• Il existait, Sur la wikipedia anglaise, une "List of translations of the Paschal greeting" qui a récemment été détruite par un administrateur.Il m'a semblé opportun de récupérer, sur un autre site, cette même liste complète (avec quelques problèmes de positionnement des points d'exclamations  pour certaines langues), et ce d'autant plus que l'excellent site du P. Stéphane Bigham "Pascha Polyglotta" a lui aussi disparu de la toile.

    This article lists translations of the Christian Paschal greeting in various languages.

    Indo-European languages

    • Greek: Χριστὸς ἀνέστη! Ἀληθῶς ἀνέστη! (Khristós anésti! Alithós anésti!)
    • Slavic languages
      • Church Slavonic: Хрїсто́съ воскре́се! Вои́стинꙋ воскре́се! (Xristósŭ voskrése! Voístinu voskrése!)
      • Belarusian: Хрыстос уваскрос! Сапраўды ўваскрос! (Chrystos uvaskros! Sapraŭdy ŭvaskros!)
      • Bulgarian: Христос воскресе! Воистину воскресе! (Khristos voskrese! Voistinu voskrese!), as if in Church Slavonic; Христос възкресе! Наистина възкресе! (Khristos vâzkrese! Naistina vâzkrese!) in Modern Bulgarian
      • CroatianKrist uskrsnu! Uistinu uskrsnu!
      • CzechKristus vstal z mrtvých! Vpravdě vstal z mrtvých!
      • Macedonian: Христос воскресе! Навистина воскресе! (Hristos voskrese! Navistina voskrese!), traditional; or Христос воскресна! Навистина воскресна! (Hristos voskresna! Navistina voskresna!)
      • PolishChrystus zmartwychwstał! Prawdziwie zmartwychwstał!
      • Russian: Христос воскрес(-е)! Воистину воскрес(-е)! (Khristos voskres(-е)! Voistinu voskres(-е)!) (the version with -e is in Church Slavonic, one without it is in modern Russian; both are widely used)
      • Rusyn: Хрістос воскрес! Воістину воскрес! (Hristos voskres! Voistynu voskres!)
      • Serbian: Христос васкрсе! Ваистину васкрсе! (Hristos vaskrse! Vaistinu vaskrse!) or Христос воскресе! Ваистину воскресе! (Hristos voskrese! Vaistinu voskrese!)
      • SlovakKristus vstal z mŕtvych! Skutočne vstal (z mŕtvych)! (though the Church Slavonic version is more often used)
      • SloveneKristus je vstal! Zares je vstal!
      • Ukrainian: Христос воскрес! Воістину воскрес! (Khrystos voskres! Voistynu voskres!)
    • Tosk AlbanianKrishti u ngjall! Vërtet u ngjall!
    • Armenian
      • Western Armenian: Քրիստոս յարեա՜ւ ի մեռելոց: Օրհնեա՜լ է Յարութիւնն Քրիստոսի: (Krisdos haryav i merelotz! Orhnyal e Haroutyunen Krisdosi!)
      • eastern dialect, Քրիստոս հարյա՜վ ի մեռելոց: Օրհնյա՜լ է Հարությունը Քրիստոսի: (Khristos haryav i merelotz! Orhnyal e Harouthyoune Khristosi!); literally "Christ is risen! Blessed is the resurrection of Christ!")
    • Germanic languages
      • Anglic languages
        • English: Christ is risen! He is risen indeed! or Christ is risen! Truly, he is risen!
        • ScotsChrist has ryssyn! Hech aye, he his ain sel!
      • DanishKristus er opstanden! Sandelig Han er Opstanden!
      • West FrisianKristus is opstien! Wis is er opstien!
      • GermanChristus ist auferstanden! Er ist wahrhaft auferstanden! or Der Herr ist auferstanden! Er ist wahrhaftig auferstanden!
      • IcelandicKristur er upprisinn! Hann er sannarlega upprisinn!
      • FaroeseKristus er upprisin! Hann er sanniliga upprisin!
      • Low Franconian languages
        • DutchChristus is opgestaan! Hij is waarlijk opgestaan! (Netherlands) or Christus is verrezen! Hij is waarlijk verrezen! (Belgium)
        • AfrikaansChristus het opgestaan! Hy het waarlik opgestaan!
      • Norwegian
        • BokmålKristus er oppstanden! Han er sannelig oppstanden!
        • NynorskKristus er oppstaden! Han er sanneleg oppstaden!
      • SwedishKristus är uppstånden! Han är sannerligen uppstånden!
    • Italic languages
      • LatinChristus resurrexit! Resurrexit vere!
      • Romance languages
        • AromanianHristolu anyie! Di alihea anyie!
        • CatalanCrist ha ressuscitat! Veritablement ha ressuscitat!
        • FrenchLe Christ est ressuscité ! En vérité il est ressuscité ! or Le Christ est ressuscité ! Vraiment il est ressuscité !
        • GalicianCristo resucitou! De verdade resucitou!
        • ItalianCristo è risorto! È veramente risorto!
        • PortugueseCristo ressuscitou! Em verdade ressuscitou! or Cristo ressuscitou! Ressuscitou verdadeiramente!
        • ArpitanLo Crist es ressuscitat! En veritat es ressuscitat!
        • RomanianHristos a înviat! Adevărat a înviat!
        • RomanshCristo es rinaschieu! In varded, el es rinaschieu!
        • SardinianCristu est resuscitadu! Aberu est resuscitadu!
        • SicilianCristu arrivisciutu esti! Pibbiru arrivisciutu esti!
        • Spanish¡Cristo resucitó! ¡En verdad resucitó!
        • WalloonLi Crist a raviké! Il a raviké podbon!
    • Baltic languages
      • LatvianKristus (ir) augšāmcēlies! Patiesi (viņš ir) augšāmcēlies!
      • LithuanianKristus prisikėlė! Tikrai prisikėlė!
    • Celtic languages
    • Indo-Iranian languages
      • Ossetian: Чырысти райгас! Æцæгæй райгас! or бæлвырд райгас! (Ḱyrysti rajgas! Æcægæj rajgas or bælvyrd rajgas!)
      • Persian: مسیح برخاسته است! به راستی برخاسته است!‎ (Masih barkhaste ast! Be rasti barkhaste ast!)
      • Hindi: येसु मसीह ज़िन्दा हो गया है! हाँ यक़ीनन, वोह ज़िन्दा हो गया है! یسوع مسیح زندہ ہو گیا ہے! ہاں یقیناً، وہ زندہ ہو گیا ہے!‎ (Yesu Masīh zindā ho gayā hai! Hā̃ yaqīnan, voh zindā ho gayā hai!)
      • Marathi: Yeshu Khrist uthla ahe! Kharokhar uthla ahe!

    Afro-Asiatic languages

    • Semitic languages
      • Standard Arabic: المسيح قام! حقا قام!‎ (al-Masīḥ qām! Ḥaqqan qām!) or المسيح قام! بالحقيقة قام! (al-Masīḥ qām! Bi-l-ḥaqīqati qām!)
      • Aramaic languages
        • Classical Syriac: ܡܫܝܚܐ ܩܡ! ܫܪܝܪܐܝܬ ܩܡ!‎ (Mshiḥa qām! sharīrāīth qām! or Mshiḥo Qom! Shariroith Qom!)
        • Assyrian Neo-Aramaic: ܡܫܝܚܐ ܩܡܠܗ! ܒܗܩܘܬܐ ܩܡܠܗ!‎ (Mshikha qimlih! bhāqota qimlih!)
        • Turoyo: ܡܫܝܚܐ ܩܝܡ! ܫܪܥܪܐܝܬ ܩܝܡ!‎ (Mshiḥo qāyem! Shariroith qāyem!)
      • East African languages
        • Tigrinya: Christos tensiou! Bahake tensiou!
        • Amharic: Kristos Tenestwal! Bergit Tenestwal!
      • Hebrew: המשיח קם! באמת קם!‎ (Hameshiach qam! Be'emet qam!)
      • MalteseKristu qam! Huwa qam tassew! or Kristu qam mill-mewt! Huwa qam tassew!
    • Egyptian
      • Coptic: ⲠⲓⲬⲣⲓⲥⲧⲟⲥ ⲁϥⲧⲱⲛϥ! Ϧⲉⲛ ⲟⲩⲙⲉⲑⲙⲏⲓ ⲁϥⲧⲱⲛϥ! (Pi'Christos aftonf! Khen oumetmi aftonf!)
    • Judeo-BerberLmasih yahye-d ger lmeytin! Stidet yahye-d ger lmeytin!

    Kartvelian languages

    • Georgian: ქრისტე აღსდგა! ჭეშმარიტად აღსდგა! (Kriste aghsdga! Cheshmaritad aghsdga!)
    • Mingrelian: ქირსექ გეთანდჷ! ღორონთუმე (ემეთო ეთანდჷ)! (Kirsek genthand'! Ghoronthume (emetho gethand')!)

    Northwest Caucasian languages

    • Abkhazian: Kyrsa Dybzaheit! Itzzabyrgny Dybzaheit!

    Dravidian languages

    • Tamil: கிறிஸ்து உயிர்த்தெழுந்தார், மெய்யாகவே அவர் உயிர்த்தெழுந்தார்.
    • Malayalam: ക്രിസ്തു ഉയിര്ത്തെഴുന്നേറ്റു! തീര്ച്ചയായും ഉയിര്ത്തെഴുന്നേറ്റു! (Christu uyirthezhunnettu! Theerchayayum uyirthezhunnettu!)

    Eskimo–Aleut languages

    Mayan languages

    • TzotzilIcha'kuxi Kajvaltik Kristo! Ta melel icha'kuxi!
    • TzeltalCha'kuxaj Kajwaltik Kristo! Ta melel cha'kuxaj!

    Austronesian languages: Malayo-Polynesian

    • BatakTuhan nunga hehe! Tutu do ibana hehe!
    • CarolinianLios a melau sefal! Meipung, a mahan sefal!
    • CebuanoNabanhaw Si Kristo! Nabanhaw gayud!
    • WarayHi Kristo nabanwaw! Matuod nga Hiya nabanhaw!
    • ChamorroLa'la'i i Kristo! Magahet na luma'la' i Kristo!
    • FijianNa Karisito tucake tale! Io sa tucake tale!
    • FilipinoNabuhay muli Si Kristo! Nabuhay talaga!
    • HawaiianUa ala hou ʻo Kristo! Ua ala ʻiʻo nō ʻo Ia!
    • IndonesianKristus telah bangkit! Dia benar-benar telah bangkit!
    • KapampanganY Kristû sinûbli yáng mèbié! Sinûbli ya pin mèbié!
    • MalagasyNitsangana tamin'ny maty i Kristy! Nitsangana marina tokoa izy!
    • Cook Islands MāoriKuo toetu’u ‘ae Eiki! ‘Io kuo toetu’u mo’oni!

    Austroasiatic languages: Mon-Khmer

    • Khmer: Preah Christ mean preah choan rous leong vinh! trung mean preah choan rous leong vinh men!

    Vietnamese

    • VietnameseChúa Ki-tô đã sống lại! Ngài đã sống lại thật!

    Thai

    • Thai: พระคริสต์เป็นขึ้นจากความตาย! or พระคริสต์ทรงกลับคืนพระชนม์ชีพ!

    Basque

    • BasqueCristo Berbiztua! Benetan Berbiztua!

    Japanese

    • Japanese: ハリストス復活!実に復活! (Harisutosu fukkatsu! Jitsu ni fukkatsu!)

    Korean

    • Korean: 그리스도 부활하셨네! 참으로 부활하셨네! (Geuriseudo buhwalhasyeonne! Chameuro buhwalhasyeonne!)

    Na-Dené languages

    • Athabaskan languages
      • NavajoChrist daaztsą́ą́dę́ę́ʼ náádiidzáá! Tʼáá aaníí daaztsą́ą́dę́ę́ʼ náádiidzáá!
    • TlingitXristos Kuxwoo-digoot! Xegaa-kux Kuxwoo-digoot!

    Niger–Congo languages

    • LugandaKristo Ajukkide! Kweli Ajukkide!
    • SwahiliKristo Amefufuka! Amefufuka kweli kweli!
    • GikuyuKristo ni muriuku! Ni muriuku nema!

    Quechuan languages

    • QuechuaCristo causarimpunña! Ciertopuni causarimpunña!

    Mongolic languages

    • Classical MongolianЕсүс дахин амилсан, Тэр үнэхээр амилсан! (Yesus dahin amilsan, ter uneheer amilsan)

    Turkic languages

    • TurkishMesih dirildi! Hakikaten dirildi!
    • Uyghur‫ئەيسا تىرىلدى! ھەقىقەتىنلا تىرىلدى!‬‎ (Əysa tirildi! Ⱨəⱪiⱪətinla tirildi!)
    • AzerbaijaniMəsih dirildi! Həqiqətən dirildi!
    • Chuvash: Христос чĕрĕлнĕ! Чăн чĕрĕлнĕ! (Hristos čĕrĕlnĕ! Čyn čĕrĕlnĕ!)
    • KhakasХристос тірілді! Сыннаң тірілді! (Hristos tíríldí! Sınnañ tíríldí!)
    • Uzbek: Масих тирилди! Хақиқатдан тирилди! (Masih tirildi! Haqiqatdan tirildi!)

    Sino-Tibetan languages

    • Chinese: 基督復活了!他確實復活了! (Jīdū fùhuó-le! Tā quèshí fùhuó-le!) or 耶穌復活了,真的他復活了! (Yēsū fùhuó-le, Zhēnde tā fùhuó-le!)

    Uralic languages

    • EstonianKristus on üles tõusnud! Tõesti on üles tõusnud!
    • FinnishKristus nousi kuolleista! Totisesti nousi!
    • HungarianKrisztus feltámadt! Valóban feltámadt!
    • KarelianHristos nouzi kuollielois! Tovessah nouzi!

    Constructed languages


    votre commentaire
  • Saint Euloge, prêtre et martyr à Cordoue, le 11 mars 859.

    Extrait du "Mémorial des saints" de Saint Euloge

    Traduction française dans

    "LES MARTYRS"

    Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle ; traduites et publiées par le R. P. Dom H. LECLERCQ, Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

    "Tome V, le Moyen-Age", 1906

     SURIUS, Vitae sanct., 11 mars (1618), t. II, p. 100; — TAMAJO DE SALAZAR, Martyrol. hisp., t. II, 11 mars ; — BOLL., Acta sanct., mars, t. I, p. 90-97 ; — EULOGE OPERA, fol., Compluti, 1574;—A. SCHOTT, Hisp. illustr., t. IV, p. 223; — LORENZANA, Patres toletani (1785), t. II, p. 394-408 ; — FLOREZ, España sagr., t. X; Patr. lat., t. CXV, p.705-720; —AGUIBRE, Conc.Hispan. (1754), t. IV, p.141-144 ; — ANTONIO, Bibl. hisp. vet. (1788), t. I, p. 463-467;— BAHR. Gesch. rom. litt. (1840), t. III. 231-233 ;— W. W. v. BAUDISSIN,Eulogius und Alvar, in 8, Leipzig, 1872: — BOLL. , Bibl. hag. lat. (1899), p. 406;— BOURRET, Schola Cordubae christiana (1855), p. 35-58; — R. DOZY, Hist. des musulm. d'Espagne (1811), t. II, p. 1-162 ; — EBERT, Gesch. Liter. Mitelalt. (1880), t. II, p.300-305; — FABRICIUS, Bibl. med. et infim. (1734), t. II, p. 382-385 ; — GAMS, Kirchenges. Spaniens. (1874), t. II, p. 299-338 ; — SANCHEZ DE FERIA, Santos Cordoba (1772), t. I, p. 80-158.

     

    ( Euloge, le principal ornement de l'Eglise d'Espagne au IXe siècle, appartenait à une des premières familles de Cordoue, alors capitale du royaume des Maures. Euloge entra, dès sa jeunesse, dans la communauté des prêtres de saint Zoïle, où il apprit les sciences avec la piété, et devint très habile, surtout dans la connaissance de l'Ecriture sainte. Il alla ensuite se mettre sous la direction d'un pieux et savant abbé nommé Espère-en-Dieu, qui gouvernait le monastère de Cute-Clar. Puis il enseigna les lettres dans Cordoue et fut élevé au sacerdoce. Il menait une vie sainte et mortifiée, tout en demeurant dans le monde. En 850, les Maures ayant persécuté les chrétiens, notre saint fut jeté en prison. Il fut bientôt remis en liberté, et, l'archevêque de Tolède étant mort, le peuple et le clergé de cette ville choisirent Euloge pour lui succéder. Mais il plut à Notre-Seigneur de le couronner avant qu'il fût sacré. Il y avait à Cordoue une vierge chrétienne nommé Léocritie, convertie fort jeune de l'infidélité de Mahomet à la foi de Jésus-Christ, par le moyen d'une de ses parentes. Elle se voyait extrêmement maltraitée par ses parents, qui voulaient la contraindre à apostasier. Elle se réfugia chez saint Euloge, qui la donna à garder à sa soeur Annulon, puis la fit mettre en sûreté chez un ami. Les parents de Léocritie obtinrent du magistrat le pouvoir d'informer sur cet enlèvement et de saisir tous ceux qui leur seraient suspects. Beaucoup de personnes furent ainsi arrêtées. )

    Cependant la vierge Léocritie désirait vivement revoir la soeur d'Euloge qu'elle aimait beaucoup. Elle se rendit pendant la nuit à sa demeure, espérant satisfaire le besoin de consolation qu'elle éprouvait. Elle se proposait de passer la journée auprès de sa compagne et puis de regagner sa retraite la nuit suivante. Elle raconta à Euloge et à sa soeur Annulon que deux fois, pendant qu'elle priait, elle avait senti sa bouche remplie d'une liqueur ressemblant à du miel, que, n'osant pas la cracher, elle l'avait avalée, et avait été ravie de la délicieuse saveur qu'elle y avait trouvée. Le saint lui dit que c'était là un présage e la douceur du royaume céleste, dont elle jouirait bientôt.

    La vierge se disposait à retourner, le lendemain, en sa cachette, mais il arriva que celui qui devait la conduire ne vint point à l'heure fixée pendant la nuit, mais seulement au point du jour. Il n'y avait plus alors moyen de sortir, car Léocritie ne voyageait que dans les ténèbres pour éviter les embûches des persécuteurs. Elle résolut donc de passer tout le jour en la demeure d'Euloge et de se mettre en route quand le soleil aurait disparu à l'horizon, lorsque la nuit aurait rétabli le calme et la solitude dans les rues de la ville. Cette décision, qui paraissait prise par la prudence humaine, était en même temps effet de la volonté divine : afin que la vierge et Euloge reçussent ensemble la couronne du martyre.

    Ce jour-là même, en effet, par suite de trahison, d'embûches ou peut-être simplement par instinct, je ne sais, on vint révéler au juge le lieu où se trouvait cachée Léocritie, et soudain la maison fut envahie par les soldats envoyés à la hâte pour y perquisitionner. Le bienheureux se trouvait heureusement chez lui en ce moment. Les satellites s'emparèrent de la vierge ; puis, saisissant Euloge, ils l'accablèrent de coups et d'outrages, et enfin traînèrent leurs deux captifs devant le tribunal. Le juge, bien résolu de profiter de cette occasion pour faire mourir dans les supplices le saint prêtre, lui lança des regards furibonds et lui demanda avec colère et menaces pourquoi il avait ainsi recélé chez lui la vierge Léocritie. Euloge, conservant le calme et la patience, se mit en devoir d'exposer la vérité avec l'élocution brillante qui le distinguait : « Président, dit-il, c'est un devoir de notre charge, et il est dans la nature même de notre religion,] d'offrir à ceux qui nous la demandent la lumière de la foi, et de ne pas refuser lès sacrements à ceux qui veulent marcher dans les sentiers qui mènent à la vie. C'est là le devoir des prêtres, c'est là une obligation que nous impose notre religion : l'ordre de Notre-Seigneur Jésus-Christ est formel sur ce point : qui-conque, dans sa soif, désire puiser aux fleuves de la foi, doit trouver deux fois plus de boisson qu'il n'en cherche. Or, cette vierge étant venue nous demander la règle de notre sainte foi, il était nécessaire que nous nous occupassions d'elle en proportion de sa ferveur. Il ne convenait pas de repousser celle qui formulait de si saints désirs ; surtout un tel refus venant de celui qui a été choisi par le Christ pour accomplir ces fonctions auprès des fidèles. J'ai donc, selon mon pouvoir, instruit et éclairé cette vierge ; je lui ai exposé notre foi qui ouvre le chemin du royaume céleste. J'aurais rempli avec grand plaisir le même devoir envers toi, si tu m'en avais prié. »

    Le président, les traits bouleversés par la fureur, ordonna d'apporter les verges et menaça le saint de le faire périr sous les coups. Euloge dit alors : « Que désires-tu faire avec ces verges ? » Le juge : « T'arracher la vie. » Le saint : « Apprête plutôt et aiguise ton glaive, tu délivreras plus facilement par ce moyen mon âme des liens du corps, et tu la rendras à son Créateur ; car avec tes verges tu ne peux pas espérer de couper nies membres. » Puis, d'une voix claire et assurée, le saint se mit à flageller la fausseté du prophète et de sa loi, et à proclamer la vérité de notre religion. Aussitôt on l'entraîna au palais et on le fit comparaître devant les conseillers du roi. En l'apercevant, un des conseillers, qui connaissait intimement le saint, fut touché de compassion et lui cria : « Que des fous et des idiots se soient précipités d'une façon lamentable dans ce gouffre de la mort, passe encore. Mais toi qui brilles par la sagesse, qui es renommé pour ta vie exemplaire, quelle démence a pu éteindre en toi l'amour naturel de la vie et t'entraîner dans cette chute mortelle ? Ecoute-moi, je t'en prie ; ne te précipite pas, tête baissée, dans cet abîme, je t'en supplie ; dis seulement une parole dans ce moment, et ensuite, dès que tu le, pourras, tu retourneras à ta foi. Nous promettons de ne pas t'inquiéter dans la suite. » Le martyr sourit en entendant cette exhortation : « O mon ami, lui répondit-il, si tu pouvais savoir !quels biens sont réservés à ceux qui professent notre religion ! si je pouvais faire passer en ton coeur la foi dont est rempli le mien ! Tu cesserais alors d'essayer de me détourner de mon dessein, et tu ne songerais qu'à te débarrasser de ces honneurs mondains ! » Euloge se mit alors à lui exposer le texte de l'Evangile éternel, et à lui prêcher le royaume du ciel avec liberté Les conseillers, ne voulant pas l'entendre, ordonnèrent de le décapiter séance tenante.

    Pendant qu'on emmenait le saint, un des eunuques du roi lui donna un soufflet. Euloge présenta l'autre joue, en disant : « Je t'en prie, frappe maintenant cette joue, afin qu'elle ne soit pas jalouse de l'honneur de sa compagne. » L'eunuque frappa une seconde fois, et le saint, sans rien perdre de sa patience et de sa douceur, présenta de nouveau la première. Mais les soldats l'arrachèrent et l'entraînèrent vers le lieu du supplice. Arrivé là, Euloge se mit à genoux pour prier, tendit les mains vers le ciel, fit le signe de la croix, et après une courte prière intérieure il tendit le cou au bourreau. Aussitôt un coup rapide lui donna la vie. Euloge consomma son martyre le 5 des ides de mars, un samedi, à l'heure de none. Aussitôt que son cadavre eut été précipité du haut d'un rocher dans le fleuve, une colombe éclatante de blancheur fendit les airs à la vue de tous les spectateurs, et vint en voletant se poser sur la dépouille du martyr. On se mit alors à lui jeter des pierres pour la chasser, mais ce fut en vain. On essaya de l'écarter avec les mains, mais elle alla en sautillant, sans se servir de ses ailes, se percher sur une tour qui dominait le fleuve, et se tint là les yeux tournés vers le corps du bienheureux.

    Il ne faut pas omettre ici de rapporter le miracle que le Christ opéra sur ce corps pour la gloire de son nom. Un habitant d'Artyge, qui accomplissait son service mensuel dans le palais et était chargé de veiller pendant la nuit, voulut se désaltérer et se rendit à l'aqueduc qui amène en ce lieu les eaux du fleuve. En arrivant, il aperçut autour du cadavre du bienheureux Euloge, qui était là gisant, des prêtres dont les vêtements étaient plus blancs que la neige : ils tenaient à la main des lampes brillantes et récitaient gravement des psaumes comme on fait à l'office divin. Effrayé par cette vision, le garde regagna son gîte à toutes jambes. Il raconta ce qu'il venait de voir à son compagnon et retourna avec lui en ce même endroit ; mais tout avait disparu. Le lendemain de l'exécution, les chrétiens purent racheter la tête du martyr ; son corps fut recueilli trois jours après, et on l'ensevelit dans l'église du bienheureux Zoïle, martyr lui aussi.

    Les juges essayèrent de gagner la bienheureuse Léocritie par toutes sortes de caresses et de promesses ; mais elle se maintint fermement dans la foi et fut décapitée quatre jours après le bienheureux Euloge. On jeta sa dépouille dans le fleuve, mais les eaux ne purent ni la submerger ni la dérober ; et, au grand étonnement de tout le monde, son corps suivit lentement le courant du fleuve. Les chrétiens purent ainsi l'attirer sur la rive et l'ensevelirent dans la basilique du martyr saint Genès, élevée au lieu dit Tercios.

    Telle fut la fin du bienheureux docteur Euloge ; telle fut sa mort admirable ; ainsi passa-t-il de ce monde en l'autre, chargé de bonnes oeuvres et de mérites.


    votre commentaire
  • Sainte Pomposa, religieuse, martyre à Cordoue, le 19 septembre 853.

     Extrait du "Mémorial des saints" de Saint Euloge

    Traduction française dans

    "LES MARTYRS"

    Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle ; traduites et publiées par le R. P. Dom H. LECLERCQ, Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

    "Tome V, le Moyen-Age", 1906

     BOLL., Acta sanct.,19 sept., t. VI, p. 92-95.

     

    Tandis que la nouvelle du martyre de sainte Colombe parvenait aux oreilles de tous les fidèles et se répandait non seulement dans toute la ville, mais encore dans ses environs, une vierge vénérable, nommée Pomposa, sortit du monastère de Saint-Sauveur, bâti au pied du mont Pinno Mellario, dans lequel elle s'était enfermée avec ses parents, ses frères et ses amis pour servir le Christ, et vint s'offrir elle aussi au martyre. — C'est de ce monastère qu'était également sorti le bienheureux prêtre Fandilla, martyrisé un peu auparavant. Cette vierge bienheureuse, qui habitait Cordoue, était parvenue à décider toute sa famille à abandonner les biens périssables de ce monde pour faire voeu de chasteté et travailler à l'acquisition des biens éternels.

    Les parents vendirent donc leur patrimoine et firent bâtir ce monastère, qu'on appela Pinno Mellario à cause des nombreux gâteaux de miel qu'y fabriquent les abeilles, cela de toute antiquité et aujourd'hui encore. Ils se livrèrent en ce lieu aux exercices de la vie monastique, et la vierge Pomposa surpassa tous ses compagnons par l'éclat de sa sainteté. Ainsi, celle qui par l'âge tenait le dernier rang s'éleva jusqu'au premier par son innocente simplicité. Elle était tellement absorbée dans la méditation des saintes Ecritures, qu'elle n'en était distraite ni le jour ni la nuit ; et il fallut les tempêtes menaçantes de la persécution pour la détourner de cette occupation. Quand quelque mal la menaçait, on la voyait s'y résigner docilement avec la prodigieuse humilité qui la distinguait. Elle s'adonnait aux veilles, se soumettait à des peines rigoureuses, faisait de longues prières, pour obtenir de Dieu la grâce de garder inviolablement les voeux qu'elle avait faits.

    Nous avons appris de son abbé, le moine et serviteur du Christ, Félix, quantité de traits relatifs à sa vie sainte, mais nous n'en rapporterons rien, de crainte de fatiguer le lecteur. Nous nous empressons d'arriver immédiatement à l'action héroïque qui sans aucun doute lui ouvrit les portes du ciel. Comme elle aspirait à la plus haute sainteté et servait Dieu avec la plus rigoureuse fidélité, dès qu'elle apprit le martyre de la bienheureuse Colombe, elle fut prise aussitôt d'un ardent désir de conquérir une semblable couronne ; cette nouvelle la ravit de joie, et elle se mit à chercher secrètement le moyen d'aller se présenter au tribunal du juge. Admirons ici la puissance de la vocation du Seigneur, dont la providence sait disposer les événements de façon qu'aucun de ceux qui sont prédestinés à la gloire du martyre ne soit privé de sa couronne; de façon qu'aucun de ceux dont la place est marquée dans l'assemblée des saints ne puisse être retenu dans les filets des hommes. On rapporte, en effet, que longtemps auparavant cette même vierge avait eu le désir de voler au martyre, mais qu'elle en fut empêchée par les dispositions habiles des siens, qui la soumirent à une rigoureuse surveillance tant que dura la violence de la persécution.

    Mais à quoi peut servir la surveillance des hommes, puisque, selon l'Ecriture, « si le Seigneur ne fait lui-même la garde, c'est en vain que surveillent ceux qui pensent pouvoir, par eux-mêmes, garder quelque chose » ? En effet, une nuit que les frères allaient se coucher, après les vigiles de la nuit, l'un d'eux, par un dessein de la Providence, eut l'inspiration de prendre la clef et d'ouvrir la porte du monastère, ce qui ne se faisait jamais, et se contenta de la tenir attachée par un petit clou. La bienheureuse Pomposa se rendit la nuit même à cette porte, l'ouvrit et chemina dans les ténèbres, guidée par une lumière céleste ; elle parcourut pendant la nuit l'espace désert qui séparait le monastère de la ville de Cordoue, et y entra au point du jour.

    Son premier soin fut d'aller se présenter devant le tribunal du juge; elle fit devant lui une profession explicite de foi chrétienne et insulta l'impudique prophète. Le juge la condamna sur-le-champ à périr par le glaive, et elle fut exécutée devant les portes du palais le 13 des calendes d'octobre, l'ère 891. On précipita son cadavre dans le fleuve; mais des bateliers, payés par les fidèles, parvinrent à le repêcher et le déposèrent au fond d'une fosse qu'ils remplirent de sable.

    Environ une vingtaine de jours après, quelques moines, avec l'aide du Christ, réussirent à le tirer de là, et le transportèrent dans le monastère de la vierge Eulalie, où il fut solennellement enseveli, par les soins des prêtres et des religieux, aux pieds de sainte Colombe. En cela encore nous voyons un effet de la Providence divine : car celles qui, durant leur vie, s'aimèrent d'une si ardente charité, eurent le bonheur de reposer après leur mort dans un même sépulcre. Gloire soit donc au Christ qui règne dans les siècles des siècles ! Amen.

     

     

     


    votre commentaire
  • Les saintes Nunilo et Alodie, vierges, martyres à Huesca en Arragon. Le 22 octobre 851.

     Extrait du "Mémorial des saints" de Saint Euloge

     Traduction française dans

    "LES MARTYRS"

    Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle ; traduites et publiées par le R. P. Dom H. LECLERCQ, Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

    "Tome V, le Moyen-Age", 1906

    BOLL. Acta sanctor., 22 octob. t. IX, p. 642-647 ; Patr. lat., t. CXV, col. 774.

      

    Nous avons appris d'un homme saint et vénérable, Vénérius, évêque d'Alcala, que dans la ville d'Osca, dans le château de Barbitan, vivaient deux soeurs, Nunilo et Alodie, nées d'un père païen et dune mère chrétienne. Après la mort de leur père, leur mère s'étant remariée à un païen, les jeunes filles eurent la douleur de se voir dans l'impossibilité d'embrasser la foi chrétienne, à cause de la défense expresse de leur beau-père. Elles quittèrent alors leur mère et allèrent demeurer chez leur grand'mère.

    Aussitôt, malgré leur jeune âge, elles s'adonnèrent avec la plus rigoureuse fidélité au service du Christ; elles répudièrent la religion de leur père, purifièrent leurs âmes et les maintinrent inviolablement dans la sainteté que possède seule la religion chrétienne. Comme elles étaient distinguées autant par leur noblesse que par leurs dignités, la ville entière ne tarda pas à être informée de leur résolution, que trahissait visiblement, du reste, le genre de vie tout nouveau qu'elles menaient. Elles n'avaient encore atteint que la fleur de leur âge, et déjà la province entière était remplie de la renommée de leur sainte vie. Tout le monde s'étonnait de voir deux roses si charmantes issues d'un buisson d'épines. L'antique et jaloux ennemi, déplorant la perte de ces deux membres qui lui appartenaient autrefois, crut pouvoir détourner de leurs saintes résolutions, par les menaces des juges, ces deux épouses qu'il voyait prédestinées à entrer dans la chambre nuptiale du Christ; mais il ne réussit qu'à hâter pour les saintes vierges, par une mort dolente, les récompenses qui leur étaient réservées.

    Satan poussa donc ses satellites à porter une accusation contre ces deux jeunes filles qui furent conduites au tribunal du préfet de la ville. Celui-ci les fit comparaître aussitôt en sa présence, et commença par leur promettre de vaines récompenses, des richesses abondantes, des mariages avantageux, si elles consentaient à répudier la religion chrétienne pour retourner au culte de leurs ères ; puis il ajouta que si elles méprisaient avec entêtement son conseil, elles seraient soumises à toutes sortes de tortures et enfin périraient par le glaive.

    Les bienheureuses vierges, soutenues par le Saint-Esprit, demeurèrent fermes et intrépides dans la confession de leur foi et répondirent : « Comment, juge, peux-tu nous ordonner de délaisser la religion du vrai Dieu, quand cette religion, illuminant nos esprits, nous a fait voir qu'aucune richesse ne vaut le Christ, qu'aucun bonheur n'est comparable à celui que procure la foi chrétienne, qui fait vivre saintement les justes et donne aux saints le moyen de triompher des puissances de ce monde ? ce Christ sans lequel il n'y a point de vie véritable, en dehors duquel règne une mort éternelle ! Demeurer en ce Christ, vivre en ce Christ, c'est la véritable consolation; s'éloigner de lui, c'est la perdition. Non, jamais nous ne nous séparerons ici-bas de sa compagnie ; car nous lui avons confié notre chasteté, et nous espérons être admises un jour dans sa couche nuptiale. L'oeil fixé sur ce bien-aimé, nous méprisons tous les biens périssables par lesquels tu penses nous allécher ; car nous savons que tout ce qu'éclaire ce soleil est vain et éphémère. Pour ce qui est des châtiments dont tu nous menaces, ils ne nous causent aucun trouble, car nous savons qu'ils ne durent pas. Rien plus, cette mort que tu dresses devant nous comme un épouvantail suprême, nous la souhaitons d'autant plus amoureusement que nous croyons fermement devoir, grâce à elle, monter immédiatement au ciel, nous envoler vers le Christ, nous délecter enfin dans ses chastes embrassements. » — Voyant leur attachement à la foi et leur courage à la professer, le juge les confia à des femmes habiles dans l'exercice du culte païen, et leur ordonna de les instruire séparément, de chercher les moyens de leur imprimer de la crainte, recommandant par-dessus tout de ne leur point permettre de s'entretenir soit entre elles, soit avec d'autres chrétiens. Ces femmes emmenèrent les vierges du Christ et se mirent à leur exposer chaque jour le dogme vénéneux de leur culte sacrilège ; mais c'est en vain qu'elles tentèrent par tous les moyens imaginables de faire boire à leur coupe infecte celles que le Christ avait rassasiées de sa manne céleste.

     

    Les femmes païennes ayant rapporté au juge qu'elles ne pouvaient triompher de l'entêtement des deux jeunes filles, celui-ci attendit encore plusieurs jours, puis, les ayant fait amener sur le forum, il les livra en spectacle à la dérision de la plèbe ; enfin, comme elles persistaient à confesser le Christ et à détester l'ennemi de sa foi, il les fit décapiter le 11 des calendes de novembre (21 oct.) de l'ère susmentionnée. Les corps des deux martyres furent laissés sur le lieu de l'exécution, et des soldats firent bonne garde pour empêcher que les chrétiens ne vinssent les enlever pour les ensevelir. On rapporte que ces reliques virginales, précipitées dans des trous par les païens, opèrent de nombreux miracles et montrent tant aux fidèles qu'aux païens quelle insigne consolation leur a procurée au sein de la gloire leur vie vertueuse sur la terre, par les mérites de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui vit avec le Père et le Saint-Esprit, Dieu unique, dans les siècles des siècles. Amen


    votre commentaire
  • S. Parfait, prêtre et martyr, à Cordoue. Le 18 avril 850.

     

    BOLL., Acta sanct., 18 avril, t. II, p. 585-586. SURIUS, Vitae sanctor., 18 avril; Histoire de s. Parfait et des autres martyrs de Cordoue, in-12, Paris, 1862.

     

    Traduction française dans

    "LES MARTYRS"

    Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle ; traduites et publiées par le R. P. Dom H. LECLERCQ, Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

    "Tome V, le Moyen-Age", 1906

     

     

    Au nom de Notre-Seigneur.

    L'an de l'Incarnation 850, l'ère 888, la 29e année du consulat d'Abdarrahaman, se consomma le martyre que nous allons rapporter. Sous le gouvernement de ce kalife, la puissance arabe s'accrut considérablement en Espagne et s'étendit à la presqu'île ibérique quasi tout entière. La ville de Cordoue, appelée autrefois Patritia, choisie par Abdarrahaman comme résidence, devint capitale ; le kalife la porta au faîte de sa prospérité ; il la combla d'honneurs et de privilèges, l'entoura d'une auréole de gloire et de célébrité, amoncela les richesses dans son sein, enfin y multiplia au delà de ce qu'on peut imaginer les délices matérielles de tous genres ; aussi dépassa-t-il en pompe et en magnificence tous les rois de sa race qui l'avaient précédé.

     

    Tandis que l'Eglise des orthodoxes, gémissant sous le joug écrasant de ce kalife, était battue, torturée et réduite à l'extrémité, vivait un prêtre de vénérable mémoire, nommé Parfait. Il était né à Cordoue, avait étudié sous les maîtres de la basilique de Saint-Aciscle ; il possédait à fond toutes les lois ecclésiastiques, brillait même dans la littérature, et connaissait quelque peu la langue arabe. Presque toute sa jeunesse s'était écoulée dans ce monastère de Saint-Aciscle.

     

    Un jour qu'il s'était mis en route pour une affaire de famille, et que ses intérêts domestiques l'appelaient à Cordoue, il fut interrogé sur la foi catholique par quelques païens qui le mirent en demeure de se prononcer publiquement sur le Christ et sur le prophète Mahomet. Parfait professa la puissance et la divinité du Christ, qu'il proclamait Dieu béni par-dessus tout clans les siècles des siècles. « Je ne crains pas, ajouta-t-il, de vous déclarer ce qu'on pense de votre prophète parmi les chrétiens, car il m'importe peu de vous blesser grièvement par mes paroles. Mais si vous voulez me promettre amicalement de ne point vous irriter contre moi, je vous révélerai quel jugement notre Evangile porte sur votre prophète, et de quelle façon il est honoré des chrétiens. » Les musulmans s'empressèrent de le lui promettre et l'engagèrent à exposer sans aucune crainte tout ce que ses coreligionnaires pensaient de Mahomet. Le savant prêtre leur démontra alors en arabe que d'après l'Evangile Mahomet était un faux prophète, un menteur qui avait séduit un grand nombre d'hommes.

     

    On y lit, en effet : « Beaucoup de faux prophètes viendront en mon nom ; ils séduiront une foule d'hommes ; ils feront en même temps de tels miracles et de tels prodiges, qu'ils parviendraient à entraîner dans l'erreur les élus eux-mêmes, si cela était possible. » Il faut mettre au nombre de ces hommes votre prophète, séduit par les prestiges de l'antique ennemi, adonné aux maléfices ; il a corrompu par un venin mortel les coeurs d'une multitude innombrable et les a précipités dans les filets de l'éternelle perdition. C'est ainsi que, n'ayant par lui-même aucune science spirituelle, il ne fait que livrer la foi de ses croyants à son prince Satan, en compagnie duquel il aura à endurer les plus horribles tourments dans l'enfer, et vous tous à sa suite tomberez, pour n'en plus sortir, dans les flammes éternelles. Comment donc pourrait-on mettre au nombre des prophètes, comment même pourrait échapper à la malédiction divine celui qui, cédant à une aveugle passion, ravit à son maître Zaïd son épouse Zeinab et se l'unit par un mariage adultère, allant même jusqu'à affirmer qu'il a agi ainsi par l'ordre d'un ange?» Parfait parla longuement des impuretés, des actions honteuses que prescrit la loi de Mahomet, puis il dit en terminant: « Ainsi donc votre prophète, adonné lui-même à l'impureté et esclave de ses mauvaises passions, vous a tous plongés à jamais dans la fange de la luxure. » Il ajouta encore beaucoup d'autres remarques sur l'infâme doctrine de Mahomet qu'il connaissait à fond, toutes plus ou moins désagréables pour ses sectateurs. Toutefois les musulmans n'osèrent point alors sévir contre lui, mais jurèrent de faire mourir le saint.

     

    Parfait termina les affaires qui l'avaient amené à Cordoue, puis il regagna sa cellule, où il vécut en paix durant quelque temps. Peu après, ayant dû se rendre une seconde fois à Cordoue, il se rencontra avec les païens qui l'avaient interpellé la première fois. Dès que ces furieux l'aperçurent, leur rage longtemps comprimée éclata, et ils s'excitèrent mutuellement à la vengeance par ces paroles: « Voilà cet homme qui naguère, poussé par une audacieuse folie, a proféré contre notre prophète (que Dieu l'appelle et le sauve !) tant d'injures et de malédictions, que vos oreilles en étaient assourdies. » (Toutes les fois que les musulmans prononcent le nom de leur prophète, ils s'empressent d'ajouter : « Zala, Allah, Halla, Anabi, V. A. Zallen », ce qui signifie en latin : Psallat Deus super prophetam, et salvet eum.) Aussitôt toute la cohorte d'hommes perdus, semblables à des guêpes en furie, se jeta sur Parfait, le garrotta en un tour de main, et l'entraîna vers le juge avec tant de rapidité que ses pieds effleuraient à peine la terre. Voici l'accusation qu'ils déposèrent contre lui : « Juge, nous avons entraîné cet homme vers ton tribunal parce que nous l'avons entendu maudire notre Prophète et insulter notre religion. Ta prudence sait mieux que nous quelle sentence il est à propos de porter contre lui pour réprimer son audace et calmer sa furie. »

     

    Le juge mit immédiatement aux ceps le futur martyr ; il le fit charger d'un poids écrasant de fers, . se réservant de l'immoler le jour où ses coreligionnaires célébreraient par des rites profanes les réjouissances de la pâque. Le soldat du Christ demeura vainqueur en cette première rencontre : il se rendit tout débordant de joie au fond de son cachot, entra avec allégresse dans ce réceptacle de voleurs, comme s'il entrait dans une salle de festin. Là, tout rempli de la crainte révérentielle de Dieu, il s'adonna aux veilles, aux oraisons, aux jeûnes, et s'affermit, par la grâce du Saint-Esprit, dans la résolution de confesser courageusement sa foi. Longtemps avant qu'on le tirât de prison pour l'exécuter sur la place publique, il fit, dit-on, cette prophétie au sujet d'un eunuque nommé Nazar, qui remplissait les fonctions de proconsul claviculaire et dont le pouvoir s'étendait à l'Espagne tout entière : « Cet homme dont la puissance s'étend fastueusement au-dessus de tous les princes d'Ibérie, et que le pouvoir élève jusqu'aux nues, cet homme ne verra pas la joie pascale de l'année qui suivra mon martyre. »

     

    Après quelques mois d'emprisonnement, quand furent terminés les trente jours de jeûne durant lesquels les musulmans se plongent plus que de coutume dans la crapule et la luxure, Parfait vit enfin luire le jour le plus glorieux pour lui, celui que les musulmans vénèrent entre tous et consacrent tout entier à la joie. Pensant faire grand honneur à leur dieu, ils tirèrent de prison et immolèrent le bienheureux, qui voulut une dernière fois confesser la divinité du Christ et dire anathème à l'ennemi de l'Église catholique : « J'ai maudit votre prophète, s'écria-t-il, et je le maudis encore ; je l'ai dit, et je le répète, c'est un démoniaque, un magicien, un adultère et un menteur. Tous les rites profanes de votre culte ne sont que des inventions du diable. Je le déclare hautement, vous irez tous endurer des tourments éternels avec votre chef. » La foule des gentils qui s'était répandue dans la plaine de l'autre côté du fleuve pour prier en cette grande solennité s'empressa de revenir pour jouir de la mort du martyr. Apercevant le prêtre gisant déjà devant les portes du prétoire et baigné dans son sang, les païens se firent un bonheur de se tremper les pieds dans ce sang, et retournèrent terminer leurs cérémonies sacrilèges, assurés d'obtenir plus facilement les biens qu'ils sollicitaient dans leurs prières, ayant ainsi les pieds teints du sang d'un ennemi si redoutable.

     

    Mais ne nous écartons pas de notre sujet, et voyons ce que la divine bonté, au témoignage d'un grand nombre de témoins fidèles, opéra ce jour-là même pour la louange du martyr. Tirant une prompte vengeance du meurtre de son vaillant soldat, le Christ précipita dans le fleuve quelques-uns de la foule des musulmans. En retournant au lieu où ils avaient commencé leurs prières, les païens montèrent sur des barques et traversèrent rapidement le fleuve ; mais durant le trajet un coup de vent fit chavirer une barque qui contenait huit hommes, qui furent précipités dans le fleuve. Six d'entre eux purent avec peine se sauver à la nage, mais les deux autres furent noyés. Ainsi fut accomplie cette parole de la sainte Écriture : « Moi, le Seigneur, je punirai des impies à cause de ta mort, et des riches à cause de ta sépulture. » La cruauté du persécuteur fit monter une âme au ciel, tandis que la violente tempête du fleuve en précipita deux en enfer. Le corps du saint martyr fut enseveli, par les soins de pieux religieux et sous la présidence d'un digne prélat et de plusieurs prêtres, dans la basilique du B. Aciscle, dans le tombeau où reposent encore ses membres bienheureux.

     

    La prophétie que Parfait avait faite dans sa prison concernant l'eunuque claviculaire Nazar s'accomplit à la lettre par la volonté de Dieu; car longtemps avant le retour des joies pascales de l'année suivante il mourut. Ses entrailles, brûlées par une fièvre ardente, ou même empoisonnées selon quelques-uns, lui sortirent du corps, et il expira...


    votre commentaire
  • S. Isaac, moine et martyr à Cordoue le 3 juin 851.

     

    Extrait du "Mémorial des saints" de Saint Euloge

    Traduction française dans

    "LES MARTYRS"

    Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle ; traduites et publiées par le R. P. Dom H. LECLERCQ, Moine bénédictin de Saint Michel de Farnborough

    "Tome V, le Moyen-Age", 1906

    [BOLL., 3 juin.]

     

      

    Je n'avais d'abord écrit ce volume, intitulé Mémorial des Saints, que pour les monastères d'où sortit la première phalange des moines qui déclarèrent courageusement la guerre au Prophète menteur. Mais lorsque j'appris que, des villes, des bourgs et des villages étaient sortis à l'envi des hommes et des femmes pour prendre part à cette lutte, et que, sans redouter le tribunal du juge, ils avaient choisi sans hésitation d'endurer la mort plutôt que de trahir le Testament et la Loi de notre Dieu, je le dédiai alors à toutes les Eglises fondées sur la pierre inébranlable du Christ, afin que tous ceux qui, de divers lieux, étaient venus, pour l'édification de toute l'Église, endurer l'épreuve des tortures, trouvassent dans le récit du triomphe des martyrs, leurs concitoyens, des motifs de se consoler, de se réjouir et de se glorifier.

     

    Je pense que le premier martyr qui s'offre à nous c'est le moine Isaac, qui, venant de son monastère de Tabenne sur le forum, alla droit au juge et l'interpella en ces termes : « Je voudrais, juge, devenir un ferme croyant de ta foi, si tu avais l'obligeance de m'en exposer dès maintenant la matière et les raisons. »

    Le musulman, croyant avoir conquis un adhérent nouveau à sa religion, acquiesça volontiers à cette demande. Aussitôt gonflant ses joues, resserrant sa glotte, et faisant résonner les mots sous les voûtes élargies de son palais, il se mit, avec une langue mensongère, à exposer ses doctrines à son prosélyte. « Mahomet, dit-il, est le fondateur de cette religion ; instruit par l'enseignement de l'archange Gabriel, il reçut du Très-Haut lui-même communication des prophéties qu'il devait prêcher aux nations. Il écrivit donc la loi et promit un paradis dans lequel, attablés avec les rois des cieux, on jouira de copieux festins et de la luxure des femmes. » Le juge continua sur ce ton, et débita toute une série de sornettes plus vaines les unes que les autres.

    Tout à coup le jeune moine, qui connaissait à fond les lettres arabes, interrompit son verbeux interlocuteur et prit la parole en ces termes : « Il vous a menti — que la malédiction divine s'appesantisse sur lui — celui qui, ne reculant pas devant un si horrible forfait, a précipité dans la perdition des multitudes et les a entraînées avec lui dans les abîmes de l'enfer. Oui, cet homme que vous honorez comme prophète n'a été qu'un suppôt du diable, pratiquant tous les sortilèges diaboliques, s'enivrant à la coupe envenimée du mal ; aussi expie-t-il en ce moment ses crimes par une mort qui n'aura point de fin. Comment donc des savants comme vous ne se mettent-ils pas en garde contre de tels dangers ? Pourquoi ne préférez-vous pas à l'ulcère purulent d'une croyance pestilentielle la santé inaltérable de la foi chrétienne enseignée dans l'Evangile ? »

     

    Tandis que le bienheureux Isaac exposait courageusement ces saines pensées, le juge, stupéfait à l'excès, et perdant l'esprit, ne put faire autre chose, dit-on, que de répandre un torrent de larmes. Puis, son hébétement ne lui suggérant rien à dire, il se mit à frapper lui-même le moine à la figure. « Comment! dit alors Isaac, tu oses frapper un visage qui porte l'empreinte de l'image de Dieu ? Songe au compte que tu auras à rendre pour cette inqualifiable action. » Les assesseurs du juge réprimandèrent ce dernier de ce que, oubliant la gravité de sa charge, il s'était permis de frapper lui-même le martyr, alors surtout que la loi du prophète défend d'infliger aucune autre peine à quiconque est condamné à mort.

     

    Le juge, s'adressant alors à Isaac, lui dit : « Sans doute, tu es pris de vin, ou bien tu as perdu l'esprit ; et pour cette raison tu ne peux pas mesurer toute la portée de tes paroles. Car la sentence de notre prophète, que tu injuries si indignement, est irréfragable, savoir qu'il faut sans pitié sévir coutre ceux qui ont l'audace d'avoir de tels sentiments de lui. » Le vénérable Isaac répondit intrépidement : « Juge, je ne suis pas enivré par le vin, ni sous l'influence d'une maladie quelconque ; mais je suis animé du zèle de la justice, et j'ai tenu à dire ce que je pense de vous et de votre prophète. Si une mort cruelle vient maintenant s'abattre sur moi, je la recevrai avec plaisir, je la subirai avec calme, sans chercher en aucune façon à m'y soustraire : car je sais que Notre-Seigneur a dit : Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux leur appartient. »

     

    Le juge ordonna de jeter Isaac en prison et déféra immédiatement sa cause au roi. Celui-ci, furieux et presque effrayé à la vue de ces audacieuses accusations, rendit un édit cruel qui condamnait à mort quiconque insulterait le prophète, auteur de la foi musulmane. Le serviteur de Dieu fut donc condamné à mort et décapité ; puis on le suspendit les pieds en haut à un poteau planté sur l'autre rive du fleuve, afin que cette exécution servît d'exemple à tous les chrétiens de Cordoue. Ceci se passait en la 889e année de l'ère espagnole, le troisième des nones de juin, et la 4e férie. Quelques jours après on brûla son corps avec ceux des moines qui suivirent son exemple et furent exécutés ; puis on jeta leurs cendres dans le fleuve.

     

    Cinq jours après le martyre du bienheureux Isaac, le 7 des ides de juin qui tombait un dimanche, un prêtre du monastère de Tabenne, s'étant étendu sur le lit après avoir célébré le saint sacrifice de la messe, s'endormit un moment et eut un songe dans lequel il vit un jeune homme d'une beauté remarquable qui venait de l'Orient et portait à la main un parchemin de toute beauté. Le prêtre prit la feuille des mains de l'enfant, et y lut les paroles suivantes: « De même que notre père Abraham a offert à Dieu son fils Isaac en sacrifice ; de même saint Isaac vient d'offrir pour ses frères un sacrifice en la présence de Dieu. » Aussitôt arriva un habitant de Cordoue annonçant que le bienheureux Isaac venait de subir le martyre par la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ et que beaucoup de chrétiens, entraînés par son exemple, avaient semblablement enduré la mort.

     

    Le bienheureux Isaac était originaire d'une famille noble et riche de Cordoue. Étant jeune encore et vivant dans l'opulence grâce à la fortune considérable de ses parents, on lui confia la charge de secrétaire public, parce qu'il possédait à fond la langue arabe. Tout à coup se sentant saisi par une ardeur spirituelle, et désirant embrasser la profession monastique, il vint au bourg de Tabenne, dont le monastère double, situé à sept milles de la ville du côté du nord, entouré de rochers escarpés et de bois impénétrables, était alors renommé parles serviteurs et les servantes de Dieu qui l'ornaient des plus éclatantes vertus. Isaac avait déjà à Tabenne un oncle paternel, nommé Jérémie, homme tout possédé par la crainte et la révérence de Dieu. — Lui aussi était riche dans le monde, et c'était en ces monastères bâtis avec ses biens considérables que lui, sa vénérable épouse Elisabeth, ses enfants et presque toute sa famille s'étaient retirés pour vivre sous la loi de l'obéissance . Le bienheureux Isaac y vécut trois ans, sous la discipline régulière de l'abbé Martin, frère de la vénérable Elisabeth. Une illumination soudaine d'en haut l'avait poussé à aller se présenter devant le juge musulman, qui lui fit endurer le martyre, comme nous venons de le raconter.


    votre commentaire
  • On trouve, dans un sermon copte-arabe, attribué à St Jean Chrysostome (on ne prête qu'aux riches!) et tout nouvellement édité et traduit et de date inconnue (le manuscrit est du XVIII° siècle, ce qui ne préjuge pas de la date du texte lui-même) cette annonce de l'arrivée de l'islam :

     

     

    2.2 En outre, une autre nation s'élèvera sur la terre et opprimera les chrétiens.

    Ils voudront les induire en erreur car ils diront que Dieu n'a pas engendré de fils.

    Ce sont les enfants d'Esaü et d'Ismaël, fils d'Agar, et ils s'appellent Sarrasins. Ils régneront sur la terre à ce moment-là, et leur joug deviendra dur pour les chrétiens, les épuisant, eux et leurs églises. Ils déporteront les bergers de l'église et leur feront perdre beaucoup d'argent.

    2.3 Ils prendront les filles des chrétiens et les épouseront. Ils désireront la beauté qu'elles ont parce qu'elles participent de ma chair et de mon sang honorés de sorte que leurs visages brillent, étant beaux et délicats. De plus, je te le dis à toi, ô Pierre, mon élu, ainsi qu'à tes frères les apôtres, malheur à toute femme qui épousera ces hérétiques, et à celles qui forniqueront avec ceux qui sont appelés Sarrasins."

     

    "Revelation of Jesus Christ to Peter"

    Arabic text of St. Macarius, Hag. 14, ff. 302r-319v and english translation by Alin SUCIU, Göttingen Academy, April 2020


    votre commentaire
  • Anastase le Sinaïte

    sur l'invasion arabe musulmane

    tirée des "Questions et réponses"

    d'après l'édition de Munitiz

    Question 101

     

    QUESTION Est-il vrai- à propos de toutes les mauvaises choses faites par les Arabes contre les pays et les nations des chrétiens - qu'ils les ont faites contre nous complètement sur l'ordre de Dieu et avec son approbation?

     

    RÉPONSE

    1. Certainement pas! Dieu nous préserve de dire que Dieu les a poussé à jeter et piétiner son corps et son sang saints, ou les reliques de ses saints Apôtres et martyrs. Il y a des milliers d'autres choses qu'ils nous font qui ne plaisent pas à Dieu: injustement ils maltraitent beaucoup de personnes, ils en persécutent d'autres pour leur foi, ils répandent le sang juste et innocent d'autres encore, ils souillent les autels de Dieu et les lieux vénérés, ils obligent des femmes religieuses [ascètes] avec une longue pratique de la virginité à contracter mariage contre leur volonté. Pour ces actes, ils paieront certainement avec un enfer éternel.

     

    2. Cependant, puisque ce qui s'est passé doit sembler étrange à beaucoup et peut-être même difficile à accepter avec foi, écoutez un exemple tiré de l'Écriture elle-même, en lien avec ce sujet.

     

    3. À une occasion, Israël a été remis aux Assyriens afin qu'ils puissent être châtiés par eux, mais avec douceur et mesure. Cependant, les Assyriens ont pris cela comme une carte blanche et ont jugé que Dieu leur avait donné les Juifs pour qu'ils soient détruits, alors ils les ont traités sauvagement et impitoyablement. Écoutez maintenant ce que Dieu a dit des Assyriens par l'intermédiaire de son prophète Zacharie: "J'ai été jaloux avec une grande jalousie pour Jérusalem, ainsi que pour Sion, et je suis fâché d'une grande colère contre ceux qui se sont unis contre vous. Parce que pour ma part je n’étais que légèrement en colère contre vous, mais ils se sont unis contre vous pour le mal" (Zacharie 1.14-15 ; cf 8.2).

     

    4. Vous avez entendu dire que Dieu les a livrés avec douceur, mais ces hommes sans loi les ont traités sans pitié. C'est pourquoi il a exterminé les Assyriens, parce qu'ils avaient mal traité Israël, tout comme dans le cas de Pharaon, parce qu'il avait également traité les Juifs de façon cruelle et dure, Dieu le noya dans la mer C’est ce que nous espérons qu’il arrivera à ceux-ci dans un court laps de temps.

     

    5. Il est nécessaire que nous soyons conscients de ces choses, afin que lorsque vous voyez ces hommes sans loi fermer les églises, verser le sang, persécuter certaines personnes injustement et sans pitié et commettre d'autres crimes, vous ne serez pas fâché contre Dieu, mais réalisez clairement qu'ils agissent ainsi à cause de leur impiété et qu'ils sont réservés pour le pire enfer possible.

     

    Références :

    "Anastasios of Sinai, Questions and Answers"

    Introduction, translation and notes by Joseph A. Munitiz

    Corpvs Christianorvm In Translation, 7 ; Corpvs Christianorvm Series Graeca, 59

    Anastasii Sinaitae : Qvaestiones et Responsiones ;

    Ediderunt Marcel Richard et Joseph A. Munitiz, S. J.

    Brepols

    2011


    votre commentaire
  • Réfutation du Mahométisme

    par

    Hugo Grotius

     

    Extraite du

    Traité de la Vérité de la Religion Chrétienne

    De veritate religionis Christianae, 1627

    Par Hugo de Groot dit "Hugo Grotius"

    Traduction française par P. Le Jeune

    1728

    Texte récupéré

    du site  Projet Gutemberg

    http://www.gutenberg.org/files/15739/15739-h/15739-h.htm

     

    Table de la Réfutation :

    I. Origine du Mahometisme.

    II. Contre la soumission aveugle, qui est le fondement du Mahometisme.

    III. 1. Preuve contre les Mohometans, tirée de l'Écriture Sainte dont ils avouent en partie la divinité.

    IV. Que l'Écriture n'a pas été corrompue.

    V. 2. Preuve tirée de la comparaison de la Religion Chrétienne & de la Mahometane, & 1. de la comparaison de Jesus-Christ avec Mahomet.

    VI. 2. De la comparaison des actions de l'un & de l'autre.

    VII. 3. De la comparaison de ceux qui ont les premiers embrassé le Christianisme & le Mahometisme.

    VIII. 4. De la comparaison des moyens par lesquels ces deux Religions se sont établies.

    IX. 5. De la comparaison de la Morale Chrétienne avec celle de Mahomet.

    X. Reponse à l'Objection que les Mahometans tirent de la qualité de Fils de Dieu, que nous donnons à Jesus-Christ.

    XI. Que les Livres des Mahometans sont pleins d'absurditez.

    XII. Application de tout l'Ouvrage, adressée aux Chrétiens.

    XIII. Usage du I. Livre, pour la Pratique.

    Usage du II. Livre.

    Usage du III. Livre.

    Usage du IV. Livre.

    Usage du V. Livre.

    Usage du VI. Livre.

     

     

     

    LIVRE SIXIÈME

    Réfutation du Mahométisme

    I.

    Origine du Mahométisme.

    Je destine ce sixième Livre à réfuter le Mahométisme. Avant la naissance de cette fausse Religion, Dieu avoit déployé sur l'Eglise Chrétienne de très-sévéres jugemens, qu'elle n'avoit que trop méritez. Cette piété solide et pure, qui avoit fleuri parmi les Chrétiens dans les cruelles persécutions, dont ils avoient été l'objet, s'étoit peu à peu altérée, depuis que la conversion de Constantin, et la profession que les Empereurs suivans firent du Christianisme, eurent fait succéder le calme au trouble, ataché de l'honneur et de la gloire à nôtre Religion, et confondu le Monde avec l'Eglise, en y introduisant la pompe et les maximes mondaines. On vit alors les Princes Chrétiens se consumer les uns les autres par des Guerres continuelles, qu'ils auroient souvent pu terminer par une heureuse Paix. Alors les Évêques commencérent à se disputer le rang avec une chaleur indigne de leur caractére. Alors il arriva ce qui étoit arrivé au premier homme. Il avoit préféré l'arbre de Science à l'arbre de Vie, et atiré par là sur lui et sur ses Descendans une infinité de maux. De même l'Eglise, dans ce période dont nous parlons, prit plus de goût à une Science curieuse et téméraire, qu'à la véritable piété, et fit de la Religion un Art méthodique et une matiére à raisonnement. Cette dépravation de goût eut bien tôt de fâcheuses suites. Dieu avoit autrefois confondu l'orgueil de ceux qui bâtissoient la Tour de Babel en confondant leur Langage. On vit alors quelque chose de semblable dans l'Eglise. Cette afectation hardie de connoître à fond les plus sublimes Mystéres de la Religion, mit de la diversité dans les expressions des Docteurs, et par cela même, des sentimens de désunion dans leur coeur. La vue de ces malheurs naissans jetta le Peuple dans le doute et dans l'incertitude sur les objets de sa Foi ; et une fausse préocupation pour ses Maîtres le retenant dans le respect, il aima mieux chercher la cause de ces nouveaux troubles dans l'Ecriture même, que dans la témérité de ces Esprits inquiets et curieux.

     

    Il s'acoutuma donc à regarder la Parole de Dieu comme une chose qui cachoit un poison dangereux, et contre laquelle il faloit se tenir sur ses gardes. Ce mal fut suivi d'un autre. Comme si l'on eût voulu rapeller le Judaïsme, on commença à faire consister la Religion, non dans la pureté de l'ame, mais dans des Cérémonies. On l'apliqua à certaines choses plus propres à exercer le corps, qu'à corriger le coeur. On vint à élever le zéle de Parti, et l'atachement à certaines opinions, au dessus de toutes les autres vertus : ainsi le Christianisme intérieur et véritable devint aussi rare, que l'extérieur et l'aparent étoit ordinaire.

    Dieu ne put voir cette corruption sans témoigner par ses châtimens combien elle lui étoit odieuse. Du fond de la Scythie et de l'Allemagne il tira des Armées innombrables, dont il couvrit le Monde Chrétien. Mais voyant que les ravages éfroyables que firent ces Armées, et les sanglantes victoires qu'elles remportérent sur les Chrétiens, n'étoient d'aucune éficace pour l'amendement de ceux qui échapérent à ces terribles Ennemis : il permit dans sa juste colére, qu'il s'élevât dans l'Arabie un faux Prophéte, le fameux Mahomet, et qu'il formât une nouvelle Religion, directement contraire à la Religion Chrétienne, mais assez conforme à la vie de la plûpart des Chrétiens de ce tems là. Les premiers qui embrassérent cette nouvelle Doctrine, furent les Sarrazins, qui s'étoient revoltez contre l'Empereur Héraclius. Ces Peuples subjuguérent en fort peu de tems l'Arabie, la Syrie, la Palestine, l'Égypte, et la Perse. L'Afrique et l'Espagne eurent aussi le même sort. Quelques siécles s'étant écoulez, les Turcs, Peuples très-belliqueux, vinrent enlever aux Sarrazins une bonne partie de ce qu'ils avoient conquis ; et après plusieurs combats, ils acceptérent l'ofre que ceux-ci leur firent d'entrer par une Alliance dans les mêmes intérêts.

     

    Ils se laissérent ensuite aisément persuader de recevoir la Religion de leurs nouveaux Alliez : Religion commode, et qui flatoit par ses maximes la licence de leurs moeurs. Peu à peu ils devinrent les maîtres, et jettérent les fondemens d'un puissant Empire, qui ayant commencé par la prise des Villes de l'Asie, et continué par la conquête de la Grèce, s'est étendu par ses victoires jusqu'à la Hongrie, et jusqu'aux frontiéres de l'Allemagne.

     

    II.

    Contre la soumission aveugle, qui est le fondement du Mahométisme.

    Cette Religion a en général 2 caractéres, l'un d'inspirer la cruauté, et de porter ses Sectateurs à répandre du sang ; l'autre, d'exiger une soumission aveugle, de défendre l'examen de ses Dogmes, et d'interdire au Peuple, par une suite naturelle de ce principe, la lecture des Livres qu'elle leur fait recevoir comme sacrez. Dès là, il est aisé de voir l'injustice et le peu de droiture de son Auteur, et l'on ne peut qu'on ne le tienne pour suspect. Cette conduite, en éfet, ressemble assez à celle d'un Marchand qui ne voudroit vendre ce dont il trafique, qu'à condition qu'on l'achetât sans le voir et sans l'examiner. Il est vrai qu'en matiére de Religion, tout le monde n'a pas les yeux également propres à discerner le vrai d'avec le faux ; et que la présomption, les passions, et le préjugé de la coutume obscurcissent l'Esprit de la plûpart des hommes ; et l'engagent dans l'erreur. Mais d'ailleurs, on ne sauroit, sans faire injure à la bonté de Dieu, s'imaginer qu'il ait rendu le chemin du salut inaccessible à ceux qui le cherchent préférablement aux avantages et à la gloire du Monde ; qui pour y parvenir soumettent à Dieu, et leurs personnes, et tout ce qu'ils possédent, et lui demandent on secours. Et puis qu'il a donné à tous les hommes le pouvoir de juger des choses, pourquoi n'exerceroient-ils pas leur jugement sur les objets les plus dignes d'être connus, et que l'on ne peut ignorer sans courir le risque de perdre la félicité éternelle ?

     

    III.

    1. Preuve contre les Mahométans, tirée de l'Écriture Sainte dont ils avouent en partie la divinité.

    Mahomet et ses Sectateurs avouent que Moyse et Jésus-Christ ont été envoyez de Dieu, et que ceux qui ont travaillé à répandre et à établir la Religion Chrétienne ont été des personnes saintes et pieuses. Cependant l'Alcoran, qui est la Loi de Mahomet, oblige à croire quantité de choses contraires à celles que Moyse et Jésus-Christ nous aprennent. Je n'en raporterai qu'un exemple. Tous les Apôtres et tous les Disciples de Jésus-Christ disent d'un commun consentement, qu'après que nôtre Seigneur fut mort sur la croix, il ressuscita le troisiéme jour, et fut vu par un grand nombre de personnes. Mahomet, au contraire, enseigne que Jésus-Christ fut enlevé secrettement dans le Ciel, et que ce ne fut qu'un Fantôme qui fut ataché à la croix ; qu'ainsi il ne mourut pas, et qu'il trompa les Juifs par cette illusion.

     

    IV.

    Que l'Écriture n'a pas été corrompue.

    Les Mahométans ne peuvent répondre à cette objection, qu'en disant que les Livres de Moyse et des Disciples de Jésus-Christ ne sont pas demeurez tels qu'ils étoient du commencement, et qu'ils ont été corrompus. C'est précisement ce que répond Mahomet. Mais nous avons déjà fait voir la vanité de cette chicane dans nôtre troisiéme Livre. Si quelqu'un disoit aux Mahométans que leur Alcoran est corrompu, ils le nieroient, et prétendroient que cette réponse sufit ; tant qu'on ne leur prouve pas cette corruption. D'ailleurs ils ne peuvent pas aporter en faveur de leurs Livres, les argumens que nous alléguons pour les nôtres. Nous disons, par exemple, qu'aussi tôt que nos Livres sacrez eurent été composez, il s'en répandit par tout le Monde une infinité de Copies ; qu'ils furent traduits en plusieurs Langues, et fidélement conservez par toutes les Sectes du Christianisme fort éloignées les unes des autres par la diversité de leurs sentimens : et c'est, encore une fois, ce qu'ils ne peuvent prouver de leurs Livres.

     

    Ils se persuadent que dans le Chapitre XIV. de l'Évangile de S. Jean où Jésus-Christ promet qu'il envoyera un Consolateur, il y avoit quelque chose touchant Mahomet, et que les Chrétiens l'ont fait éclipser. Là-dessus je leur demande, s'ils croyent que les Chrétiens ont commis cette fraude avant ou après le tems auquel Mahomet vint au Monde ? S'ils disent que cela arriva après que Mahomet eut paru, je soutiens que c'étoit une chose absolument impossible ; puisque, dès ce tems-là, il y avoit par tout le Monde un nombre presque infini d'Exemplaires du Nouveau Testament, en Grec, en Syriaque, en Arabe, en Éthiopique, en Latin même de plus d'une sorte de Version, et que tous ces Exemplaires s'acordent sur ce passage du Chap. XIV. sans qu'il y ait la moindre diversité de leçon.

     

    S'ils disent que cette corruption se fit avant que Mahomet vînt au Monde, je répons que cela ne se peut dire, puis qu'alors aucune raison n'obligeoit les Chrétiens à en user ainsi. Car comment auroient-ils pu prendre les devans, à moins que de savoir ce que Mahomet enseigneroit un jour ? Et c'est ce qu'ils ignoroient tout à fait. De plus, si les Chrétiens eussent trouvé de la conformité entre la Doctrine de Mahomet et celle de Jésus-Christ, pourquoi auroient-ils fait plus de difficulté de recevoir les Livres de ce nouveau Docteur, qu'ils n'en avoient fait d'admettre ceux de Moyse et des autres Prophétes du Peuple Juif ? Enfin suposons que ni les Mahométans ni nous, n'ayons aucuns Livres qui nous instruisent, eux, de la Doctrine de Mahomet, et nous, de celle de Jésus-Christ ; l'équité voudroit sans doute, en ce cas, que l'on regardât comme Doctrine de Jésus-Christ, celle que tous les Chrétiens reconnoissent pour telle, et comme Doctrine de Mahomet, celle que les Mahométans disent qu'il a enseignée.

     

    V.

    2. Preuve tirée de la comparaison de la Religion Chrétienne et de la Mahométane et 1. de la comparaison de Jésus-Christ.

    Comparons à présent ces deux Religions dans ce qu'elles ont et d'essentiel et d'accessoire, et voyons laquelle est la meilleure. Je commence par les Auteurs de l'une et de l'autre. Mahomet même avoue que Jésus-Christ [avec Mahomet.] est le Messie qui avoit été promis dans la Loi et dans les Prophétes. Il l'apelle la Parole, l'Intelligence et la Sagesse de Dieu, et il dit qu'il n'a point eu proprement de Pére selon la chair : au lieu que pour lui, ses Sectateurs croyent qu'il est né selon les voyes ordinaires. Jésus-Christ a mené une vie pure et irrépréhensible : Mahomet a exercé long tems l'infame métier de Voleur, et pendant toute sa vie il s'est plongé dans les voluptez criminelles. Jésus-Christ a été élevé dans le Ciel, de l'aveu même de Mahomet : et pour ce qui est de lui, il est encore aujourd'hui renfermé dans un sépulcre, Qu'on juge après celà, lequel des deux mérite le plus d'être suivi.

     

    VI.

    2. De la comparaison des actions de l'un et de l'autre.

    Examinons ensuite les actions de l'un et de l'autre. Jésus-Christ a rendu la vue aux aveugles, et la santé aux malades ; il a fait marcher les boiteux ; il a fait revivre des personnes mortes, et Mahomet en tombe t'accord ; Mahomet donne pour preuves de sa Mission, non le pouvoir de faire des miracles, mais l'heureux succès de ses Armes. Quelques-uns néanmoins de ses Disciples ont prétendu qu'il en avoit fait. Mais c'étoient, ou des choses que l'Art seul pouvoit produire, comme ce qu'ils disent d'un pigeon qui voloit à son oreille ; ou des choses dont ils ne citent aucuns témoins, par exemple, qu'un chameau lui parloit de nuit ; ou qui, enfin, sont si absurdes qu'il ne faut que les proposer pour en faire voir l'extravagance, comme ce que les mêmes Auteurs raportent, qu'une grande partie de la Lune étant tombée dans sa manche, il la renvoya au Ciel pour rendre à cet Astre la rondeur qu'il avoit perdue. Là dessus, qui ne prononcera que l'on doit s'en tenir à celle de ces deux Loix qui a de son côté les témoignages les plus certains de l'aprobation divine ?

     

    VII.

    3. De la comparaison de ceux qui ont les premiers embrassé le Christianisme et le Mahométisme.

    Jettons aussi les yeux sur ceux qui ont les premiers embrassé ces deux Loix. Ceux qui se soumirent d'abord à l'Évangile étoient des personnes qui craignoient Dieu, et dont la vie étoit simple et sans faste. Or il est de la bonté de Dieu de ne pas soufrir que des personnes, qui ne tâchent qu'à lui plaire, soient trompées par des aparences de miracles. Les premiers Sectateurs de Mahomet étoient des Voleurs de grand chemin, et qui, bien loin d'avoir quelques sentimens de piété, n'avoient pas même ceux de l'humanité.

     

    VIII.

    4. De la comparaison des moyens par lesquels ces 2. Religions se sont établies.

    La Religion Chrétienne n'a pas moins d'avantage sur celle de Mahomet, à l'égard de la maniére dont l'une et l'autre se sont répandues dans le Monde. La premiére doit ses progrès tant aux Miracles de Jésus-Christ, et à ceux de ses Disciples et de leurs Successeurs, qu'à la confiance qu'ils témoignérent dans les suplices. Les Docteurs du Mahométisme n'ont fait aucuns miracles, et n'ont soufert ni miséres ni mort violente pour la défense de leurs sentimens. Cette Religion ne s'est étendue qu'à la faveur des Armes, et ses progrès se sont réglez sur le succès des guerres de ses Sectateurs ; de sorte qu'elle servoit en quelque maniére d'accessoire aux victoires qu'ils remportoient. Cela est si vrai, que les Docteurs Mahométans ont fait de ces succès et de la grande étendue de Païs que leurs Princes ont subjuguée, l'unique preuve de la vérité de leur Religion. Mais qu'y a-t-il de plus équivoque et de moins sûr que cette espéce de preuve ? Ils rejettent avec nous la Religion Payenne. Cependant personne n'ignore, ni les victoires signalées qu'ont remportées les Perses, les Macédoniens, et les Romains ; ni la vaste étendue de leurs Empires. Ces grans succès mêmes, dont nos Adversaires se vantent, n'ont pas été constans et perpétuels. Sans parler des désavantages qu'ils ont eus dans leurs guerres tant par terre que par mer, on les a contraints d'abandonner l'Espagne dont ils s'étoient rendus maîtres. Or ce qui doit servir de caractére à la véritable Religion, ne doit être ni commun aux méchans et aux personnes vertueuses, ni sujet au changement. J'ajoûte que ce caractére ne doit avoir en lui-même rien d'injuste : c'est ce que les Mahométans ne peuvent pas dire de leurs guerres. Ils les ont entreprises pour la plûpart contre des Peuples qui ne les avoient pas inquiétez, et dont ils n'avoient aucun lieu de se plaindre ; de sorte qu'ils en étoient réduits à colorer ces guerres du prétexte de la Religion : ce qui choque directement les fondements de la Religion même.

     

    Dieu ne peut agréer le service que les hommes lui rendent, à moins qu'il ne parte d'une volonté pleine et entiére. Or la volonté ne se peut fléchir, ni par les menaces, ni par la violence, mais par l'instruction et par la persuasion. Lors qu'on ne croit que parce qu'on y est contraint, on ne croit pas proprement, mais on fait semblant de croire pour se soustraire à la persécution. On peut dire aussi que ceux qui par la violence des maux ou par la terreur des menaces, veulent tirer des autres un consentement forcé, se font beaucoup plus de tort qu'ils ne pensent, puis qu'ils découvrent par là qu'ils se défient de la force de leurs raisons. Outre ce défaut que les Mahométans ont de commun avec tous les Persécuteurs, ils en ont un autre qui leur est particulier. C'est qu'après avoir pris pour prétexte de leurs guerres le désir d'étendre les bornes de leur Religion, ils détruisent ensuite ce prétexte par la permission qu'ils donnent aux Peuples qu'ils ont vaincus, de suivre telle Religion qu'il leur plait ; et par l'aveu public que quelques-uns d'entr'eux font, que ceux qui vivent dans la profession du Christianisme peuvent être sauvez.

     

    IX.

    5. De la comparaison de la Morale Chrétienne avec celle de Mahomet.

    Comparons enfin la Morale de Jésus-Christ, avec celle de Mahomet. L'une nous ordonne de soufrir patiemment les maux, et d'aimer même ceux qui nous les causent : l'autre autorise la vangeance. L'une afermit l'union du Mari et de la Femme, en les obligeant à se suporter mutuellement : l'autre permet le divorce pour quelque raison que ce soit. L'une oblige le Mari à faire pour la Femme ce que la Femme fait pour le Mari, et veut qu'il lui montre par son exemple à ne partager pas son afection : l'autre veut bien qu'il prenne plusieurs Femmes, et qu'il ranime par là sa passion refroidie. La Loi de Jésus-Christ raméne la Religion de l'extérieur à l'intérieur, et la cultive dans le coeur pour lui faire produire des fruits propres à édifier le Prochain : la Loi de Mahomet borne presque tous ses Préceptes et toute son éficace à la Circoncision, et à d'autres choses indiférentes par elles-mêmes. Celle là permet l'usage du vin et de toutes sortes de viandes, pourvu que cet usage soit modéré : celle-ci défend de manger de la chair de porc, et de boire du vin : quoi que dans le fond le vin soit un don de Dieu, utile au corps et à l'esprit, lors qu'on en use avec sobriété. Il est vrai que la Loi de Jésus-Christ a été précédée de certains rudimens grossiers, et dont l'extérieur sembloit avoir quelque chose de puéril : ce qui ne doit pas plus nous surprendre que de voir une ébauche grossiére et imparfaite précéder un ouvrage très-parfait. Mais qu'après la publication de cette Loi excellente, on retourne encore aux ombres et aux figures, c'est en vérité un renversement bien étrange : à moins que l'on n'allégue de bonnes raisons qui prouvent, qu'après une Religion aussi parfaite que la Religion Chrétienne, il étoit de la sagesse de Dieu d'en donner une autre aux hommes.

     

    X.

    Réponse à l'objection que les Mahométans tirent de la qualité de Fils de Dieu que nous donnons à Jésus-Christ.

    Les Mahométans paroissent scandalisez, de ce que nous disons que Dieu a un Fils, puis que Dieu, disent-ils, n'a point de Femme. Mais ils ne prennent pas garde que nous donnons à Jésus-Christ le nom de Fils dans un sens digne de Dieu, et qui n'a rien de charnel. De plus, il ne leur sied guéres de nous faire de pareils reproches, après les choses basses et indignes que leur Prophéte atribue à Dieu. Il dit que les mains de Dieu sont froides, et qu'il le sait parce qu'il les a touchées ; que Dieu se fait porter en chaise, et telles autres puérilitez. Lors que nous disons que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, nous n'entendons autre chose que ce que Mahomet dit lui-même, que Jésus-Christ est la Parole de Dieu. Car la Parole est en quelque façon engendrée par l'entendement. Deux autres raisons de ce tître de Fils de Dieu, sont que Nôtre Seigneur est né d'une Vierge par la seule puissance divine, qui lui a servi de Pére, et que par la même puissance, il a été élevé dans le Ciel. Mahomet ne le nie pas. Il doit donc reconnoître que ces glorieux priviléges fondent avec raison le nom de Fils de Dieu. que nous donnons à Jésus-Christ.

     

    XI.

    Que les Livres des Mahométans sont pleins d'absurditez.

    Si nous voulions user de récrimination, raporter ici tout ce qu'il y a de faux, de ridicule, et de contraire à la foi des Histoires dans les Écrits des Mahométans, nous aurions une ample matiére de leur insulter et de les couvrir de confusion. Tel est le Conte qu'ils font d'une certaine femme très-belle, à qui quelques Anges, après s'être enivrez, enseignérent une Chanson, par le moyen de laquelle on monte au Ciel, et l'on en descend : à quoi ils ajoûtent que cette femme s'étant déjà élevée extrémement haut par la vertu de cette Chanson, Dieu, qui s'en aperçut, l'arrêta tout court, et en fit l'Étoile de Venus. Tel est cet autre Conte, que dans l'Arche de Noé le rat naquit de la fiente de l'éléphant, et le chat de l'haleine du Lion. En voici encore quelques autres qui ne valent pas mieux. Ils disent que la mort sera métamorphosée en un bélier, qui aura son siége au milieu de l'espace qui séparera l'Enfer d'avec le Ciel : que dans la vie à venir, ce que l'on mangera se dissipera par les sueurs : qu'à chaque homme seront assignées des troupes de femmes pour assouvir sa passion. En vérité, il faut avoir irrité Dieu, et reçu une grande mesure de l'Esprit d'étourdissement, pour admettre des rêveries aussi grossiéres et aussi sales ; sur tout, lors qu'on est environné de toutes parts, de la lumiére de l'Évangile.

     

    XII.

    Aplication de tout l'Ouvrage, adressée aux Chrétiens.

    Cette dispute achevée, il ne me reste plus rien à faire que de m'adresser aux Chrétiens de toutes les Nations et de toutes les Sectes, et de leur montrer en peu de mots quel usage ils doivent faire des choses que nous avons dites jusqu'ici ; qui est en général d'embrasser ce qui est bon, et de se détourner de ce qui est mauvais et criminel.

     

    XIII.

    Usage du I. Livre, pour la pratique.

    Que premiérement donc, ils élévent leur mains pures à ce grand Dieu qui a fait de rien toutes les choses visibles et invisibles. Qu'ils croyent avec une parfaite certitude qu'il a soin de nous, puis qu'un passereau même ne tombe pas sans sa permission. Qu'ils craignent moins ceux qui ne peuvent nuire qu'au corps, que celui qui par le droit qu'il a sur le corps et sur l'ame, peut traiter l'un et l'autre avec la derniére sévérité.

     

    Usage du II. Livre.

    Qu'ils mettent leur confiance, non seulement en Dieu le Pére, mais aussi en Jésus-Christ, puis qu'il n'y a sur la Terre aucun autre nom qui nous puisse sauver. Qu'ils songent que pour être agréable et au Pére et au Fils, et pour aquerir la Vie éternelle, il ne sufit pas d'apeller l'un son Pére, et l'autre son Seigneur, mais qu'il faut régler sa vie sur leur volonté. Qu'ils conservent avec foin la sainte Doctrine de l'Évangile, comme un trésor d'un prix infini.

     

    Usage du III. Livre.

    Que pour y réüssir, ils lisent assidûment l'Écriture S. qui ne peut tromper, que ceux qui veulent se tromper eux-mêmes. Qu'ils considérent que ceux par les mains de qui Dieu nous l'a donnée, étoient trop fidéles et trop sûrement guidez par le saint Esprit, pour avoir eu dessein de nous cacher aucune vérité nécessaire au salut, ou de l'enveloper d'obscuritez impénétrables. Que pourvu qu'ils aportent à cette lecture un Esprit soumis et obéïssant, ils découvriront sans peine tout ce qu'ils doivent croire, espérer, et pratiquer : et que c'est là le moyen infaillible d'entretenir et de de réveiller en eux cet Esprit que Dieu donne à ses Enfans pour arrhe de la félicité éternelle.

     

    Usage du IV. Livre.

    Qu'ils se donnent de garde d'imiter les Payens, soit dans le Culte des faux Dieux, qui, à parler proprement, ne sont que de vains noms, dont les Démons se servent pour nous détourner du service du vrai Dieu : et qu'ils sachent qu'ils ne peuvent participer à ce faux Culte, sans perdre tout le fruit du Sacrifice de Jésus-Christ. Qu'ils s'éloignent aussi autant qu'ils le peuvent, de la vie impure et libertine des Idolâtres, qui ne suivent point d'autres Loix que celles de la cupidité.

     

    Usage du V. Livre.

    Rom. II. 28. 29

    Qu'ils réfléchissent encore sur l'obligation où ils sont de vivre plus saintement, non seulement que les Payens, mais aussi que les Pharisiens et les Scribes, dont la justice ne consistant qu'en de certaines pratiques extérieures et visibles, n'est pas capable de conduire à la Vie. Qu'ils aprennent que ce n'est pas la Circoncision faite de main qui peut plaire à Dieu, mais la Circoncision du coeur, qui n'est autre chose que l'observation des Commandemens de Dieu, la nouvelle Créature, et une confiance qui produit l'amour ; que c'est là la marque et le symbole du véritable Israélite, et du Juif mystique, c'est-à-dire, du Juif qui loue véritablement Dieu. Qu'ils recueillent enfin de ce que nous avons dit contre les Juifs, que la diférence des viandes, les sabbats, et les fêtes n'étoient que des ombres dont le corps se trouve dans Jésus-Christ, et dans les Fidéles.

     

    Usage du VI. Livre.

    Heb, I. v. 1, 2. etc.

    Voici les réflexions que peut fournir nôtre dispute contre les Mahométans. C'est que Jésus-Christ notre Seigneur a prédit, qu'après son ascension, il s'éléveroit des personnes qui se vanteroient faussement d'être envoyez de Dieu.

     

    Mais que selon l'avis de saint Paul, quand un Ange même viendroit du Ciel pour annoncer une autre Doctrine que celle de Jésus-Christ, il le faudroit rejetter avec exécration, parce que cette Doctrine a été vérifiée et confirmée par des témoignages incontestables, et qu'elle est si parfaite, qu'on ne peut y rien ajoûter. En éfet, quel autre Législateur pourroit-on atendre après celui dont l'Ecriture nous fait cette magnifique description : Dieu, dit-elle, ayant autrefois parlé à son Peuple en beaucoup de maniéres fort diférentes, a bien voulu dans l'acomplissement des tems s'adresser à nous par son Fils, qui est Maître de toutes choses, la splendeur de sa gloire, l'image vive et expresse de sa personne ; qui après avoir créé toutes choses, les soutient et les gouverne par sa parole puissante ; qui enfin, après avoir fait l'expiation de nos péchez, s'est assis à la main droite de Dieu et est parvenu à une dignité infiniment plus excellente que celle des Anges.

    Une autre réflexion que les Chrétiens doivent faire sur ce que nous avons dit contre les Mahométans, c'est que les armes que Dieu a données aux Soldats de Jésus-Christ, ne sont pas de la nature de celles sur lesquelles Mahomet a apuyé sa Religion : qu'elles sont uniquement spirituelles, et propres à détruire les forteresses qui s'élévent contre la connoissance de Dieu : que le bouclier des Chrétiens est la foi, qui est propre à repousser les dards enflammez du Démon : que leur cuirasse est la justice, la droiture, et l'intégrité de la vie : que leur casque est l'espérance du salut, laquelle couvre en éfet, aussi bien que cette sorte d'armes défensives, les endroits les plus foibles et les plus exposez : qu'enfin ils ont pour épée la Parole de Dieu, qui est assez éficace pour pénétrer jusqu'au fond de l'ame.

     

    Après ces usages qui se retirent de ce Traité, j'exhorte sérieusement tous les Chrétiens à cette concorde mutuelle que Jésus-Christ recommanda si fortement aux siens un peu avant que de les quiter.

     Qu'ils considérent donc qu'il ne doit pas y avoir parmi eux plusieurs Docteurs, et qu'ils n'en ont qu'un, qui est Jésus-Christ, au seul nom de qui ils ont tous été batisez ; qu'ainsi l'on ne devroit pas voir parmi eux cette diversité de Sectes, et cette désunion, qui sont si contraires à l'Evangile ; et qu'il est tems de travailler à y aporter du reméde. Pour le faire avec succès, ils doivent toûjours avoir devant les yeux ces belles paroles des Apôtres : qu'il faut être sage avec sobriété, et selon la mesure de la connoissance que Dieu a distribuée à chacun de nous : que s'il y en a de moins éclairez, on doit suporter leur foiblesse et les engager par cette modération à se réünir avec nous, à entretenir la paix, et à bannir toutes disputes : qu'il est juste, d'ailleurs, que ceux qui excellent en lumiéres et en connoissance, excellent aussi en charité : qu'à l'égard de ceux qui sont dans quelque erreur, il faut atendre que Dieu leur découvre les véritez qu'ils ignorent : que jusqu'à ce que cela arrive, on doit retenir les Articles dont on convient, et y conformer sa vie : que maintenant nous ne connoissons qu'en partie, et qu'un tems viendra que nous connoîtrons toutes choses avec évidence et avec certitude.

    Je prie aussi chaque Chrétien en particulier, qu'il ne garde pas inutilement le talent qui lui a été confié : qu'il travaille de toutes ses forces à gagner des ames à Jésus-Christ : qu'il employe à ce dessein, non seulement des discours salutaires et pieux, mais la pureté et la sainteté d'une vie exemplaire, afin de donner lieu aux Etrangers de juger de la bonté du Maître par celle des serviteurs, et de la pureté de ses Loix par celle de leurs actions.

     

    Je finis en priant ceux pour qui j'ai dit dès l'entrée que j'ai composé cet Ouvrage, que s'ils y trouvent quelque chose de bon, ils en rendent graces à Dieu, et que s'il y a des choses qui ne soient pas de leur goût, ils veuillent bien avoir quelque égard, tant à la condition ordinaire des hommes, qui naturellement sont fort sujets à se tromper, qu'au lieu et au tems auquel ce Livre a été écrit, et qui ne m'a pas permis d'y aporter toute l'exactitude dont j'aurois été capable dans une plus heureuse conjoncture.

     


    votre commentaire

  • Le "Pacte d'Omar" et le statut des Dhimmis

    Le Pacte d'Umar est supposé avoir été édicté en 717 par le calife omeyyade Umar ben Abd al-Aziz (682-720), communément appelé Umar II. Il s'agirait, en partie, d'un traité entre ce calife et les monothéistes non-musulmans, les « gens du Livre », placés sous le régime de la dhimma (et appelés pour cela dhimmis). Les versions les plus anciennes de ce pacte qui nous sont parvenus datent du xiie siècle, mais sûrement pas des premiers temps de l'islam. Il n'est donc pas possible d'attribuer la paternité de ce pacte au deuxième calife Omar ibn al-Khattâb, certains spécialistes remettant en cause son authenticité même. Ce document semblerait être en fait « une compilation de dispositions élaborées progressivement, dont certaines pourraient dater du règne du calife Umar II », c'est-à-dire Umar ben Abd al-Aziz. De là, il semble qu'une confusion volontaire a été faite pour l'attribuer à Omar ibn al-Khattâb.

    Le document se présente comme une lettre que les chrétiens de Syrie auraient adressée à ʿUmar b. al-Khaṭṭāb, le deuxième calife (634-644), et dans laquelle ils lui faisaient connaître les conditions de leur soumission. ʿUmar Ier aurait approuvé les termes de la lettre tout en y ajoutant deux clauses supplémentaires.

     

    Le texte du Pacte d'Umar d'après Turtushi (m. 1126), le plus ancien auteur ayant rapporté cette convention:

     

    « Au Nom d'Allāh, le Bienfaiteur miséricordieux!

     

    Ceci est une lettre adressée par les Chrétiens de telle ville, au serviteur d'Allāh, 'Umar b. Khattāb, commandeur des Croyants.

    Quand vous êtes venus dans ce pays, nous vous avons demandé la sauvegarde pour nous, notre progéniture, nos biens et nos coréligionnaires.

    Et nous avons pris par devers vous l'engagement suivant:

    Nous ne construirons plus dans nos villes et dans leurs environs, ni couvents, ni églises, ni cellules de moines, ni ermitages. Nous ne réparerons point, ni de jour ni de nuit, ceux de ces édifices qui tomberaient en ruine, ou qui seraient situés dans les quartiers musulmans.

    Nous tiendrons nos portes grandes ouvertes aux passants et aux voyageurs. Nous donnerons l'hospitalité à tous les Musulmans qui passeront chez nous et les hébergerons durant trois jours.

    Nous ne donnerons asile, ni dans nos églises ni dans nos demeures, à aucun espion.

    Nous ne cacherons rien aux Musulmans qui soit de nature à leur nuire.

    Nous n'enseignerons pas le Coran à nos enfants.

    Nous ne manifesterons pas publiquement notre culte et ne le prêcherons pas. Nous n'empêcherons aucun de nos parents d'embrasser l'Islam, si telle est sa volonté.

    Nous serons pleins de respect envers les Musulmans. Nous nous lèverons de nos sièges lorsqu'ils voudront s'asseoir.

    Nous ne chercherons point à leur ressembler, sous le rapport des vêtements, par la calotte, le turban ou les chaussures, ou par la manière de peigner nos cheveux.

    Nous ne ferons point usage de leur parler; nous ne prendrons pas leurs noms.

    Nous ne monterons point sur des selles.

    Nous ne ceindrons pas l'épée. Nous ne détiendrons aucune espèce d'arme et n'en porterons point sur nous.

    Nous ne ferons point graver nos cachets en caractères arabes.

    Nous ne vendrons point de boissons fermentées.

    Nous nous tondrons le devant de la tête.

    Nous nous habillerons toujours de la même manière, en quelque endroit que nous soyons; nous nous serrerons la taille avec une ceinture spéciale.

    Nous ne ferons point paraître nos croix et nos livres sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés. Nous ne sonnerons la cloche dans nos églises que très doucement. Nous n'y élèverons pas la voix en présence des Musulmans. Nous ne ferons pas les processions publiques du dimanche des Rameaux et de Pâques. Nous n'élèverons pas la voix en accompagnant nos morts. Nous ne prierons pas à voix haute sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés. Nous n'enterrerons point nos morts dans le voisinage des Musulmans.

    Nous n'emploierons pas les esclaves qui sont échus en partage aux Musulmans.

    Nous n'aurons point de vue sur les maisons des Musulmans.

    Telles sont les conditions auxquelles nous avons souscrit, nous et nos coreligionnaires, et en échange desquelles nous recevons la sauvegarde.

    S'il nous arrivait de contrevenir à quelques-uns de ces engagements dont nos personnes demeurent garantes, nous n'aurions plus droit à la dhimma et nous serions passibles des peines réservées aux rebelles et aux séditieux. »

     

    Le texte du Pacte d'Umar tel qu'il apparaît dans l'œuvre d'Ibn Qayyim Al-Jawziyya:

     

    « Quand les musulmans ont occupé la Grande Syrie, Omar ibn Al-Khattab a reçu une lettre de la part des chrétiens :

     

    Nous ne construirons pas de nouveaux monastères, églises ou cellules de moines dans les villes musulmanes ni ne nous réparerons d'anciens ;

    Nous conserverons nos portes ouvertes aux voyageurs. Nous fournirons gîte et couvert pendant trois jours au voyageur musulman ;

    Nous n'hébergerons pas d'espions dans nos églises ou nos habitations et ne dissimulerons pas leur présence aux musulmans.

    [...]

    Nous acceptons ces conditions pour nous mêmes et notre communauté, et nous recevrons en retour une protection (dhimma).

    Si nous violions ces termes, nous nous exposerions aux pénalités de sédition.

     

    Umar répondit : "Signez ce qu'ils proposent, mais ajoutez deux clauses à celles qu'ils proposent. Ils ne pourront acheter quiconque fait prisonnier par les musulmans, et quiconque attaquera délibérément un musulman abandonne la protection accordée par ce pacte." »


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique