de manière irénique, il est vrai), confessant la foi exprimée par les 7 conciles oecuméniques.

     

    Réflexion initialement publiée sur le blog "Les cigales éloquentes"


    votre commentaire
  • Théodore Abu Qurrah

    Page ressources

     

    La page wikipedia abondamment consacrée à Abu Qurrah

    Théodore Abu Qurrah et Thaddée d'Edesse : un même personnage ? (par S. Treiger)

    La page ressource de John Lamoreaux 

    Abu Qurrah connaissait-il le grec ? : le cas de la Lettre aux arméniens (Migne 4) 

    Est-il légitime de qualifier Abu Qurrah d'orthodoxe ? ou comment comprendre le qualificatif "melkite" qui lui est accolé

    Traductions en français

    d'écrits de Théodore Abu Qurrah 

    Page ressource d'Al-Bossikad

    Texte arabe de Dix traités théologiques

    de Théodore Abu Qurrah (édition de Bacha, 1904). Texte complet, doublons éliminés,

    Document indexé et paginé.

    Les œuvres grecques

    attribuées à Théodore Abu Qurrah dans la Patrologie grecque de Migne 

    Document indexé

    Table des matières
    des débats de Théodore Abu Qurrah

    Recueil arabe contre les "Gens du Dehors"

    Recueil grec du Diacre Jean

    Dialogue de Théodore Abu Qurrah en présence du calife Al-Mamun

     

    Etudes en cours par d'autres chercheurs
    Traduction française du "Dialogue avec Al-Mamun"
    Edition critique de divers textes de la tradition grecque

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique